Pourquoi les enfants russes font du ballet

Crédit : Artem Jitenev / RIA Novosti

Crédit : Artem Jitenev / RIA Novosti

L'école russe de ballet est l'une des plus fortes au monde. Même si les danseuses prennent leur retraite à 38 ans et que seuls 5% des élèves ont une chance de devenir solistes, les parents inscrivent toujours leurs enfants au ballet et attendent que leur progéniture brille sur la scène du Bolchoï ou du Mariinsky.

Au même titre que la conquête de l'espace, le ballet fait traditionnellement la fierté des Russes. Nul besoin pour cela de fréquenter les spectacles de ballet, seuls 3% des Russes qui vont régulièrement au théâtre préfèrent le ballet (selon le sondage réalisé par le fonds russe Opinion publique VTsIOM en avril 2014).

À l'époque soviétique, le concours de l'école de danse pouvait attirer jusque 100 candidats par place disponible, mais la popularité du ballet reste toujours élevée. L'école-studio d'Ilze Liepa accueille les enfants à partir de l'âge de deux ans et demi, explique la cofondatrice de l'établissement Maria Soubbotovskaia.

« Il n'y a rien de tel que le ballet pour éduquer le corps. Les cours en musique avec un accompagnateur inculquent aux enfants le goût de la musique classique. Tous les mouvements sont beaux et harmonieux. Ils forment le corps, surtout la posture ».

La nature a décidé

En dehors du pays, le ballet russe classique est associé aux principaux théâtres de Russie – le Bolchoï et le Mariinsky, où les danseurs sont, pour la plupart, formés à l'Académie chorégraphique d'État de Moscou ou à l'Académie de ballet Vaganova. Il est presque impossible de se préparer pour le concours de ces écoles. Les caractéristiques naturelles – la flexibilité, les proportions, la hauteur du saut, les aptitudes musicales – jouent un rôle particulier, ainsi une sélection sévère se fait à cette étape.

« 98% des enfants étudient pour eux. Ils pourraient peut-être aller plus loin, mais les petites étoiles sont rares. Élever un tel enfant est une occasion rare », explique Maria Soubbotovskaia. « Notre école existe depuis 8 ans et, depuis sa création, seules 5 filles ont été admises à l'Académie chorégraphique d'État de Moscou ».

Pourtant, les danseuses russes mondialement célèbres telles qu'Anna Pavlova, Galina Oulanova ou le danseur Rudolf Noureev avaient des caractéristiques physiques moyennes. Aussi, les enseignants-chorégraphes expérimentés disent que là n'est pas le plus important. 

« Si l'enfant a un désir, un rêve : c'est précieux. Travailler sous contrainte ne donne rien », poursuit Soubbotovskaia. « Le caractère et la discipline sont très importants, alors que les caractéristiques physiques peuvent être travaillées. Si l'enfant les a, nous en informons toujours les parents et, sur leur accord, nous travaillons davantage avec cet enfant et faisons en sorte que le ballet devienne l'objectif principal dans sa vie ».

Moins de 5% des diplômés deviennent solistes de ballet

Natalia Mostovaia, âgée de 38, est une ancienne danseuse. Les entrainements quotidiens à la barre et, surtout, son rêve ont amené la jeune femme ukrainienne à Moscou. Après des années d'études, des tentatives de percer dans les meilleures troupes et une participation dans des programmes et spectacles de cirque, Natalia a décidé, à l'âge de 30 ans, de devenir enseignante.

Aujourd'hui, elle dirige l'école de danse Ribambelle, entraine les enfants et ne regrette rien, car la danse était son choix.

« Souvent, les parents ne comprennent pas les détails de la profession et choisissent la danse pour leurs enfants alors qu'ils n'en ont ni l'envie, ni les capacités. C'est source de problèmes. Si les parents font pression et obligent leur enfant de danser, son destin sera brisé. Même parmi les diplômés des académies de ballet, seuls 5% parviennent à intégrer une bonne troupe, et les solistes sont encore plus rares ».

La concurrence est particulièrement rude chez les danseuses, car les garçons dans les écoles de danse ne sont pas nombreux. Par exemple, depuis la création de l'école d'Ilze Liepa en 2006, elle n'a entrainé que 15 garçons. Les hommes sont beaucoup plus rationnels dans leur choix de profession, alors que, pour la plupart des danseurs de ballet, la carrière se termine sans avoir vraiment commencé.

« Si avant 23 ans, vous n'arrivez à rien, il faut se demander sérieusement ce que vous pouvez faire après », explique Natalia Mostovaia. « Dans la plupart des cas, les danseuses deviennent enseignantes, se marient ou suivent une autre formation. En ballet, la carrière est très courte, à 38 ans, vous êtes à la retraite ».

Souvent, le résultat ne compense pas la santé, le temps et les moyens investis. Par exemple, à Moscou, les cours coûtent environ 400 euros par mois pour trois entrainements par semaine.

17% des enfants inscrits dans les centres d'animation choisissent la danse

Les centres de danse offrent une alternative aux écoles de ballet pour enfants. À Moscou, ils se comptent en milliers et sont souvent gratuits. Selon un sondage du VTsIOM réalisé en mai 2012, 61% des enfants fréquentent les centres d'animation et 17% d'entre eux choisissent la danse (en deuxième position après le sport).

Mais les enfants en font rarement leur profession. La Moscovite Alla Kremleva a consacré 10 ans de sa vie à la danse, est entrée à la fac à 16 ans et dirige désormais le département de l'enseignement préscolaire et préélémentaire au sein de la compagnie Noviy Disk.

« C'était pour moi un immense plaisir, je vivais de cours en cours, je dansais même à la maison, répétais les mouvements, étudiais des cours vidéo. Puis je me suis blessée, je ne pouvais plus augmenter la charge de travail, même si l'envie était toujours là. Aujourd'hui, je pense inscrire ma fille à la danse ». 

Malgré toutes les difficultés de la profession, les enfants veulent toujours étudier l'art : 16,4% des enfants âgés de 5-6 ans rêvent d'une spécialisation artistique, notamment le ballet (selon le sondage du fonds Enfants du monde, réalisé en mai 2013).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.