La culture orthodoxe a pignon sur rue à Paris

Le Centre culturel et spirituel orthodoxe sera inauguré le mois prochain.

Le Centre culturel et spirituel orthodoxe sera inauguré le mois prochain.

Natalia Sileverstiva/RIA Novosti
Le Centre culturel et spirituel orthodoxe et sa cathédrale seront inaugurés à proximité de la tour Eiffel le mois prochain.

Professeur de ballet de renom, Andreï Klemm s’est installé en France il y a bientôt dix ans après avoir signé un contrat avec le prestigieux Opéra de Paris, où il donne des cours de danse classique à la troupe. Riche d’une expérience internationale solide, Andreï s’est rapidement intégré : il a appris la langue, s’est fait de vrais amis parmi les Français et a trouvé l’amour. Aujourd’hui, rien ne semble le distinguer de milliers d’autres Parisiens. Or, il y a dans sa vie un élément particulier – la communauté orthodoxe de France qu’Andreï qualifie de « second chez soi ».

Dès son arrivée à Paris, Andreï, très croyant, s’est rendu à l’église des Trois-Saints-Docteurs de la rue Pétel. « Je suis venu prier, mais outre la religion, j’y ai trouvé de vrais amis, des amis fidèles. Non seulement nous nous fréquentons, mais nous vivons ensemble, en quelque sorte », se réjouit-il.

Andre&iuml; Klemm et sa fille. Cr&eacute;dit :&nbsp;Maria-Helena BuckleynArchives personnelles <p>Andre&iuml; Klemm et sa fille. Cr&eacute;dit :&nbsp;Maria-Helena Buckley</p>n
Eglise des Trois-Saints-Docteurs de la rue P&eacute;tel.&nbsp;Cr&eacute;dit :&nbsp;Maria-Helena BuckleynArchives personnelles<p>Eglise des Trois-Saints-Docteurs de la rue P&eacute;tel.&nbsp;Cr&eacute;dit :&nbsp;Maria-Helena Buckley</p>n
 
1/2
 

L’église, dont les portes sont ouvertes aux fidèles tous les jours, est un îlot de culture orthodoxe russe en plein Paris. Pour unir les paroissiens, elle déploie une activité intense en organisant entre autres des pèlerinages, des cercles de chant pour enfants, des cours de peinture d’icônes, ainsi que différents séminaires. Le nombre de croyants venant aussi bien de Paris que d’autres villes va toujours croissant – les membres de la communauté ont aujourd’hui des enfants et le dimanche l’église a souvent du mal à accueillir tous les fidèles, explique Andreï Klemm.

C’est donc avec enthousiasme qu’il a appris la prochaine inauguration du Centre du quai Branly. Il affirme que l’ensemble offrira de nouvelles possibilités aussi bien à la paroisse qu’aux fidèles. « Il est prévu d’ouvrir auprès de l’église une école primaire, tandis que les paroissiens ont même proposé d’organiser une école maternelle. C’est une idée d’actualité, d’autant plus qu’il y a parmi nous des personnes ayant les qualifications nécessaires », note-t-il.

Lui-même père d’une fille qui a aujourd’hui trois ans, Andreï espère que le nouveau centre aidera à développer l’identité culturelle de son enfant. « À mon avis, il est important de garder ses racines. Anna comprend déjà tout, parle trois langues, dont le russe et en voyant d’autres enfants elle pourra l’améliorer. Grâce au centre, elle connaîtra l’histoire de la Russie, sa culture ».

Réalisé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, le Centre culturel et spirituel orthodoxe sera inauguré au mois d’octobre. Outre la cathédrale de la Sainte-Trinité qui aura à sa tête Mgr Nestor, le complexe accueillera un centre culturel, un bâtiment de services et l’école primaire franco-russe prévue pour 150 élèves.

Lire aussi :

Une iconostase témoin des relations franco-russes durant la Grande Guerre

L’esprit du Moscou médiéval au domaine de Kroutitsy

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.