Les dix athlètes russes les plus prometteurs des JO de Tokyo

Valeri Charifouline, Egor Aleïev/TASS; Grigori Sisoïev/Sputnik
Des athlètes et nageurs russes titrés aux boxeurs et gymnastes-tiktokers les plus populaires, nous vous présentons des athlètes russes qui ont de grandes chances de victoires lors des Jeux olympiques d'été de Tokyo 2020 auxquels le coup d’envoi sera donné aujourd’hui (les compétitions ont été reportées d'un an en raison du coronavirus).

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Andrey Zamkovoy, 34 ans, boxe

Cette année, la sélection russe de boxe à Tokyo est représentée par 11 athlètes, dont quatre champions du monde, mais un seul, Andrey Zamkovoy, originaire de l’Extrême-Orient, a déjà participé aux Jeux olympiques. En 2012, il a remporté une médaille de bronze aux JO de  Londres et en 2016, il a participé aux Jeux de Rio de Janeiro, bien qu'il ait perdu en 16e de finale contre Rayton Okwiri du Kenya.

Trois ans plus tard, en 2019, Andrey est devenu champion du monde dans la catégorie des moins de 69 kg. C’est dans cette même catégorie que Zamkovoy participera aux Jeux olympiques cette année ; il sera en outre capitaine de l'équipe de boxe.

« Nous n'avons pas de rivaux "spéciaux". Nous nous adaptons à tout le monde, comme pour le dernier combat. Chaque athlète comprend pourquoi il va là-bas », a déclaré Zamkovoy à l’agence RIA Novosti.

Maxim Mikhailov, 33 ans, volley-ball

Mikhailov est l'un des deux porte-drapeaux de la délégation d'athlètes russes aux Jeux olympiques. Ces jeux seront les quatrièmes pour lui, après sa participation aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, de Londres en 2012 et de Rio de Janeiro en 2016. À ses débuts à Pékin, Mikhailov est devenu le meilleur buteur de l'équipe, qui a remporté le « bronze » ; à Londres, son équipe a décroché l’or. Et c'est sans compter les victoires en championnat d'Europe, en Ligue des Nations et à d’autres compétitions.

Mikhailov est qualifié de « perfectionniste » et de « bourreau de travail » ; dans un sondage, les joueurs de volley-ball de la Super League russe l'ont qualifié de coéquipier de rêve. Espérons qu'il montrera toutes ces qualités aux JO de Tokyo.

>>> Sept légendes russes de l’histoire des échecs

Sofia Velikaya, 36 ans, escrime

Le deuxième porte-drapeau de la délégation russe est Sofia Velikaya, originaire d’Almaty (une ville du Kazakhstan). Sofia a remporté sa première médaille d'or lors des championnats du monde de 2006. Au cours de sa carrière, Sophia est devenue 8 fois championne du monde et 14 fois championne d'Europe, aussi bien par équipes qu'à titre individuel. Velikaya a participé trois fois aux Jeux olympiques ; en 2016, à Rio de Janeiro, elle a remporté l'or dans la compétition par équipes - malgré le fait qu'elle ait donné naissance à un fils trois ans plus tôt.

Après les JO, Sophia a donné naissance à son deuxième enfant, une fille, est partie en congé de maternité et est revenue deux ans plus tard, raflant quatre autres médailles aux championnats d'Europe en 2018-19.

Nikita Nagorny, 24 ans, gymnastique artistique

C'est l'un des gymnastes russes les plus titrés. En 2019, il est devenu champion du monde, et trois ans plus tôt, en 2016, il a remporté la médaille d'argent aux Jeux olympiques de Rio.

Nikita évoque toutes ses réussites sportives sur YouTube, Instagram et TikTok – sur ce dernier réseau social, certaines vidéos avec ses exercices atteignent plus d'un million de vues. De plus, en 2018, Nagorny a fondé le club Académie des Champions, où les enfants et les jeunes font de la gymnastique et des étirements... Nous espérons que Nikita aura le temps de tourner une vidéo à Tokyo sur l’obtention de sa nouvelle médaille.

Svetlana Romashina, 31 ans, nage synchronisée

Heureuse épouse, mère d'une petite fille de trois ans, quintuple championne olympique de nage synchronisée, 21 fois championne du monde… c’est tout simplement l'une des athlètes les plus titrées au monde.

On pourrait la qualifier de « Terminator » parmi les nageuses synchronisées : dans toute sa carrière elle n’a pas subi plus de trois défaites en compétition. Presque toutes ses victoires, selon Romashina elle-même, ont été remportées sans drames majeurs - sauf aux Jeux olympiques de Rio, lorsqu’elle a dû se produire dans de l'eau verte (avec beaucoup de produits chimiques).

À Tokyo, Svetlana envisage de devenir septuple championne olympique et de mettre fin à sa carrière sur cette note positive, avant de commencer une nouvelle vie sans entraînement constant. Et à en juger par sa carrière sportive, elle a toutes les chances de réussir.

Anna Vyakhireva, 26 ans, handballeuse

Après sa victoire aux Jeux olympiques de Rio, cette jeune femme gracieuse a reçu le surnom de « Messie du Handball » de la part des journalistes. La raison ? Ses lancers, ses passes et ses torsions agiles de la main gauche. Autant de techniques qui ont mené son équipe à la victoire, et l’ont propulsée vers de nouveaux titres, comme celui de meilleure arrière droite du championnat du monde 2019.

Le 2 novembre 2020, Vyakhireva s'est blessée au bas du dos et n'a pas pu participer au championnat d'Europe, mais elle a réussi à récupérer avant les Jeux olympiques et attend avec impatience le début des jeux.

>>> Pourquoi les Russes excellent-ils en patinage sur glace?

Abdulrashid Sadulayev, 25 ans, lutte libre

« Char russe » est le surnom de cet athlète du Daghestan, vainqueur des Jeux olympiques de 2016. Il n'a subi qu'une seule défaite au championnat du monde de 2017. Après cela, Abdulrashid s'est entraîné neuf heures par jour pendant une année entière, et au championnat suivant, il a battu son adversaire haut la main.

La légende qu’est Khabib Nurmagomedov, lui aussi originaire du Daghestan, a félicité l'athlète pour sa victoire à plusieurs reprises et a salué sa persévérance. Le lutteur compte utiliser cette même qualité pour décrocher une deuxième médaille olympique à Tokyo dans la catégorie des moins de 97 kg.

Natalia Vorobyova, 30 ans, lutte libre

La première championne olympique russe de lutte féminine a remporté l'or à Londres en 2012 chez les moins de 72 kg et est déjà entrée dans l'histoire du sport russe. À Rio en 2016, elle a décroché l'argent.

En 2018, Natalia a eu un fils. Trois mois plus tard, l'athlète a repris l'entraînement et a continué à rapporter des prix à on pays - en 2020, elle a remporté l'or aux championnats du monde et en 2021 - l'argent aux championnats d'Europe.

À Tokyo, l'athlète vise à nouveau l'or. Ses plans immédiats après les JO sont de donner naissance à un enfant et de mettre fin à sa carrière.

Anzhelika Sidorova, 30 ans, athlétisme, saut à la perche

En termes d'expérience, Sidorova est mieux placée pour remporter une médaille d'or que les autres athlètes russes - en 2019, elle a remporté l'or aux championnats du monde avec un saut de 4,95 m.

Lors de la dernière saison, en 2020, elle a réalisé un saut de 4,92 m au championnat de Russie, et en 2021, et a raflé la deuxième place à la Diamond League de Monaco (4,80 m).

Cependant, à Tokyo, Sidorova rivalisera avec l'Américaine Katie Nageotte, qui a également dépassé la barre des 4,95 m – cette dernière sera la principale rivale d'Anzhelika.

Dina et Arina Averina, 22 ans, gymnastique rythmique

Les sœurs jumelles se disputeront l'or à Tokyo, toutes deux comptant se produire en concours individuel. Il est difficile de déterminer laquelle d'entre elles est la meilleure. Dina est déjà devenue à 13 reprises championne du monde, alors qu’Arina n’a obtenu « que » quatre médailles d'or lors de compétitions mondiales. Pourtant, lors du dernier championnat d'Europe en 2021, c'est Arina qui a occupé la première place du podium.

>>> Les cinq sportifs les plus riches et célèbres de Russie

Les sœurs ont répété à plusieurs reprises qu'elles se complétaient parfaitement. De plus, il s'agit de leurs premiers Jeux olympiques - nous espérons donc qu’aucun « conflit » pour les médailles n’aura lieu à Tokyo et que les sœurs remporteront toutes deux des prix dans toutes les disciplines.

Dans cette publication découvrez le portrait d'Anna Shcherbakova, championne du monde de patinage artistique 2021.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies