Panique ou sérénité: quel est l'état d'esprit des Russes face au coronavirus?

Komsomolskaya Pravda/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Près de deux mois après la première sonnette d’alarme tirée au sujet d’un nouveau virus alors dépisté en Chine, 99% des Russes se montrent informés à son sujet, révèle un récent sondage réalisé par le Centre d’étude de l’opinion publique (VTsIOM). Or, près de la moitié d’entre eux (52%) craignent qu’eux ou leurs proches puissent être contaminés par le coronavirus qui se propage à travers le monde, avec plus de 1 260 cas en Corée du Sud et plus 370 en Italie.

Cependant le taux d’inquiétude est assez modéré : seul un sondé sur dix (11%) considère que le risque de contagion est élevé, 60% jugeant que les chances de se voir infecté sont faibles. Près d’un tiers des personnes informées (28%) sont persuadées qu’aucune menace ne pèse ni sur eux ni sur leurs proches.

64% des individus interrogés, principalement les jeunes de 18-24 ans, estiment qu’il est possible de se protéger contre l’épidémie. Parmi les mesures énumérées figurent notamment celles consistant à se laver les mains et à se soucier de l’hygiène (37%), à éviter les lieux fortement fréquentés (32%), à porter un masque (23%), à renoncer aux voyages en Chine et à l’étranger en général (11%).

D’ailleurs, plus de la moitié des Russes (67%) sont persuadés que les services médicaux et épidémiologiques du pays pourront protéger la population contre la propagation du coronavirus en cas de menace réelle. Au contraire, 28% sont très sceptiques face aux capacités de ces services à protéger les citoyens en cas de pandémie.

Dans cet autre article, nous vous présentions l’Arbidol, médicament soviétique retenu par la Chine pour traiter le coronavirus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies