Ce jeu impliquant des millions d'enfants soviétiques qui ressemblait à un exercice militaire

N.Zheludovich/TASS
Chaque homme en Union soviétique était obligé de servir dans l'armée, et les préparatifs pour cela commençaient dès l'enfance. Zarnitsa, un jeu joué par des millions d'enfants soviétiques, imitait de véritables exercices militaires avec des manœuvres, des missions de reconnaissance, des embuscades et des batailles.

Les enfants soviétiques étaient familiarisés avec la vie quotidienne des soldats bien avant de devenir des soldats eux-mêmes. Ils le faisaient en participant au sport populaire et au jeu militaire connu sous le nom de Zarnitsa (« Éclair »), qui simulait de véritables exercices militaires de l'armée soviétique.

Étonnamment, le jeu n'a pas été inventé par l'état-major soviétique ou par des spécialistes militaires. Son créateur était une enseignante ordinaire, Zoïa Krotova, originaire d'un village de la région de Perm (Oural).

Lire aussi : Comment l’URSS rééduquait ses «enfants des rues»

Le 23 février 1964, le pays se préparait à célébrer la fête nationale de l'armée et de la marine soviétiques, et Zoïa proposa à ses collègues de la passer d'une manière spéciale. Toutes les classes de l'école furent habillées comme différents types de troupes ; les élèves jouaient des soldats et les enseignants des officiers. Ils se parlaient selon le code militaire, donnaient et suivaient les ordres, organisèrent un défilé et un jeu militaire sous la forme de parcours d'obstacles imitant un « champ de mines » et du « fil barbelé ».

L'idée d'un jeu d'enfant imitant de vraies activités de combat rencontra un grand enthousiasme et, petit à petit, Zarnitsa gagna en popularité dans d'autres villes et villages soviétiques. Trois ans plus tard, en 1967, il obtint un statut officiel et se déroula régulièrement dans tout le pays sous le contrôle personnel des maréchaux Ivan Bagramian et Vassili Kazakov.

La direction soviétique considérait Zarnitsa comme un élément important de l'éducation patriotique de la jeunesse. Il était considéré comme une phase précoce de l'entraînement militaire de base pour les enfants de 10 à 17 ans.

Zarnitsa comprenait des cérémonies officielles, des défilés, des marches, différentes activités d'entraînement et des compétitions, mais la partie préférée des enfants était sa phase de « combat ». Les « armées » se battaient pour le drapeau du camp adverse, et en même temps essayaient de protéger leurs compagnons d’armes. En ce qui concerne les affrontements au corps à corps, l'objectif était de déchirer les épaulettes cousues aux vêtements. Les vrais combats, cependant, étaient strictement interdits.

Lorsqu'un « soldat » perdait une épaulette, il était considéré comme « blessé ». Il pouvait marcher sur le terrain, mais il perdait le droit de courir. De tels participants pouvaient obtenir l'aide des « infirmières » - les filles participant au jeu avec les garçons. Elles recousaient les planches. Ceux qui avaient perdu leurs deux épaulettes étaient considérés comme « morts ».

De véritables unités militaires ont même participé à Zarnitsa. Les officiers donnaient des briefings et des séminaires, les soldats remettaient aux enfants plus âgés de véritables mitrailleuses avec des munitions à blanc et les transportaient en hélicoptère ou en TTB sur les « champs de bataille ».

Les militaires fournissaient aux enfants des combinaisons de protection contre les matières dangereuses et des masques à gaz. Parfois, les participants de Zarnitsa ont même eu l'occasion de tirer avec de vraies armes à feu à balles réelles dans les champs de tir de l'armée, sous étroite surveillance.

Zarnitsa n'a pas été oublié après la chute de l’Union soviétique. Ce jeu est souvent organisé dans des camps d'été pour enfants et par d'autres activistes et organisations, mais son ampleur aujourd'hui est loin de son apogée soviétique.

Quand on n’avait ni tablette, ni connexion et qu’on était enfant en Union soviétique, il fallait bien trouver d’autres occupations. Pour en savoir plus sur le sujet, n'hésitez pas à vous diriger vers notre  article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies