Top 10 des trésors mystérieux perdus de Russie

Crédit photo : Getty Images

Crédit photo : Getty Images

Les rapports concernant les découvertes de trésors font surface dans les médias russes pas moins de deux fois par an. Avec son vaste territoire, son histoire de guerres tumultueuses, ses pillages et ses changements brusques de pouvoir, la Russie est une destination de choix pour les chasseurs de trésor. Vu que le système bancaire russe s'est développé relativement tard et a laissé les gens enterrer leurs biens pour les assurer, le pays est devenu le paradis de ces chercheurs d'or.

En réalité, des trésors sont découverts en Russie bien plus souvent que la presse ne le fait croire. La législation actuelle fait que les chasseurs de trésors font mieux de taire leurs découvertes : tout trésor mis à jour doit être également réparti entre celui qui l'a trouvé et le propriétaire des lieux.

Si la trouvaille inclut des objets « culturellement ou historiquement significatifs », la moitié de la valeur revient à l'Etat et celui qui en a fait la découverte peut revendiquer uniquement la moitié de ce qui reste.

De plus, le trésor est souvent frauduleusement estimé, la personne l'ayant découvert recevant de ce fait qu'une infime partie de sa valeur réelle.

Bien sûr, il ne s'agit pas que d'argent. Les chasseurs de trésor croient en des contes de fée et dans leur esprit, ils ne sont jamais loin de découvrir quelque chose de légendaire. RBTH détaille les 12 choses les plus recherchées par les chasseurs de trésor en Russie.  

L'attaché-case en or

Le renommé « attaché-case en or » était en fait noir et, selon les documents, référencé comme « Spetsgruz n°15".

En 1926, près de 70 Pontics d'argent, des pièces du Bosphore, de Genes, de Byzance, de Turquie, des médailles, des plats d'or, d'antiques bijoux inestimables, et d'autres trésors datant du III au Ve siècle avant J.C. ont été découverts dans une charrette et envoyés au Musée Archéologique de Kerchensky.

Quinze ans plus tard, ces artefacts ont été perdus durant le siège de Sébastopol par les allemands.

En 1982, des recherches ont révélé que la mallette avait été envoyée au village cosaque de Spokoynaya, où elle est passée entre les mains des guérilleros. Tout cela s'est passé dans une région complètement encerclée par les troupes nazies. On pense que les nazis connaissaient le magot mais n'ont jamais su trouver son emplacement.

Aujourd'hui, les chasseurs de trésor viennent de loin pour tenter leur chance, cherchant les champs et les montagnes qui entourent les villages où les troupes de la guérilla étaient autrefois localisées. Le butin n'a toujours pas été découvert.

Que chercher : 719 anciens objets en or et en argent d'un poids total de 175 livres.

Où chercher : près du village de Spokoynaya, dans le district d'Otradnensky, près de Krasnodar.  

L'or de Kolchak

L'histoire de l'or de Kolchak est une légende parmi les chasseurs de trésor. Les opinions divergent quant à l'époque où c'est arrivé et où le trésor est caché. Ce qui est certain c'est que, durant la guerre civile russe, l'armée blanche a déclaré l'Amiral Alexandre Vasilievitch Kolchak, dirigeant suprême de Russie.

Sa position en tant que leader anti-communiste a été soutenue par une large portion des réserves d'or russes, que l'armée blanche a transporté de Kazan à Omsk. A l'époque, une banque d'Omsk estimait les réserves à 650 millions de roubles.

Cependant, quand l'or est retourné à l'Etat après la défaite de Kolchak en 1921, une partie manquait et les réserves ont été évaluées à seulement 400 millions de roubles.

Qu'est-il advenu des 250 millions de roubles restants ? Selon le soldat estonien Karl Purrok qui a servi dans le régiment sibérien de l'armée de Kolchak, les soldats étaient forcés de décharger l'or à la gare de Taiga, près de Kemerovo et de l'enterrer.

Au début de l'année 1941, le NKVD (police secrète soviétique) a retrouvé Purrok et lui a ordonné de voyager depuis l'Estonie pour aider les enquêteurs à localiser l'or. Après nombre d'excavations, le NKVD a abandonné les recherches. Le trésor est toujours caché.

Que chercher : des lingots d'or

Où chercher : Ville d'Omsk, région d'Omsk, village de Taiga, région de Kemerovo.

La planque de Lenka Panteleyev

Le voleur de Saint-Petersbourg, Lenka Panteleyev, a fait grand bruit en novembre 1922, lorsqu'il a effectué la première – et dernière – évasion de la prison de Kresta. Après avoir regagné sa liberté, Panteleyev a décidé d'aller « travailler » quelques années avant de fuir à l'étranger.

En seulement deux mois, il a effectué 35 braquages et cambriolages, tuant ses victimes avant de s'emparer de leur argent, leurs bijoux et autres objets de valeur.

Monastère Alexandre Nevsky. Crédit photo :  Lori Images / Legion Media

Mais Panteleyev n'a jamais réussi à fuir le pays. La nuit du 12 février 1923, des enquêteurs ont traqué le voleur et l'ont abattu. Les richesses qu'il avait accumulé ont disparu ; du moins c'est ce que disent les chasseurs de trésor de Saint-Petersbourg.

A ce jour, ils continuent à chercher dans toute la ville, jusque dans les planques souterraines, sans succès. Les chasseurs de trésors découvrent de temps à autres une planque de gangsters, pleines d'armes, de crochets et autres équipements du parfait bandit.

Mais le butin de Panteleyev est toujours introuvable.

Que chercher : bijoux et monnaies en or

Où chercher : Crypte du monastère Alexandre Nevsky, les catacombes Ligovsky et autres cavernes dans le centre de la ville.

L'or de Varyagin

Le Varyagin, un cargo de passagers dirigé par le capitaine Ovchinnikov et propriété du marchand Alexeï Semyonovich Varyagin, s'est échoué dans la baie d'Oussouri le 7 octobre 1906. Le bateau a immédiatement sombré, ne laissant que 15 survivants dont le capitaine.

Après l'accident, le marchand a envoyé quelqu'un auprès du gouverneur local pour savoir si le cargo « à la valeur spéciale » de 60 000 roubles pourrait être compensée vu les « circonstances exceptionnelles ».

Le gouverneur a refusé et, plus tard, en 1913, le capitaine Ovchinnikov a lancé une expédition lui-même. Il a réussi à trouver le bateau mais a réalisé qu'il aurait besoin de bien plus de fonds et de main d'œuvre pour retrouver le trésor.

La seconde expédition fut ajournée en raison d'une tempête, puis de la Première Guerre mondiale. C'est pourquoi la première expédition, qui a échoué à ramener le trésor, est aussi la dernière.

Que chercher : des pièces d'or.

Où chercher : Vladivostok, kraï  de Primorie, baie d'Oussourie, entre l'affleurement Tryokh Kamnei, les montagnes Vargli et la baie de Sukhodol.

Le trésor du roi Sigmund III

Une grande partie du trésor trouvé en Russie était cachée à l'aube du XVIe siècle. Plus précisément, le Temps des Troubles (1598-1613) a produit des hordes particulièrement intéressantes de richesses enfouies.

En 1611, un soulèvement a éclaté contre l'occupant polonais à Moscou. Le soulèvement a été écrasé et a conduit à plus de pillage par les Polonais. Personne ne sait si les Polonais ont envoyé leur butin au roi de Pologne, Sigmund III ou l'ont utilisé pour financer leur domination sur la Russie.

Mojaïsk, la région de Moscou. Crédit photo : Lori Images / Legion Media

Quelle que soit l'intention, les trésors volés ont été perdus en transit, sur le chemin de Smolensk. Les instructions pour savoir où trouver le trésor perdu ont depuis fait surface : les objets de valeur sont apparemment enterrés à 2100 pieds de la brouette d'un travailleur local, près de la rivière Khvorostyanka.

Les directions seraient simples, si ce n'était pas pour le fait qu'il y a des centaines de brouettes à cet emplacement. Les experts recommandent que les chasseurs de trésors cherchent le butin polonais près de ce qui est maintenant la ville de Mojaïsk.

Que chercher : les objets de valeur, bijoux, or et argent.

Où chercher : Mojaïsk, la région de Moscou. 

Le trésor de Napoléon

Quand Napoléon a décidé d'abandonner Moscou en Octobre 1812, ses troupes ont commencé leur long voyage de retour sur la route Staraya Kalouzhskaya ; mais les troupes russes ont barricadé la route et ont forcé les importuns visiteurs étrangers à se retirer le long de la route Staraya Smolenskyay.

Napoléon avait deux wagons de train : la soi-disant « Golden Train », des objets de valeur volés au Kremlin ; et le train de fer, plein d'armes anciennes. Comme ils se retirèrent, l'armée épuisée de Napoléon a été forcée d'abandonner une partie de son butin.

Les historiens pensent que les objets de valeur ont été jetés dans un des lacs à l'ouest de la région de Smolensk. Au fil des années il y a eu un certain nombre de tentatives pour trouver le butin abandonné.

Crédit photo : Adolph Northen / wikipedia.org

Au début des années 1960, par exemple, un groupe communiste a organisé une expédition spéciale sur les lacs autour de Smolensk, mais sans succès.

Récemment, les géophysiciens ont découvert des concentrations élevées d'or et d'argent dans les eaux du lac Semlevskoe ; aujourd'hui, c'est la destination la plus populaire pour les chasseurs du trésor napoléonien.

Que chercher : des armes anciennes, la croix en plaqué or du clocher d'Ivan le Grand, des lustres en argent, des bougeoirs, des diamants, des pièces d'or et lingots.

Où chercher : Lac Semlevskoe, village de Semovo, dans la région de Smolensk. 

La bibliothèque d'Ivan the Terrible

Cette bibliothèque légendaire, dont le dernier propriétaire connu était Ivan IV, est la récompense ultime pour des milliers de chasseurs de trésors du monde entier. La collection comprend 800 volumes de livres rares et précieux, y compris L'Histoire de Titus de Libye,  L'Aenead de Virgile et La Comédie d'Aristophane.

Selon les archives du Vatican, l'ambassadeur polonais Lev Sapeg a été envoyé en mission spéciale pour trouver la bibliothèque perdue en 1601. Plus de 400 ans plus tard, la recherche est toujours en cours.

Crédit photo : wikipedia.org

On croit que la bibliothèque a été détenue d'abord par les empereurs byzantins qui avaient accumulé la collecte sur plusieurs siècles. Après la chute de Constantinople, les livres sont allés à Rome et ont finalement terminé à Moscou en tant que dot de la tsarine byzantine Sofia Paleolog.

La tsarine a épousé Ivan III, le prédécesseur d'Ivan le Terrible. Il y a plus de 60 comptes de l'emplacement de la bibliothèque, mais trois sont plus probable : les souterrains de la ville de Vologda – la résidence Nord d'Ivan le Terrible ; le Faubourg Alexandre ; le Kremlin de Moscou ou la succession Kolomenskoïe dans la banlieue de Moscou.

Que chercher : 800 volumes de livres byzantins rares.

Où chercher : Moscou, Vologda ou Alexandrov. 

L'or de Stenka Razin

Le trésor accumulé par l'infâme cosaque Stenka Razin (Stepan Razin) est dit être caché dans une charette près du village de Peskovatka, dans ce qui est maintenant la région de Gorodischensk.

Razin a été le leader du plus grand soulèvement en pré-pétrinien Russie. La légende veut que, avant sa mort, Razin remplit une chaloupe avec de l'or et de l'argent et a ramé vers le village à marée haute. Après que l'eau ait disparu, il a enterré le bateau rempli de trésors et planté un saule sur le monticule pour marquer l'endroit.

Après que Razin ait été pris, les enquêteurs du tsar n'avaient personne pour les aider à localiser la « planque de saule », et aucune torture n'obligeraient le cosaque divulguer le secret lui-même.


Crédit photo : Vassili Sourikov / wikipedia.org

Depuis lors, les résidents locaux et les visiteurs ont déterré un certain nombre de monticules dans Peskovatka et déraciné des centaines de saules, mais la cachette de Razin reste intacte.

Que chercher : de l'or et de l'argent du 17ème siècle.

Où chercher : Le hameau de Peskovatska, district de Gorodischensky, dans la région de Volgograd. 

L'héritage des Romanov

Crédit photo : wikipedia.org

Le tsar Nicolas II a peut-être renoncé au trône, mais il est resté l'homme le plus riche de son temps. Quand il a été exilé à Tobolsk, le Romanov a été autorisé à prendre quelques-uns des trésors de famille avec lui.

Cependant, après avoir atteint Tobolsk et compris le sort tragique qui l'attendait, le tsar a divisé les trésors en trois et l'a confié à ses serviteurs fidèles. Les objets de valeur ont été emmenés hors de la maison du gouverneur de Tobolsk, où le tsar et sa famille ont été détenus et cachés dans un endroit sûr.

Plus tard, des militaires du KGB ont découvert une partie du trésor des Romanov et confisqué deux caches. Ces collections contiennent 197 articles d'une valeur combinée de trois millions de roubles. Les Soviétiques ont plus tard utilisé ces objets de valeur pour l'achat de fournitures pour la Russie.

La troisième cachette n'a pas encore été trouvée. Il est dit que l'agent de sécurité du tsar, Kobylinski, a donné quelques-uns des trésors (y compris les épées de la famille, de l'or, des poignards de l'empereur, et le coffret de l'ornement de l'impératrice) au résident d'Omsk, Konstantin Pechakos.

La police secrète a également eu vent de ce compte. Konstantin Pechakos et son épouse ont été trouvés et torturés, mais n'ont rien dévoilé. Pechakos n'a jamais nié qu'il avait caché le trésor.

Cependant, vu qu'il avait donné sa parole à l'empereur – et donc à Dieu – Pechakos n'a jamais voulu révéler l'emplacement des objets de valeur Romanov.

Les autorités ont fouillé chaque recoin de la maison de Pechakos, mais rien n'a jamais été trouvé.

Que chercher : Un coffret avec des ornements de l'impératrice Alexandra Romanova, les épées cérémonielles de la famille et les poignards de l'empereur Nicholas Romanov.

Où chercher : La maison de Konstantin Pechakos, Omsk, en Sibérie.

La couronne de Yemelyan Pougatchev

La couronne de Yemelyan Pougatchev n'a jamais cessé d'inspirer les chasseurs de trésors. Pougatchev était un prétendant au trône de Russie qui se faisait passer pour le tsar Pierre III dans le Temps des Troubles.

Crédit photo : wikipedia.org

Selon la légende locale, Pougatchev a caché sa splendide couronne incrustée de diamants dans une charette près de la gare Pugachevskaya, dans le quartier Kotelnikovsky de la région Volgagrad.

Pougatchev portait cette couronne quand il a posé comme tsar Pierre III pour rallier les troupes pour sa marche sur Moscou.

Pougatchev et son armée de paysans ont attaqué les maisons des aristocrates tout le long du chemin menant à Moscou, en enterrant leur butin avant de repartir. Le fait que les troupes de Pougatchev étaient souvent attaquées suggère qu'ils transportaient des richesses considérables.

Au cours de sa marche, Pougatchev a attiré des milliers de soldats. Une partie du trésor a probablement été utilisée pour payer ces soldats.

Que chercher : Une couronne d'or incrustée de diamants.

Où chercher : quartier de Kotelnikovsky, dans la région de Volgograd.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.