Sauveteurs russes: ces héros méconnus de notre temps

Stoyan Vassev
Ces gens ne sont pas des célébrités, des stars de cinéma ou des héros de télévision. Leur activité se déroule généralement loin des caméras et des paparazzis, ce qui n’ôte rien à son importance. Leur travail quotidien est de sauver des vies humaines. RBTH présente des sauveteurs russes modernes, employés du ministère russe des Situations d'urgence (EMERCOM).

Denis Ossipov (27 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Denis Ossipov, spécialiste de la défense nucléaire, biologique et chimique, a toujours rêvé de devenir soldat de carrière. Son rêve est devenu réalité après l'obtention d’un diplôme de l'école des cadets et de l'Académie de défense spécialisée dans ce domaine. Actuellement, Denis utilise ses compétences militaires dans le secteur civil. Il est membre du Centre Leader, la section de l’EMERCOM qui se spécialise dans les opérations de sauvetage à haut risque.

Piotr Gritsenko (31 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Avant que Piotr Gritsenko n’atteigne l’âge de 31 ans, il avait déjà travaillé dans près de la moitié des pays du monde. Il a déblayé les débris après des tremblements de terre au Népal, en Egypte, au Cameroun et en Tunisie, et a marché pendant deux jours à pied dans les forêts profondes d'Indonésie jusqu'au site du crash d'un avion. Pour les opérations de nettoyage menées après une inondation en Syrie, Piotr Gritsenko a reçu l'Ordre du courage. Piotr dirige actuellement l'unité chargée des opérations de sauvetage primaires dans les zones d'urgence.

Alibag Kounnouïev (34 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Alibag Kounnouïev, originaire du Daghestan, voulait devenir non pas secouriste, mais policier. Pourtant, le destin l'a amené au Centre Leader, où il a obtenu une occasion d'aider les gens. Alibag est devenu sauveteur professionnel de montagne. Ce n'est pas un travail facile. Les températures chaudes, l'humidité élevée et les sites des accidents inaccessibles situés dans des forêts accidentées ne sont que quelques-unes des difficultés rencontrées par les secouristes. Mais le secouriste n’est pas seulement mis à l’épreuve physiquement. Sa santé mentale doit également être solide. Alibag a été parmi les premiers à voir le site du crash de l'avion du président polonais en 2010. « Il était difficile de voir tous ces cadavres », se rappelle Alibag.

Alexeï Mamrenko (43 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Alexeï Mamrenko a rêvé du ciel toute sa vie. Il voulait devenir pilote, mais n'a pas réussi à entrer à l'académie. Pourtant, le ciel est devenu son domicile. En tant que parachutiste, Alexeï a rejoint le Centre Leader, où il a fait plus de 5000 sauts depuis des avions et des hélicoptères. « En travaillant à l'EMERCOM, je me suis rendu compte que nous sommes la force qui aide les gens à surmonter les situations difficiles. Nous sommes l'équipe la plus polyvalente et la mieux formée », dit Alexeï.

Valeri Markov (37 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Le destin a voulu que Valeri Markov devienne pompier. Il a été choisi pour le service des incendies parmi six candidats à l'école spécialisée dans ce domaine. Markov parle de son travail avec beaucoup de respect et de sérieux: « Le travail c’est le travail. Il n'y a pas de place pour l'émotion. Chaque appel pour nous est une urgence, pas d'exception », explique-t-il.

Alexeï Chamine (33 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Alexeï Chamine possède une des professions les plus insolites de l'EMERCOM. Il est opérateur de robot et contrôle des engins tels que le PTC PP, qui a été conçu pour rechercher des sources de rayonnement. Chamine rappelle qu’en 2012, il a dû travailler pendant 28 semaines pour rassembler et stocker 213 tonnes de pesticides et de produits chimiques dans la région de Koursk, dans le centre de la Russie.

Maxime Tchernenkov (31 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Le sauveteur professionnel Maxime Tchernenkov a choisi le travail difficile et dangereux de démineur. Risquant sa vie, Tchernenkov doit faire face à des explosifs, des mines et des bombes non explosées depuis la Seconde Guerre mondiale. Tchernenkov a travaillé à l'aéroport de Domodedovo après l’attentat de 2011 et a nettoyé la Crimée des explosifs dangereux, y compris dans la célèbre forteresse de Kerch. Maxime se rappelle qu’il a été une fois aux portes de la mort. Pendant un incendie dans un entrepôt en Serbie au début des années 2010, un objet lourd tomba sur une mine, brisant son détonateur. La mine aurait dû exploser, mais heureusement ce ne fut pas le cas. Maxime se sentait comme s’il était né pour la deuxième fois.

Alexeï Ichoutine (32 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Le major Alexeï Ichoutine descend d’une famille de soldats professionnels, mais au Centre Leader, il est responsable de l'exploitation des drones. Parmi ses tâches figurent les sites d'accidents et les zones sinistrées, où il participe à la recherche de survivants. Ichoutine pense qu’il fait un métier d'avenir. « Mon travail est un domaine prometteur, c'est mon activité préférée », dit-il.

Svetlana Sonina (30 ans)

Crédit : Stoyan VassevCrédit : Stoyan Vassev

Amoureuse des chiens, Svetlana Sonina a rêvé toute sa vie de travailler avec eux. Pas étonnant qu'elle ait choisi le métier de maître-chien. Son meilleur ami, un chien nommé Gadi (alias Reine de la Nuit) a été formé à la recherche d'explosifs. Les cynologues et les chiens n’aiment pas uniquement travailler ensemble, ils adorent aussi s'amuser. Parfois, ils participent à des concours et à des expositions. Selon Svetlana, l'événement le plus extrême de sa carrière était la recherche de personnes sous les décombres au Népal après un tremblement de terre dévastateur en 2015. Certaines informations ont été tirées du magazine en langue russe Expert

Lire aussi : 

Huit raisons de tout lâcher pour devenir… pilote d’essai

« Le pire dans l’espace, c’est ce que vous avez oublié de faire sur Terre »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer