Caucase russe: bienvenue à l’«école des jeunes tireurs»!

A student of the General Yermolov Cadet School is seen on duty during military training at a boot camp of the Russkiye Vityazi (Russian Knights) military patriotic club in the village of Sengileyevskoye outside Stavropol, Russia March 28, 2017. Picture taken March 28, 2017.

A student of the General Yermolov Cadet School is seen on duty during military training at a boot camp of the Russkiye Vityazi (Russian Knights) military patriotic club in the village of Sengileyevskoye outside Stavropol, Russia March 28, 2017. Picture taken March 28, 2017.

Reuters
Dans une école de Stavropol (Caucase du Nord), les enfants de plus de dix ans apprennent à manier les armes et à sauter en parachute.

L’école militaire, qui porte le nom du Général Alexeï Yermolov, un célèbre héros de la guerre du Caucase, enseigne aux garçons et aux filles  la tactique militaire, la discipline et le patriotisme, en parallèle aux cours de collège classiques.

Crédit : ReutersCrédit : ReutersEn Russie, les enfants rejoignent les écoles militaires à l’âge de dix ans. Ils sont entassés la nuit comme les vrais soldats. Mais ils ont des droits que les vrais enrôlés n’ont pas : du soda, du jus, des bonbons et d’autres « douceurs ».

Crédit :ReutersCrédit :Reuters
Dans cette école militaire, ils doivent entretenir leurs armes et nettoyer leurs fusils à heures fixes.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters
Après le petit-déjeuner, la journée débute par l’entraînement au programme, qui peut comporter des cours, des exercices ou des arts martiaux (du lundi au samedi).

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Les enfants participent à des entraînements physiques tous les jours, comme la boxe et la lutte gréco-romaine.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters
Après chaque session d’entraînement aux arts martiaux, les enfants s’entraînent au combat les uns avec les autres.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Leur formation se déroule dans de vrais camps d’entraînement avec des obstacles d’eau et des parcours de nage.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters
Avant de tenir un fusil d’assaut AK-47, ils apprennent le tir avec des carabines Saïga.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters
Ces sessions de tir ont lieu deux à trois fois par semaine.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters
Les enfants passent leur temps libre en extérieur, les ordinateurs personnels ou les iPhones sont interdits.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Ils passent également beaucoup de temps en randonnées, surtout à la fin du printemps et au début de l’été.

Crédit : ReutersCrédit : Reuters

Lire aussi :

L’école de filles pas comme les autres du ministère russe de la Défense

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.