En Russie, l'espérance de vie dépasse pour la première fois 72 ans

Alexander Vikulov/RIA Novosti
Il y a encore un siècle, l’espérance de vie des Russes n’était que de 30,5 ans. Depuis, le pays a parcouru un long chemin.

Malheureusement, l’espérance de vie n’a jamais été le point fort des Russes. Cependant, la situation commence à se redresser ces derniers temps : à l’issue du premier semestre de l’année en cours, elle a atteint 72,4 ans, soit une hausse de 0,5% par rapport à l’année 2016, a récemment annoncé la vice-première ministre russe Olga Golodets. Il convient de souligner qu’il s’agit d’un record absolu pour le pays.

En Russie, l'écart d'espérance de vie entre hommes et femmes oscille traditionnellement autour de dix ans. Ainsi, cette année l’espérance de vie des femmes à la naissance constitue 77 ans, alors que celle des hommes est de 66,5 ans.

Par rapport à 2016, le taux de mortalité a baissé de 13,2 à 12,9 décès pour 1 000 personnes, explique Mme Golodets.
Si en 1896–1897, l’espérance de vie en Russie n’était que de 30,5 ans, elle a doublé en près d'un demi-siècle pour franchir la barre des 60 ans au cours des années 1950. Le premier bond important a été enregistré au cours de la décennie ayant suivi la révolution d’Octobre : en 1927, l’espérance de vie moyenne atteignait déjà 43 ans.

Pendant les années 1960, cet indice s’est approché de celui affiché par des pays occidentaux.

Le record absolu de l’ère soviétique a été signé en 1990 – cinq ans après le lancement de la campagne de prohibition de Gorbatchev – et constituait 69,19 ans. Il ne sera battu qu’en 2012, selon les données de l'Agence fédérale des statistiques Rosstat. Depuis, l’espérance de vie ne cesse d’augmenter.

Bien évidemment, la longévité humaine diffère d’une région à l’autre. Ce sont le Caucase et Moscou qui  mènent la course en Russie. L’Ingouchie arrive en tête avec une moyenne de 80,8 ans, suivie du Daghestan avec 77,2 ans en moyenne. Moscou figure au troisième rang avec 77 ans pour cet indicateur.

C’est la République de Touva (extrême sud de la Sibérie) qui affiche le pire résultat avec 64,4 ans en moyenne.

Lire aussi : 

Études gratuites et exonération d’impôts: comment la Russie stimule la natalité

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.