Le pôle Nord magnétique de la Terre se déplace à toute allure vers la Russie

Pixabay

Après avoir passé le siècle dernier dans l’Arctique canadien et s’être récemment rapproché du pôle Nord géographique, c’est aujourd’hui vers la Sibérie que dévie le pôle Nord magnétique, constatent des chercheurs des Centres nationaux américains d’information environnementale. Or, sa vitesse de déplacement aurait considérablement crû au cours des dernières décennies.

>>> Quelles conséquences aura (et a déjà) le réchauffement climatique sur la Russie?

En effet, alors qu’au XXe siècle il parcourait annuellement près de 10 kilomètres, à la fin des années 90 ce chiffre s’est soudainement porté à 40, puis à 50 en 2007, et s’élève aujourd’hui à 55 kilomètres par an. Ainsi, en 2018, il a franchi le méridien de Greenwich, basculant par conséquent dans l’hémisphère est du globe.

S’il est à supposer que cette accélération des mouvements du pôle Nord magnétique résulte d’une vive activité du noyau terrestre, de tels changements ont en réalité de multiples conséquences dans divers domaines. Par exemple, cela impacte notamment la navigation des sous-marins, des avions militaires et commerciaux, ou encore des satellites, le point indiqué par l’aiguille des boussoles en étant modifié.

>>> Comment les Russes se divertissent dans le froid extrême

Le rythme important de ces variations a d’ailleurs forcé les scientifiques à publier en avance une mise à jour du Modèle magnétique mondial, initialement prévue pour 2020.

Pour rappel, le pôle Nord magnétique, point central du champ magnétique terrestre dans l’hémisphère nord, ne doit pas être confondu avec le pôle Nord géographique, qui n’est autre que le point d’intersection de l'axe de rotation de la Terre.

Dans cet autre article, nous vous narrons l’incroyable vol triomphal de pilotes soviétiques au-dessus du pôle Nord géographique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies