La Russie, nouvel Eldorado pour les cryptomonnaies?

Artyom Geodakyan/TASS
La ruée sur la cryptomonnaie semble avoir frappé la Russie: de nouvelles ICO (Initial Coin Offering, offres de monnaie initiales) sont annoncées presque tous les jours, et les gens s’essaient au minage (mining) de bitcoin dans leurs bureaux et leurs laboratoires scientifiques. Est-ce un engouement temporaire ou une occasion en or pour un pays qui vivait de ses ressources naturelles?

En février, les ingénieurs du centre russe top-secret d’ogives nucléaires, le Centre fédéral nucléaire de Sarov, ont été arrêtés après avoir essayé de réaliser le minage de bitcoins sur leur superordinateur. L'affaire a montré que la fièvre des cryptomonnaies impliquait même ceux qui n'ont pas d’accès légal à la technologie.

Les exploitations et les hôtels de minage se développent rapidement, et les autorités ne sont pas toujours au courant : récemment, des blogueurs ont posté sur YouTube une vidéo de la plus grande ferme de bitcoin en Russie, qui gagne environ 600 BTH (1 650 000 dollars) chaque mois. Apparemment, elle est située dans une ancienne usine soviétique, mais l'emplacement exact de la ferme est tenu secret.

Lire aussi : Poutine fait un pas vers la légalisation des cryptomonnaies en Russie

Les investisseurs privés achètent de vieilles centrales électriques pour les opérations de minage de cryptomonnaies. Selon le journal Kommersant, en janvier, l'entrepreneur Alexeï Kolesnik a payé environ 3 millions de dollars pour deux centrales dans la région de Perm près des montagnes de l'Oural et en Oudmourtie voisine. Kolesnik a indirectement confirmé l'acquisition, mais à admis qu'il ne réaliserait du minage de cryptomonnaies que si la Russie adoptait une législation pertinente.

Où les Russes obtiennent-ils leur cryptomonnaie?

Le prix de l'énergie nécessaire pour le minage en Russie est encore faible par rapport à de nombreux pays développés. Beaucoup de « mineurs », en essayant d'optimiser leur travail, sont à la recherche de pays où l’électricité est bon marché, tandis que d'autres installent des logiciels de pointe et des solutions d'ingénierie. Mais les experts estiment que les sources d'énergie renouvelable sont l'avenir du pays.

« La Russie d’étend à travers des zones climatiques différentes », a expliqué Arseni Cheltsine, directeur de l'Association russe des cryptomonnaies et du blockchain à Russia Beyond. Il croit qu'il y a assez d'énergie solaire pour l'exploitation minière dans les districts fédéraux du Sud et du Nord-Caucase.

Lire aussi : Deux banques russes effectuent la première transaction du pays via une blockchain

« Le potentiel hydroélectrique du sud de la Sibérie et l'Extrême-Orient peut attirer les mineurs des pays voisins, en particulier de
la Chine », estime Cheltsine. En février 2018, le gouverneur de la région de Kaliningrad a déclaré à Sotchi qu'il voulait utiliser les capacités minières de la région au maximum. « Les centrales éoliennes semblent logiques compte tenu des conditions économiques, technologiques et climatiques de la région »,
a commenté Cheltsine.

Les Russes et le blockchain

Selon la liste de surveillance des ICO, les fondateurs de startups russes ont lancé près de 9% de tous les projets basés sur le blockchain dans le monde, levant plus de 956 millions de dollars en temps réel. C'est plus que tout autre pays, y compris les États-Unis : les entreprises américaines sont responsables de près de 18% de toutes les OIP mondiales mais ont recueilli plus de 811 millions de dollars.

Alexander Chevtsov, fondateur de Jury.Online croit que la curiosité, de bonnes compétences techniques, l'éducation ainsi que le désir de gagner de l'argent sont les principaux moteurs de réussite pour les startups russes du domaine du blockchain.

Lire aussi : Pourquoi un ancien banquier russe a créé une cryptomonnaie adossée à l'or

« Il me semble que l'Internet, le blockchain et les TI gagnent en popularité en Russie en raison de la mondialisation », a-t-il dit à Russia
Beyond. « Aujourd'hui, vous pouvez vivre dans un petit village reculé et vous engager dans des projets à l'autre bout de la planète. Ainsi, les gens ont un choix plus large, ce qui est souvent impossible dans d'autres domaines », a déclaré Chevtsov.

Alors que la technologie et l'initiative montent en flèche dans le pays, la législation accuse toujours un temps de retard. Cependant, la situation change. Deux projets de loi relatifs aux cryptomonnaies et aux ICO ont été soumis à la Douma d'État (chambre basse du parlement russe) le 20 mars. Le développement est venu après que le ministère des Finances et la Banque centrale ont conclu un accord sur la question de savoir si le commerce de cryptomonnaies devait être autorisé en général, ou seulement dans le cadre des ICO.

Que réserve 2018 pour le marché des cryptomonnaies en Russie ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies