En Russie, des restaurants harcelés pour une publicité avec des hommes de couleur. Décryptage

YobiDoyobi
En une semaine, deux chaînes de restaurants de cuisine asiatique se sont fait harceler sur les réseaux sociaux suite à une publicité montrant des hommes de couleur. Il se trouve que la haine et les menaces viennent de membres d’une seule et même communauté.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Publiée le 14 août 2021 sur le réseau social VKontakte, la publicité de la chaîne de livraison de sushis et de nouilles YobiDoyobi montre un homme de couleur entouré de trois jeunes femmes mangeant des sushis, des rouleaux de printemps et des nouilles.

Vladislav Pozdniakov, fondateur du mouvement nationaliste russe « l’État des hommes », ne l’a pas appréciée. Les membres de ce mouvement sont partisans du patriarcat et du nationalisme, et s’organisent souvent afin de menacer et harceler les gens pour diverses raisons : par exemple, ils se sont attaqués aux modèles dénudés du clip du chanteur de Rammstein, Till Lindemann, à des femmes russes en couple avec des hommes étrangers, ou encore à des représentants de la communauté LGBT, pour leur orientation sexuelle. La communauté et le compte de Pozdniakov ont déjà été bloqués sur VKontakte et sur TikTok. Maintenant, il opère sur Telegram, où son canal est suivi par 95 000 personnes.

Vladislav Pozdniakov

Il a appelé ses abonnés à faire de fausses commandes en utilisant de fausses adresses et sans prépaiement dans 65 villes russes, pour que l’entreprise subisse des pertes. Ils ont également écrit des commentaires négatifs sur les sites de recommandations, sur les cartes en ligne et sur l’AppStore et Google Play, ainsi que mené des cyberattaques sur les sites officiels des entreprises. Ils ont enfin publié sur le canal Telegram les numéros de téléphone et les réseaux sociaux des modèles apparaissant sur l’image promotionnelle ainsi que du fondateur de YobiDoyobi, Konstantin Zimène, qu’ils ont appelé et menacé par messages à plusieurs reprises. Ce dernier a porté plainte et promis de ne pas supprimer la photo publicitaire.

« De nombreuses marques emploient des modèles très différents pour leurs photographies, qui peuvent avoir des couleurs de peaux différentes, des genres différents, et cetera .Ce n’est pas une provocation, c’est simplement comme ça aujourd’hui. Cela me peine que certaines personnes considèrent qu’une photo d’un homme noir à côté de filles soi-disant “slaves” est inacceptable », explique Zimène.

La chaîne de restaurants a cependant fini par supprimer la photo de VKontakte et s’est publiquement excusée :

« Au nom de toute notre entreprise, nous présentons nos excuses au peuple russe pour l’avoir offensé par nos photographies. Nous avons supprimé tous les contenus qui ont causé ce scandale ».

Le 29 août, « l’État des hommes » attaquait une autre chaîne de restaurants, Tanuki, pour une photo montrant un couple homosexuel et des modèles de couleur.

Les membres de « l’État des hommes » ont commenté la publication : « Pourquoi ce “Russe” est sur la publicité ? On est où, en Afrique ? », « Quand vos cafés fermeront, ça vous apprendra à promouvoir la sodomie en sainte Russie ! ». 

Suite à l’attaque, Tanuki a interdit le paiement en liquide pour éviter les fausses commandes sans prépaiement, et il y a eu des perturbations provisoires dans le fonctionnement du site. Les forces de l’ordre moscovites ont en outre reçu de fausses alertes à la bombe visant les établissements de la chaîne de restaurants en question. 

Les restaurants continuent de fonctionner normalement. Tanuki a refusé de supprimer la photographie avec les modèles de couleur, et en a même publié de nouvelles. Les responsables de la chaîne ont demandé au fondateur de Telegram, Pavel Dourov, ainsi qu’au ministère des Communications et du Développement numérique de bloquer tous les canaux de Pozdniakov et de « l’État des hommes ».

« Le “non-État des non-hommes” est mal tombé. [...] Nous continuerons de publier sur nos réseaux sociaux des photos de belles personnes, de représentants de différentes religions, de différents peuples, de différentes ethnies et de différentes orientations sexuelles. Nous en sommes sûrs : ce n’est pas ça qui définit une personne. Il y a de bons et de mauvais partout, ça ne dépend pas de ça », déclarait Tanuki.

Réaction des réseaux sociaux et des autorités

Dans le même temps, les clients du restaurant ont lancé une action sur les réseaux sociaux, avec l’hashtag #yamytanuki («Je suis/Nous sommes Tanuki ») , et ont ouvertement appelé à la fermeture de la communauté et du canal Telegram de Pozdniakov. Les utilisateurs écrivaient dans leurs posts :

« Faites attention aux contenus extrémistes sur Telegram. Comment le racisme et la discrimination sont encore possibles à notre époque ?! », ou « Quels démons du Moyen-Âge ! Au final, la liberté, l’égalité et la fraternité gagneront toujours », ou encore « Aujourd’hui, mon copain et moi commanderons des sushis chez Tanuki ».

Certains blogueurs, anonymes, estiment pourtant qu’il ne s’agit que d’une opération promotionnelle.

« Messieurs, Mesdames, Ils vous mènent en bateau comme des débiles. Les posts de Pozdniakov ont été commandés, et ils se sont eux-mêmes mis en retrait sur les sites. Personne n’a besoin ni de Tanuki ni de ces n**gres.“ Aucune créativité et l’auteur est un con”, comme on disait dans ma jeunesse », écrit l’auteur anonyme du canal Telegram « le spécialiste en communication impitoyable ».

La députée Oksana Pouchkina a demandé à Igor Krasnov, procureur général de la Fédération de Russie, d’enquêter sur les activités du mouvement nationaliste.

Dmitri Peskov, secrétaire de presse du président de la Russie, s’est lui aussi exprimé sur ce scandale.

« S’il est avéré que quelque chose est allé à l’encontre de la loi, et s’il y a des plaintes, alors les autorités doivent agir », déclarait-il.

Dans cet autre article, nous nous intéressions au phénomène du racisme en Russie contemporaine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies