Cette chef d’entreprise qui a boosté l’industrie des véhicules autonomes russe

Service de presse
​Le nouvel entrepreneur russe Olga Ouzkova a réalisé son rêve la semaine dernière en lançant son premier tracteur autonome. L’engin a réussi les tests qui se sont déroulés dans la région de Rostov, au sud de la Russie.

Crédit : Service de presseCrédit : Service de presse

Olga Ouzkova a été très influencée par un film soviétique dans lequel on pouvait voir un tracteur du futur sillonner les champs. Elle a réussi à faire une entrée fracassante dans le monde de l’industrie high-tech, dominé par les hommes, en fondant la société Cognitive Technologies, pionnière et porte-parole de l’industrie des véhicules autonomes en Russie.

La semaine dernière, ses rêves sont devenus réalité : le premier tracteur sans chauffeur a été testé sur le terrain. « Nous avons passé plus de cinq ans sur ce projet, et les résultats sont excellents », a déclaré Ouzkova. 

Les tracteurs sans chauffeur sont de plus en plus utilisés à travers le monde. John Deere, par exemple, en utilise plus de 200 000.  « Nous sommes en capacité de créer un système informatique avancé qui permet à une caméra d’obtenir des résultats similaires grâce à trois ou quatre capteurs embarqués, a expliqué Ouzkova. L’exploitation de notre technologie permet de diviser les coûts par trois ou par quatre ».

Elle est convaincue que cela donne un avantage conséquent à son entreprise sur les marchés internationaux qu’elle espère intégrer sous peu.

Olga Ouzkova. Crédit : Archives personnellesOlga Ouzkova. Crédit : Archives personnelles

La nouvelle machine de madame Ouzkova nécessite toujours la présence d’un conducteur, contrairement au tracteur de son film préféré Ça s’est passé à Penkovo (Penkovo est le nom du village où se passe l’action).

Le film tourné à Penkovo est une histoire romantique qui mêle amour, jalousie et concepts futuristes tels que la technologie de conduite sans chauffeur.n

Crédit : Service de presseCrédit : Service de presse

Si le conducteur doit être présent pour contrôler la machine, le système d’intelligence artificielle réduit grandement la charge de travail du fermier, qui peut se concentrer sur d’autres tâches comme la régulation de la vitesse et de l’angle, qui affectent directement les récoltes. L’IA assure le fonctionnement du tracteur dans les sillons et signale quand il est prêt à prendre son autonomie.

Ouzkova a expliqué que les tests seraient terminés pour la fin l’été et que la production des tracteurs autonomes débuterait à l’automne. « Les tracteurs russes qui utilisent notre technologie concurrenceront les autres marques », estime la chef d’entreprise. « Nous entendons produire un tracteur entièrement autonome à l’horizon 2023–2024  », a-t-elle précisé.

Crédit : Service de presseCrédit : Service de presse

Cognitive Technologies coopère aussi avec l’entreprise d’État KAMAZ en vue de concevoir le premier camion autonome qui devrait être présenté durant la Coupe du Monde 2018. « Quand l’idée m’est venue de créer ma propre entreprise dans ce domaine, tout le monde a pensé que j’étais cinglée », se souvient Ouzkova. Mais les temps ont changé.

Lire aussi : 

Comment des chèvres venues de France produisent du fromage dans l’Oural

Comment investir malin en Russie malgré la crise

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer