Les premières photos du drone d’attaque secret russe divulguées

Wikipedia (CC BY-SA 4.0)
L’un des premiers drones d’attaque russes, l’Okhotnik (Chasseur), pourra se servir d’armes d’un avion de chasse de cinquième génération et fera office de plateforme d’essai pour les technologies des avions du futur.

Prises lors d’un test mené sur un polygone situé aux alentours de la ville russe de Novossibirsk (Sibérie), les premières photos du drone d’attaque russe Okhotnik-B sont apparues début février dans la presse.

Comme on le voit sur ces clichés, l’appareil est réalisé selon le schéma « aile volante », ce qui augmente sa furtivité et lui permet d’accueillir plus d’armement.  

Le développement de ce drone, réalisé par le bureau d’études Soukhoï, constructeur ayant mis au point le premier avion de chasse russe de cinquième génération, est classé top secret. Toutefois, les données contenues dans les sources en libre accès et des contacts de Russia Beyond au sein de l’industrie militaire permettent de faire la lumière sur certaines de ses caractéristiques.

Lire aussi : Guerre des drones: de nouvelles armes électromagnétiques russes à l'épreuve du feu en Syrie

Ainsi, on sait que l’appareil pesant près de 20 tonnes pourra atteindre en vol la vitesse du son (il est capable de développer une vitesse allant jusqu’à 1 000 km/h). Par ailleurs, Okhotnik dispose d’une large autonomie grâce à l’intelligence artificielle.

Vadim Koziouline, de l’Académie des sciences militaires, a en outre expliqué à Russia Beyond que le drone en question sera équipé de missiles sol-air et de toute une série de bombes qui ne seront toutefois pas accrochées à ses ailes, mais cachées en son intérieur afin de rendre l’appareil moins visible par les radars.  

« Il ne s’agit pas que de l’un des premiers drones d’attaque russes, mais aussi d’une plateforme de test des technologies destinées à un chasseur de sixième génération. Je tiens à souligner que pour le moment les caractéristiques de l’appareil du futur n’ont pas été complètement formulées, mais l’exigence principale est déjà connue – il s’agit de la robotisation de l’ensemble des systèmes », a-t-il précisé.

Cela implique donc l’absence de pilote et la capacité de prendre d’une manière parfaitement autonome la décision de mener un combat de A à Z.   

Dans cet autre article, nous brisons les cinq mythes les plus répandus au sujet de la Kalachnikov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies