Des chercheurs français et russes reconstituent le visage d’un soldat de Napoléon mutilé en Russie

Domaine public

Des chercheurs français et russes, évoluant notamment au CNRS et à l’Académie des sciences de Russie, ont procédé à la reconstitution en 3D du visage d’un soldat des troupes napoléoniennes ayant pris part à la campagne de Russie en 1812 et trouvé la mort dans d’affreuses circonstances après avoir quitté Moscou, rapporte le Magazine international d’ostéo-archéologie. Ses restes avaient été découverts en 2006 près de Kaliningrad (qui à cette époque portait le nom de Königsberg et faisait partie de la Prusse), dans l’une des 12 fosses communes trouvées sur place, où avaient été enterrés au moins 600 individus.

Le crâne du jeune homme, qui a reçu le nom de code C2 et qui était âgé d’entre 24 et 27 ans lors de son décès, présentait en effet une fracture du côté gauche de la mandibule et des os maxillaires, ainsi qu’une absence de la majorité des dents, mutilation vraisemblablement provoquée par un coup de sabre.

Les chercheurs sont alors parvenus à déterminer qu’il s’agissait d’un cavalier de l’armée française et qu’il avait été frappé, à dos de cheval, par un autre cavalier. Aussi surprenant que cela puisse paraître au vu des circonstances, ce soldat n’est toutefois pas mort sur le coup, mais a été opéré et n’est décédé que deux mois plus tard, à l’hôpital, et non pas des suites de cette blessure, mais probablement du typhus ou de la fièvre des tranchées.

>>> Étonnante Russie: cinq choses qui ont déconcerté Napoléon en 1812

Afin de représenter le plus fidèlement possible le visage du militaire, les scientifiques ont tout d’abord reconstitué son crâne tel qu’il était avant l’incident, en modelant les parties manquantes de sa mâchoire par effet miroir avec celles encore présentes. Les structures osseuses pour lesquelles cela était impossible ont quant à elles été conçues sur la base du crâne d’un Français contemporain de 22 ans. Pour ce qui est du visage, les chercheurs ont eu recours à l’image tomographique de 500 habitants de France actuels afin de comprendre le rapport entre la construction de leur crâne et leurs traits faciaux.

Enfin, la couleur de sa chevelure, de sa peau et de ses yeux résulte du fait que la plupart des soldats de l’armée napoléonienne étaient bruns et possédaient une peau blanche et des yeux marron. Cela ne reflète néanmoins peut-être pas la vérité.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment le piège de Moscou s’est refermé sur Napoléon.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies