Les cliniques sibériennes «Omicron» portent plainte contre l’OMS

Christian Ohde/Imago./Global Look Press
Selon lui, l'appellation du nouveau variant porte un préjudice majeur à sa société. Sera-t-il entendu?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alexandre Padar, dirigeant du réseau de cliniques ophtalmologiques Omicron, basé à Novossibirsk (Sibérie), aurait porté plainte contre la représentation russe de l’OMS en raison du choix de cette dernière de baptiser du même nom le nouveau variant de la Covid-19 survenu en Afrique du Sud, rapporte le portail Novossibirsk Online, s’appuyant sur la lettre du plaignant. Sa requête aurait été formulée le 30 novembre auprès du Tribunal arbitral de Moscou.

L’homme d’affaires exige par ce biais que soit interdite cette appellation pour ce virus, mais aussi pour tout autre qui pourrait émerger. En outre, il souhaite que l’Organisation mondiale de la Santé lui rembourse les 6 000 roubles (72,18 euros) de taxes versées pour porter sa demande à l’attention des organes étatiques.

« Notre nom est une marque déposée. Principalement dans les secteurs de la médecine et des soins de santé, car il s'agit de notre activité principale. L'association avec une certaine souche de coronavirus nuit à la réputation de notre entreprise », a déclaré Padar.

Pour justifier son mécontentement, il précise notamment avoir investi abondement dans la publicité du nom de ses cliniques, ce qui lui permettait d’apparaître en tête des résultats sur Internet lors d’une recherche du mot « omicron » (« омикрон » en russe). Or, cette place privilégiée est désormais occupée par le nouveau variant, infligeant à l’entreprise de ce Sibérien « des pertes financières colossales ».

Dans cet autre article, nous vous expliquions comment la Russie lutte contre les antivax.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies