Pourquoi un ancien banquier russe a créé une cryptomonnaie adossée à l'or

Reuters
Tandis que le monde continue à débattre pour savoir où il est mieux d'investir - Bitcoin ou or - un entrepreneur russe et ancien professeur de maths a créé une monnaie numérique reliant les deux actifs.

En 2013, quand le Bitcoin était moins connu, l'ancien banquier russe et professeur Vladimir Frolov ruminait l'idée de créer une plateforme d'or numérique basée sur la technologie blockchain. Le concept - appelé Copernicus Gold - est né suite à l'intérêt de longue date de Frolov pour la possibilité de faire circuler une monnaie basée sur la quantité d'or stocké.

Pour ce faire, Frolov a dû résoudre un problème d'abord soulevé par le mathématicien polonais Nicolas Copernic il y a près de cinq cents ans, et plus tard défini par le financier anglais Thomas Gresham selon lequel « la mauvaise monnaie évince la bonne ».

Cette loi dit fondamentalement que s'il y a deux formes d'argent de base sur le marché, par exemple une monnaie soutenue par une quantité limitée d'or stocké et une monnaie ordinaire à émission illimitée, avec le temps la « devise d'or » à valeur plus élevée sera vendue et thésaurisée, tandis que la monnaie de valeur inférieure restera en circulation.

Pour résoudre ce problème, Frolov a suggéré la création d'un système dynamique pour gérer la quantité disponible de réserves d'or stockées en fonction de la quantité de la demande.

« Notre modèle mathématique évalue la situation et achète ou vend l'or de nos réserves au bon moment, en maintenant constamment la liquidité de notre système », a déclaré Frolov au quotidien russe RBC.

Après le lancement de Copernicus Gold plus tôt cette année pendant l’été à Singapour, il a reçu une injection de 4 millions de dollars d'investissements - désormais, n'importe qui peut acheter de l'or numérique, qui est lié à l'or physique réel conservé dans un stock de métal jaune à Singapour. Selon les développeurs, les économies en or numérique sont sûres quoiqu’il advienne sur le marché, car les risques liés aux fluctuations des devises ont été supprimés.

Le service compte actuellement environ 1 000 utilisateurs et vous pouvez payer en euros et en dollars, ainsi qu'échanger une monnaie pour une autre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer