Cette zibeline russe miraculée ayant diverti les internautes durant le confinement

@russian_sable

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nous vous avions déjà parlé de cette petite zibeline noire nommée Oumora (Ouma en abrégé) qui est née dans une ferme de fourrure, condamnée à être le manteau de quelqu'un, mais qui est devenue une star d'Instagram à la place. Elle ne cesse d'élargir sa communauté de fans – sa page compte actuellement 230 000 abonnés, soit 80 000 de plus depuis notre précédente publication. Voyons voir comment cette petite sensation Internet s'est comportée pendant le confinement.

« Ouma a un document qui dit qu'elle n'est pas sauvage, affirme Evguenia, sa maîtresse. Le commerce des animaux exotiques est très cruel, et 90% des éleveurs sont liés aux braconniers ». Elle explique avoir acheté Ouma pour sauver au moins une vie, car ces adorables animaux sont élevés dans des fermes aux conditions déplorables, dans de petites cages sales.

Ouma est très intelligente et comprend même certains ordres. Elle aime son reflet dans le miroir – même elle sait qu'il est difficile de quitter des yeux quelque chose d'aussi chou !

La zibeline prend tout ce qu'elle aime – c'est son instinct naturel. Ici, Ouma et sa tomate honnêtement volée.

« Notre relation avec Ouma en une photo : la zibeline n'est jamais satisfaite, alors que j'essaie de me convaincre qu'elle est mignonne (quelque part au fond de mon âme). En fait, elle ne me mord pas les doigts si férocement, vous savez », écrit Evguenia.

Une danse romantique avec un poulet en plastique.

« La modestie est une chose dont Oumora est complètement dépourvue. »

« Après deux ans de vie commune, elle est devenue plus amicale. On peut être mordu à tout moment, mais maintenant elle dort dans mes bras. »


 

Une zibeline en diamants ? Pourquoi pas !

« J'ai emmené Ouma dans les bois. Ouma m'a dit que c'était sale, humide et bruyant là-bas. La zibeline a décidé de régner sur le monde depuis le balcon. Va dans la forêt toi-même, humain. »

« Les humains sont tellement bizarres : ils nous caressent, traversent nos territoires et nous parlent, mais quand nous faisons ce que nous voulons, ils sont malheureux ! Mon humain ne me laisse pas faire des rénovations à la maison ! Quand je décolle le papier peint, elle le recolle. »

Dans cet autre article, nous vous présentons Kirill Potapov, un entrepreneur russe qui vit avec des loups.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies