Une nouvelle déléguée russe pour les droits de l’enfant

Anna Kouznetsova et Vladimir Poutine, le 9 septembre 2016.

Anna Kouznetsova et Vladimir Poutine, le 9 septembre 2016.

Michael Klimentyev/RIA Novosti
Le 9 septembre, le président russe Vladimir Poutine a limogé le délégué aux droits de l’enfant Pavel Astakhov qui s’est permis plusieurs déclarations controversées. Son poste revient désormais à Anna Kouznetsova, présidente de l’Association des organisations pour la protection de la famille.

La démission de Pavel Astakhov, délégué aux droits de l’enfant auprès du président depuis 2009, a été confirmée par le Kremlin début juillet. Au cours de sa présence à ce poste, Pavel Astakhov s’est permis des déclarations controversées dont la dernière avait déclenché une tempête médiatique. S’adressant à des enfants rescapés le 18 juin d’un naufrage ayant fait 16 morts sur un lac de Carélie (nord-ouest), il leur a demandé : « Alors, vous vous êtes bien baignés ? ». L’appel en faveur de sa démission a été signé par plus de 150 000 personnes.

Le 9 septembre, le président a officiellement démis de ses fonctions Pavel Astakhov. La nouvelle déléguée aux droits de l’enfant est Anna Kouznetsova, présidente de l’Association des organisations pour la protection de la famille.

Une mère de famille nombreuse loyale envers le président

Avant sa nomination, Anna Kouznetsova, 34 ans, habitait et travaillait à Penza (à 557 kilomètres à l’est de Moscou). Côté enfants, elle s’y connaît : elle et son mari, le prêtre Alexeï Kouznetsov, en ont six. La jeune femme est très pratiquante et sur sa page Facebook, les comptes rendus derencontres dans des écoles et des hôpitaux alternent avec les félicitations à l’occasion de fêtes religieuses.

Mme Kouznetsova occupe plusieurs postes à Penza où elle préside la fondation caritative Pokrov, la section régionale du mouvement Mères de Russie et le comité exécutif local du Front populaire de Russie (mouvement social et politique mis en place par le président en 2011). Les autorités lui font confiance : cette année, la fondation Pokrov est devenue l’opérateur de plusieurs allocations présidentielles et doit répartir quelque 5,8 millions d’eurosentre des ONG.

Anna Kouznetsova. Aleksandr Scherbak/TASSAnna Kouznetsova. Aleksandr Scherbak/TASS

Le directeur général du Centre d’informations politiques (proche du Kremlin), Alexeï Moukhine, estime que c’est le président en personne qui a choisi Anna Kouznetsova au poste de déléguée aux droits de l’enfant. « C’est une femme qu’il connaît et qu’il côtoie sur l’échiquier politique.Il semble apprécier ses qualités professionnelles », a-t-il déclaré à RBTH.

Un personnage de compromis à la place d’un « politicien allergisant »

Pour le politologue Mikhaïl Vinogradov, président de la fondation Politique de Saint-Pétersbourg, le limogeage de Pavel Astakhov est une démarche logique à la veille des élections législatives. « Pavel Astakhov s’est retrouvé au cœur de plusieurs scandales. Il avait la réputation d’un politique déclenchant des réactions allergiques », a-t-il rappelé.

Selon lui, la nomination d’Anna Kouznetsova, qui possède une grande expérience au sein d’organisations caritatives, est une tentative de réhabiliter le poste de délégué aux droits de l’enfant. Toutefois, les politologues restent réservés quant aux perspectives d’Anna Kouznetsova à son nouveau poste. « Qui vivra verra », a conclu Alexeï Moukhine.

Lire aussi :

Le combat pour que la différence ne fasse plus l’objet de discrimination

En Russie, le culte de l’enfant-roi a le vent en poupe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.