Discorde entre la Russie et les producteurs français de champagne

Sergueï Bobylev/TASS
La société française Moët Hennessy a déclaré qu'en raison d’une nouvelle loi, elle cessera d'exporter du champagne vers la Russie. Cependant, les autorités russes ont déjà critiqué la réaction de l'entreprise.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le 2 juillet, Moët Hennessy Distribution Rus a envoyé une lettre à ses partenaires pour leur annoncer qu'elle cesserait d'expédier son champagne en Russie. La lettre de l'entreprise a été publiée sur Facebook par Olga Sokolova, l'un des principaux responsables de Vinicom, société russe de distribution d'alcool.

« Le 23 juin 2021, le Conseil de la Fédération de Russie a approuvé un projet de loi [...]. Entre autres choses, le projet de loi a éliminé la notion de "champagne" et permet d'utiliser ce terme uniquement à l’égard du "champagne russe" produit sur le territoire de la Russie et oblige les producteurs de vins de la région française de Champagne à renommer leur produit en "vin mousseux" », peut-on lire dans la lettre signée par S. Artemenko, directeur régional des ventes de la société.

La lettre annonce également que Moët Hennessy cessera d'expédier ses produits à tous ses clients et réseaux de distribution en Russie. Malgré cela, le président russe a signé la loi le 2 juillet.

Deux jours plus tard, néanmoins, Moët Hennessy s'est rétracté et a déclaré qu'elle marquerait ses produits en tant que « vins mousseux » pour se conformer à la nouvelle loi et reprendre les expéditions vers la Russie.

Les changements législatifs ont entraîné une « suspension très temporaire des livraisons afin de s'adapter d'un point de vue logistique et réglementaire », a déclaré Bloomberg en citant un représentant de la marque.

Bien que le conflit semble s’être apaisé, des internautes russes se sont précipités sur Twitter pour critiquer la nouvelle loi, en soutien aux producteurs français de champagne.

« Nous devons renommer le Kouban [une importante région viticole de Russie] en "Champagne" et tout deviendra logique », a ironisé un utilisateur.

« Par analogie avec le champagne, il nous faut maintenant une loi pour que seules les voitures produites en Russie puissent être appelées Mercedes. Les voitures allemandes doivent être appelées "voitures fabriquées à l'étranger" », a surenchéri ce même utilisateur.

« La Russie n'autorisera l'utilisation du terme "film" que pour les films réalisés en Russie. Les films réalisés à Hollywood devraient être appelés "art amateur" », a plaisanté un autre internaute sur Twitter.

Lire aussi : Cinq cocktails soviétiques à préparer chez soi

Cependant, les membres russes de la communauté viticole n'ont apprécié ni le tollé de l'entreprise française ni ces publications humoristiques.

Avant que Moët Hennessy ne se rétracte sur sa décision d'arrêter l'expédition de champagne à ses clients en Russie, Leonid Popovitch, président de l'Union des vignerons et viticulteurs, a qualifié la décision de la société de « chantage ».

« C'est étrange, car personne ne leur interdit d'appeler leurs produits champagne. Et nous ne les obligeons pas à les appeler vin mousseux », a-t-il déclaré.

« Nous ne forçons jamais personne à nommer les boissons alcoolisées autrement que la façon dont le fabricant lui-même les nomme. Nous [leur] demandons simplement de prouver qu'ils respectent les normes russes en matière de vin mousseux et de l'indiquer sur l'étiquette », a précisé Popovitch.

Il a par ailleurs souligné que la loi n'interdit pas aux producteurs étrangers de qualifier leurs produits de champagne sur l’étiquette des bouteilles.

Pavel Titov, président du conseil d'administration d’Abrau-Durso, producteur de mousseux dans le sud de la Russie, a adopté un ton conciliant dans son commentaire sur la nouvelle loi et la critique de Moët Hennessy à son égard.

« La loi touche [Moët Hennessy] exclusivement en termes de moralité et de concept de violation des canons internationaux du paysage viticole. En fait, il n'y a pas de nouvelles barrières, la seule exigence est une nouvelle certification, un timbre d'accise. Il existe une règle viticole de respect. Nous, en tant que vignerons, nous comprenons que le terme "champagne" appartient aux vignerons de la région de Champagne », a déclaré l'homme d'affaires.

Jusqu'à présent, on ne sait pas exactement comment la loi affectera l'étiquetage des vins mousseux étrangers dans la pratique. Pourtant, les clients russes le sauront bientôt, car Moët Hennessy finalise actuellement les ajustements avant d'expédier de nouvelles bouteilles en Russie.

Dans cet autre article, nous vous contions justement l’histoire d’Abrau-Durso, mousseux prisé par les tsars et ayant traversé les âges.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies