Ce que les Russes ignorent du racisme aux États-Unis

AP, Legion Media
Un écrivain américain vivant à Saint-Pétersbourg parle de son expérience de communication avec les Russes et des malentendus entourant le mouvement Black Lives Matter.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il y a quatre ans, à l'époque où je me suis installé en Russie, une femme m'a interrogé sur le racisme en Amérique. Elle a dit : « Nous n’avons pas ça ici, en Russie, parce que nous nous sommes réduits en esclavage les uns les autres ».

Quand j'ai demandé ce qu'elle voulait dire par là, elle a poursuivi : « Eh bien, je ne peux pas regarder mon voisin et lui dire : toi, ton ancêtre a asservi mon ancêtre, et donc tout est de ta faute. Nous sommes tous pareils, donc ce n’est la faute de personne ».

Je ne la connaissais pas très bien, mais je n’ai pas pu m'empêcher de dire : « Tu sais, ce n'est pas vraiment ça, le racisme en Amérique. Cela en fait partie, mais la logique n’est pas "Mes ancêtres ont asservi les tiens, donc : racisme". L’Amérique est toujours un pays très raciste. Il a été construit sur une base de racisme systémique, d'esclavage, de ségrégation, jusqu’au racisme institutionnel que nous avons aujourd'hui ».

Elle a admis qu’elle ne savait pas ce qu’était le racisme systémique, alors j’ai expliqué du mieux que je pouvais : « Imagine que l’Amérique est une maison à plusieurs étages. Tout le monde en Amérique est né dans cette maison dans le but d'atteindre le toit, où tout est grandiose et où les gens se baignent dans des pièces d’or et connaissent le succès. 

Aujourd'hui, la plupart des gens n'arrivent jamais jusqu’au toit, ni même à proximité de ce dernier. La majorité passe sa vie à essayer de gravir quelques étages pour y déposer sa progéniture dans l'espoir qu'ils grimperont plus haut. Le problème du racisme systémique c’est que si les familles blanches naissent souvent quelques étages au-dessus du sol, la plupart des familles noires naissent au sous-sol. Et c'est une drôle de maison où plus vous montez, plus il est facile de grimper, avec plus de portes ouvertes et des gens pour vous aider en cours de route. Au sous-sol, on trouve pour la plupart des portes verrouillées et des labyrinthes où personne ne vous indique où aller.

>>> Black Lives Matter: pourquoi de nombreux Russes refusent de mettre un genou à terre?

Même si tout le monde était égal maintenant, ce qui n’est pas le cas, il y a encore une génération en arrière des lois maintenaient ouvertement les Noirs dans ce sous-sol. Cela signifie que l’héritage de la propriété et de la richesse, la prospérité des communautés et l'accès à l'enseignement supérieur et aux services n'ont commencé que depuis une génération. Ainsi, les Blancs ont six ou sept générations d'avance dans les escaliers de cette maison. Et si tout le pouvoir est au sommet, qui, selon vous, établit encore les règles ? »

À ce point de la discussion, elle a croisé les bras et dit : « D’accord, mais alors quid d'Obama ? »

Agenda conservateur

Ce n’était pas la dernière fois que j'aurais ce genre de conversations, ou des conversations similaires, avec des Russes, qui, d'après mon expérience, sont vraiment curieux de connaître les choses et n'hésitent pas à poser des questions. C’est une qualité rare qui conduit les Russes à être beaucoup mieux informés sur une variété de sujets, tandis que d’autres cultures qui ne manifestent pas cette audacieuse curiosité ne sont pas aussi éduquées.

Quand j'ai raconté l’histoire de la maison à un ami, cela aurait été beaucoup plus pratique si j’avais pu télécharger les 300 dernières années de l'histoire américaine dans son cerveau avec des statistiques sur la discrimination raciale systémique, mais je travaillais avec ce que j'avais sous la main à l'époque. Désormais, alors que les dialogues autour de ces questions suscitent une fascination mondiale, j'ai trouvé beaucoup de Russes ayant des bases plus solides dans leurs commentaires sur les relations interraciales. Fait intéressant, la majorité des commentaires que j'ai reçus ressemblent un peu à ceci :

« L’Amérique n’a plus de racisme. C'était un problème avant, quand les Noirs n'étaient pas autorisés à entrer dans les mêmes endroits que les Blancs, mais plus maintenant ».

C’était une découverte pour moi. J'ai appris très jeune par des amis noirs que les choses n’étaient pas aussi idylliques que les conservateurs américains ont tendance à l’affirmer. Même dans les années 90, dans le Massachusetts très libéral d'où je viens, il y a eu des cas de croix brûlées et de briques jetées à travers les fenêtres des maisons de mes amis noirs.

>>> Pourquoi l’URSS sermonnait-elle les États-Unis sur l’égalité raciale?

Aujourd'hui, le KKK, une organisation historiquement raciste, reste rampant dans de nombreux endroits aux États-Unis. La brutalité policière disproportionnée et des comportements publics ouvertement racistes sont encore monnaie courante. Sans mentionner la violence persistante contre les Noirs (pouvant aller jusqu'au meurtre) régulièrement documentée par les vidéos des téléphones portables de témoins.

Les effluves fétides du racisme en Amérique ne sont qu’à quelques pas. Alors, quand certains Russes m'ont dit que l'Amérique n'était plus raciste, j'ai dû demander : où obtenez-vous vos informations ? Et, bien entendu, on m'a envoyé des liens vers des vidéos YouTube, des publications Reddit et des blogs conservateurs.

Alors, encore plus curieux, j'ai demandé s'ils avaient déjà parlé de ces choses avec un Noir américain. Pas un seul ne l'avait fait. Cela ne veut pas dire qu'il n’y a pas de Russes bien informés avec une pléthore d'amis noirs à qui faire appel et qui croient encore à ces choses, mais ils semblaient carrément absents de la conversation.

Quand j'ai demandé à certains Russes quelles étaient selon eux les raisons pour lesquelles le système carcéral américain enferme une part disproportionnée de Noirs, j'ai obtenu la réponse : « La culture mettant en valeur les bandits encourage ce genre de comportements ». Cependant, les statistiques montrent que les Blancs et les Noirs se droguent presque dans une même mesure, alors pourquoi le nombre de Noirs incarcérés pour trafic de drogue serait-il si exponentiellement plus élevé ? A moins que, pour une raison quelconque, les Noirs ne soient ciblés et fouillés exponentiellement plus souvent, ce qui est exactement ce qui se passe.

>>> Troquer le lynchage pour le stalinisme: cet Afro-Américain ayant vécu quatre décennies en URSS

Racisme mal compris

J'ai contacté d'autres Russes qui avaient ouvertement manifesté leur soutien au mouvement Black Lives Matter pour leur demander pourquoi ils pensaient que tant d'autres Russes n'étaient pas au courant de l'existence du racisme américain. Nikita, de Moscou, avait ceci à dire :

« Je pense que la raison pour laquelle nous (les Russes) ne le voyons pas, c’est que, dans notre expérience de vie, le racisme n’est tout simplement pas une forme de discrimination à laquelle nous sommes souvent confrontés. En fait, on peut vivre sa vie sans y être confronté du tout. Beaucoup de gens ne connaissent aucun Noir et considèrent le racisme comme un problème américain qui tire ses racines de l'esclavage. Même si beaucoup d'entre nous ont des grands-parents qui diraient quelque chose comme : "Les Noirs sont des animaux", nous pensons : "Ils sont vieux et ignorants et je suis progressiste, je ne suis pas raciste". Pour comprendre le racisme, un Russe aurait besoin de voyager à travers le monde, d'apprendre à connaître des personnes qui souffrent de ce problème, d’avoir des conversations et de faire des recherches. Ces vidéos sur YouTube montrant émeutes et pillages ne sont que des actions choquantes que les gens regardent avec plus d'intérêt qu'une longue analyse ennuyeuse mais véridique et détaillée du racisme systémique ».

Elena de Saint-Pétersbourg a déclaré : « Je pense que ces idées viennent de jeunes gamins stupides qui ne comprennent pas vraiment ce qu'est le racisme. Il n’y a jamais eu ce genre d’inégalité sociale ici en Russie. Il y a eu le krepostnitchestvo [servage – Russia Beyond], mais il a été aboli par le tsar en 1861. Donc, personne ne se souvient vraiment de ce qu'est l'esclavage. Ensuite, en Union soviétique, c'était le socialisme, et tout le monde était égal. Mais tous les problèmes actuels ont peu à voir avec l'esclavage. Je pense que c’est parce que nous avons eu un long passé socialiste, qui a vraiment rendu tout le monde égal. Ils ont même exécuté des responsables de haut rang. En Russie, il y a cette tendance à regarder l'Amérique et à supposer que le racisme est le même qu'en Russie, que les gens sont irrespectueux envers les immigrés d'endroits comme l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Géorgie, etc. J'estime qu'un tiers des Russes pense que l'Amérique a des caractéristiques communes avec cela, qu’un autre tiers pense que c'est la même chose, et que le dernier tiers se fiche du racisme. En fait, pas un tiers, mais un groupe beaucoup plus important de personnes n’en a rien à f*utre. À mon avis, les gens ont une opinion parce que c'est mainstream, et ils sont fortement influencés par l'Occident puisqu'ils sont tous sur les réseaux sociaux. Pas parce qu'ils comprennent vraiment ce qui se passe. Ils veulent juste être tendance ».

>>> Comment l'abolition du servage a conduit à la révolution russe

Une opinion éclairée

Il serait impossible de décrire une fraction de la portée du racisme systémique dans un seul article. Mais du temps et des efforts sont nécessaires afin d’en savoir plus pour quiconque compte adopter une opinion qui prône le mépris des personnes en raison de leur couleur de peau. Avec le mouvement BLM en Amérique, tout le monde a le sentiment qu'il doit se forger une opinion rapidement et rien n'est plus rapide qu'un fil Reddit ou des vidéos YouTube de blogueurs conservateurs pour vous convaincre.

Le contributeur de TIME Magazine Justin Worland l’a résumé dans un article récent, intitulé Leréveil longtemps attendu de l'Amérique face au racisme systémique, soulignant certaines dures réalités que tout le monde, pas seulement les Américains, devrait réaliser :

« Pour capturer réellement toutes les façons dont le système est faussé contre les Noirs, il faudrait des tomes entiers. Mais même une courte liste semble très longue : les femmes noires sont trois à quatre fois plus susceptibles que les femmes blanches de mourir en couches, en partie à cause d'un manque d'accès à des soins de santé de qualité ; les enfants noirs sont plus susceptibles de fréquenter des écoles sous-financées, en raison d’une dépendance aux impôts locaux pour leur financement ; les électeurs noirs sont quatre fois plus susceptibles que les électeurs blancs de signaler des difficultés à voter ou à s’engager en politique que leurs homologues blancs, en partie à cause des lois qui, même aujourd'hui, sont conçues pour les empêcher d'exercer leurs droits démocratiques fondamentaux ; des millions d'autres ont été privés de leurs droits en raison de condamnations pour crime ; il a été démontré que les inondations dues à un ouragan frappent les quartiers noirs de manière disproportionnée... »

Les articles publiés de longue date et les nombreux livres sur le racisme individuel et systémique ne constituent pas un bon matériel « viral ». Une série de tweets ou de vidéos hors contexte, et la propagation de préjugés semblent souvent suffisants pour beaucoup de gens, pas seulement des Russes, afin de condamner un mouvement et de faire la sourde oreille à la souffrance d'un groupe de personnes.

>>> Que pensent réellement les Russes de Donald Trump?

Beaucoup de Russes à qui j'ai parlé ont cité pour justifier leurs opinions des scènes de violence commises lors des récentes manifestations en Amérique. Même si ces actes de violence sont commis par des groupes marginaux. Même si ce comportement est condamné par la majorité des manifestants. Et même si j’ai la conviction que si vous et votre famille étiez nés dans cette maison, tout en bas de ces escaliers, à travers le labyrinthe, derrière une porte verrouillée pendant des générations, personne ne vous en voudrait de vouloir mettre le feu à cette maison toute pourrie.

Pourquoi les Russes ne sont-ils pas si différents que ça des Américains ?  Trouvez la réponse dans cet autre article.

Benjamin Davis est un journaliste américain, auteur de The King of Fu, vivant à Saint-Pétersbourg, en Russie, où il a passé une année à travailler avec l’artiste Nikita Klimov sur leur projet Flash-365. À présent, il rédige principalement des micronouvelles magico-réalistes au sujet de la culture russe, des mésaventures autodévalorisantes et des babouchkas, en partageant ses exploits par le biais de l’application Telegram.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies