À quel point les Russes d’aujourd’hui sont-ils des mordus de lecture?

Andreï Arkoucha/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alors que la renommée de la littérature russe n’est plus à faire et qu’en 2017 encore le pays se hissait à la deuxième place, derrière la Chine, du classement mondial des nations lisant le plus, que représente dans le détail cette activité pour la population ? Un récent sondage mené par le Centre panrusse d’étude de l’opinion publique fait la lumière sur les habitudes des Russes en la matière.

Tout d’abord, il en ressort que 44% des répondants affirment avoir lu entre un et cinq livres (y compris sous forme électronique) au cours des six derniers mois. 25% assurent même en avoir dévoré plus de cinq, tandis que 30% avouent n’en avoir pas parcouru un seul.

Notons que les femmes sont sensiblement plus nombreuses à s’être adonnées à ce hobby : 73% contre 63% des hommes. Par ailleurs, il est étonnant de constater que, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les jeunes lisent plus que les anciens : 78% des 18-24 ans ont lu au moins un livre au cours de cette période (et dominent largement dans la catégorie de ceux en ayant achevé plus de cinq), contre 73% des 25-34 ans, 68% des 35-44 ans, 66% des 45-59 ans et 67% des 60 ans et plus.

En outre, les habitants des deux capitales du pays apparaissent plus amateurs de ce passe-temps que les résidents des villages. En réalité, plus le lieu de peuplement est petit, plus la passion pour la lecture se réduit. Ainsi, si à Moscou et Saint-Pétersbourg seuls 16% des sondés n’ont lu aucun ouvrage durant les six derniers mois, ce taux se porte par exemple à 19% pour les villes de plus d’un million d’âmes, à 25% pour celles comprenant plus de 500 000 habitants, et jusqu’à 46% pour les villages.

Le niveau d’éducation semble également influencer cette pratique – plus il est élevé, plus la fréquence de lecture l’est aussi. Autre fait singulier, à l’inverse de ce que l’on entend souvent, l’utilisation d’Internet ne semble pas empiéter sur l’importance accordée à la lecture – 73% des usagers quotidiens du Web en Russie précisent avoir lu au moins un livre sur les six derniers mois, tandis que seulement 50% des participants admettant ne jamais ou que très rarement utiliser la Toile l’ont fait.

Dans cet autre article, nous nous intéressions à la lecture aux toilettes, une tradition bien ancrée en URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies