Trois armes russes dernier cri qui n'ont pas d'analogues au monde

Russia Beyond a dressé une liste d'armes dans lesquelles la Russie a surpassé technologiquement les États-Unis et ses concurrents les plus proches.

La Russie et les États-Unis demeurent en 2019 des leaders technologiques dans le monde de l'armement. Chacun des deux acteurs a ses propres atouts dans sa manche. Dans cet article, nous aborderons trois systèmes d’armements russes qui ne devraient pas être sous-estimés.

Nouveau missile nucléaire de Poutine

Fin 2018, le président russe Vladimir Poutine a personnellement suivi le déroulement des essais balistiques du nouveau missile intercontinental Avangard, qui veillera sur les frontières du pays dès cette année.

Ce missile balistique intercontinental est le dernier-né de la science balistique russe. Contrairement à tous ses prédécesseurs et à ses « concurrents » étrangers, il peut s’élever à des dizaines de kilomètres dans le ciel et fondre sur sa cible à travers les couches denses de l'atmosphère, manœuvrant et contournant les « parapluies » antimissiles à des vitesses hypersoniques. Des capacités que ne possède aucune fusée au monde actuellement.

>>> Comment les différents pays ont créé «leur» version de l’AK-47 russe

Ainsi, ce missile d'une puissance 130 fois supérieure à celle de la bombe larguée sur Hiroshima peut atteindre sa cible à une vitesse de Mach 20 (environ 24 000 km par heure).

« À l’heure actuelle, il n’existe à l’étranger aucune technologie hypersonique qui permette de porter le potentiel nucléaire de pays tiers au niveau d’Avangard. Par conséquent, avec l'avènement de ce nouvel armement, la Russie a assuré la sécurité de ses frontières pour les décennies à venir », a déclaré Dmitri Safonov, ancien analyste militaire du journal Izvestia.

Cependant, Avangard fait partie de la triade nucléaire russe, dont le but n'est pas de participer directement aux hostilités ou de « détruire des pays tiers », mais de dissuader tout agresseur potentiel d'attaquer la Russie. Par conséquent, pas de raison de redouter de voir ce monstre nucléaire en action.

Système de défense antiaérienne S-400 Triumph

Un autre complexe russe qui a « fait le tour du monde » est le système de défense antiaérienne S-400 Triumph (ou « Growler » selon la nomenclature de l’OTAN).

Il peut déterminer toutes les cibles aériennes autour de lui dans un rayon de 600 km et les abattre par lui-même à une distance de 400 km. Peu importe qu’il s’agisse de missiles de croisière à manœuvre rapide ou de missiles nucléaires balistiques intercontinentaux qui volent vers la Terre depuis l’espace et lancés depuis l’autre bout de la planète. Le système verra tout, verrouillera sa cible et la frappera à une distance sûre.

>>> Qui sont les principaux alliés de la Russie?

Sa principale différence par rapport à son concurrent direct, le système américain MIM-104 Patriot, réside précisément dans sa capacité à voir et à abattre les cibles qui l’entourent. L’américain, de son côté, ne peut « travailler » et « regarder » que dans une direction prédéterminée à un angle de 180 degrés.

De ce fait, déployer les lanceurs Patriot et les préparer à nouveau au combat prendra jusqu'à 30 minutes ! Pendant ce temps, les missiles auront le temps de toucher leurs cibles et la bataille sera perdue...

Dans le même temps, le système américain détruit la cible à mi-distance - 180 kilomètres contre 400 côté russe. Cela joue un rôle important non seulement dans la lutte contre les missiles, mais aussi contre les chasseurs et les bombardiers - ces derniers n'ont aucune chance de lancer des ogives à distance en cas d’utilisation du S-400.

En réalité, ces divers facteurs sont la raison pour laquelle même un pays membre de l'OTAN, la Turquie, a décidé d’acheter du matériel russe malgré la menace de sanctions économiques à son encontre.

>>> Les plus grosses armes russes de l'histoire

Char de nouvelle génération T-14 Armata

L’équipement de la plateforme Armata et, en particulier, du char T-14, est sans pareil dans le domaine de la technologie blindée lourde au XXIe siècle.

Le T-14 est le premier char de troisième génération au monde. Il est équipé d'un canon 2A82 à  tube lisse de 125 mm (il existe la possibilité d'installer un 2A83 de 152 mm) avec une commande à distance entièrement numérique. En termes simples, il s’agit du seul véhicule au monde à posséder une tourelle « inhabitée » : désormais, tout l’équipage se trouve dans une capsule blindée isolée dotée d’une puissante armure frontale, à partir de laquelle il pilote le véhicule. Cette solution technologique permet aux combattants de rester en vie même après un tir direct dans la tourelle et l’incendie des munitions.

Dans le même temps, ces blindés peuvent résister aux bombardements d’obus et missiles antichars les plus modernes du monde.

En parlant de protection. Le T-14 dispose d'un nouveau complexe de protection active Afganit, qui peut à la fois détruire physiquement des cibles et les désactiver. Il dispose de quatre réseaux d'antennes qui « capturent » le projectile ennemi en approche et le sort de la trajectoire de vol à l'aide de lasers, d'un radar ou d'un écran de fumée.

Dans le cas où le projectile parviendrait à « franchir » les radars et les lasers, la défense dynamique Malachite entre en jeu, et affaiblit les missiles à l'approche du char.

>>> Tout ce que vous devez savoir sur le système antiaérien S-400 Triumph

« Le rival américain le plus proche d’Armata est le char Abrams. Le véhicule est muni d’une bonne protection dynamique, mais il n’a pas de capsule blindée pour l’équipage. Par conséquent, dans le cas d’une frappe frontale par un projectile perforant, les chances de s’en sortir sont moins grandes », a déclaré Safonov.

Selon lui, une différence importante entre les deux chars réside également dans leurs armes à feu et leur cadence de tir.

« Le char T-14 est capable de produire jusqu'à dix coups par minute avec une distance de visée de sept kilomètres. Par exemple, la cadence de tir des Abrams américains n’est que de trois coups par minute à une distance de 4 600 mètres. Ces deux kilomètres peuvent jouer un rôle décisif dans un combat contre des militants au Moyen-Orient », conclut l'analyste.

Connaissez-vous vraiment les nouvelles armes russes ? Testez vos connaissances avec notre quiz !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies