Comment une ado de 14 ans a survécu une semaine dans la taïga

Igor Zarembo / RIA Novosti
Les recherches acharnées dans la taïga impliquant la police, des volontaires, la Garde nationale et les effectifs du ministère des Situations d’urgence ont été couronnées de succès: au grand soulagement des parents, l’adolescente de 14 ans disparue fin juillet dans une forêt sibérienne a été retrouvée saine et sauve après avoir lutté pendant sept jours pour sa survie dans un milieu dangereux.

Animaux sauvages

Des terrains infranchissables ont été le principal obstacle pour toutes les personnes impliquées dans la recherche de Yana Tomatcheva, adolescente de 14 ans qui s’est égarée le 24 juillet dans une forêt sibérienne au sud-ouest de la région de Krasnoïarsk (4 000 km de Moscou). 

Même les véhicules à chenilles spécialement équipés ont du mal à pénétrer dans cette forêt dense parsemée de marécages. Il a donc fallu recourir aux hélicoptères pour déposer dans différents secteurs du bois des équipes de sauveteurs.

« Parmi les habitants, cette région est connue comme la +Terre de l’ours+, confie à RBTH Vladimir Iourtchenko, porte-parole de la police locale. Chaque équipe de sauvetage composée de volontaires était accompagnée d’un policier armé pour prévenir toute attaque d’animaux sauvages ».

Crédit :  www.mchs.gov.ruCrédit : www.mchs.gov.ru

Lors du ratissage de la forêt, un groupe de recherche est d’ailleurs tombé sur une ourse et son ourson. Yana a donc eu de la chance de ne pas croiser un ours, rencontre dangereuse même pour un homme bien armé.

Rosée et baies sauvages

À plusieurs reprises les secouristes ont réussi à repérer les traces de l’adolescente et ont même trouvé son lit improvisé confectionné avec des branches de sapin. C’est sans doute à l’ingéniosité que Yana doit sa vie : les nuits dans la taïga sont froides et même en été les températures tombent à 6–7 degrés, explique Vladimir Iourtchenko. Dans la forêt, elle se nourrissait de baies sauvages et buvait de la rosée accumulée sur les feuilles. Cette ration a certes permis à la jeune fille desurvivre une semaine dans la taïga, mais elle n’était pas suffisante pour satisfaire tous les besoins de son organisme.

« Aujourd’hui, nous avons parlé avec la jeune fille et elle dit qu’elle n’a pas entendu les hélicoptères [dépêchés à sa recherche, ndlr]. Mais il faut prendre en considération le fait qu’elle était épuisée après avoir passé plusieurs jours dans la forêt et n’avoir consommé que des baies », explique l’interlocuteur de RBTH.

Crédit :  www.mchs.gov.ruCrédit : www.mchs.gov.ru

Après sept jours de recherche, Yana a finalement été retrouvée à 16 kilomètres de son village natal. Bien qu’affaiblie par le froid et la faim, elle se portait bien pour une personne ayant été exposée à une expérience aussi pénible et dangereuse.

L’adolescente a été transportée à Krasnoïarsk pour subir des examens médicaux. Yana a certes survécu grâce aux efforts déployés par des centaines de secouristes, mais elle doit aussi et surtout sa survie à son courage et à sa résistance exceptionnelle.

Lire aussi : 

La difficile sortie de la taïga

Éducation nomade: comment les enfants de la taïga vont à l’école

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer