Un homme survit à 18 jours d’errance dans la toundra glacée de l’Extrême-Orient russe

Un éleveur de rennes dans l’Arctique russe

Un éleveur de rennes dans l’Arctique russe

Pavel Lvov/Sputnik
Cet éleveur de rennes a perdu 15 kilos avant d’être secouru.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Un jeune homme en vêtements d'hiver épais rencontre ses proches pour la première fois depuis le début de l'année 2020. Il soupire, allume une cigarette et inhale. Étrangement, il n'y a pas d'excès de sentiments de part et d'autre.

« L'infirmière t’a dit d'aller à l'hôpital », dit une voix derrière la caméra.

« Oui, je vais d'abord prendre une douche », dit l'homme avec indifférence.

Au cours des 18 derniers jours, il a lutté pour sa survie dans la glaciale toundra.

Signalement de disparition

Le 16 décembre, un appel au service d'urgence local a signalé la disparition d'une personne. L'éleveur de rennes Anatoli Seri avait entrepris un voyage professionnel vers une base située à une quarantaine de kilomètres de son village natal d'Amgouèma, un lieu reculé de la Tchoukotka, région à l’extrême Nord-Est de Russie.

Il disposait alors d’une motoneige, d’un chien et d’un téléphone satellitaire. Avant que ce dernier ne rende l’âme, Anatoli avait pu joindre sa famille et l’informer qu'il s'était perdu dans la toundra.

La toundra est un biome où une courte saison de croissance et des températures basses entravent la croissance des arbres. En hiver, il est aussi facile de se perdre sur ce terrain hostile qu'en mer : les paysages sont uniformes et comportent peu de points de repère. Pour aggraver les choses, le blizzard était en approche.

>>> Éleveurs de rennes, une vie à la poursuite des animaux

Le chef du district, Roman Korkichko, a par conséquent tenu une réunion d'urgence pour planifier une mission de recherche et de sauvetage. Deux groupes de 11 motoneiges sont donc partis sur les traces de Seri.

Le quatrième jour des recherches, le district a également envoyé deux buggies conçus pour se déplacer en zones marécageuses, en vain.

Une cabane de pêcheur salutaire

À quelque 200 kilomètres de la destination finale de l’itinéraire présumé que le disparu aurait dû emprunter pour se rendre au village de Ryrkaïpi, Seri est finalement tombé sur une minuscule cabane de pêcheur délabrée, érigée en plein sur la rivière gelée.

Pour un homme ayant passé des jours dans la toundra glacée sans avoir suffisamment de nourriture ou d'eau – sauf sous forme de neige – cette bâtisse inhabitée est assurément apparue comme une consolation.

« Son téléphone satellitaire est mort et il n'avait pas de GPS. Au début, il a simplement attendu [de l'aide]. Puis il a tenté de trouver un chemin pour se sortir de là, mais il a tourné dans la mauvaise direction. Lorsque la motoneige est tombée en panne d'essence, il a passé plusieurs nuits à dormir dans la neige à proximité. Anatoli avait une petite réserve de nourriture avec lui, et il a réussi à l’étaler sur quatre jours », a expliqué Evguenia Malakhova, une employée du village, qui connaît bien les détails de la mission de recherche.

Lorsque le véhicule s’est arrêté, Seri y a attaché son chien et s'est mis en route à pied.

>>> «L’ourse m’enterrait en me dévorant»: ayant survécu à une rencontre avec la bête, elles témoignent

La cabane de pêche ne contenait aucune réserve de nourriture ou d'eau, mais a offert à l'homme un toit et des murs pour se réfugier du blizzard. Qui plus est, s’y trouvait un petit four, que Seri a alimenté avec tout ce qu'il pouvait trouver dans la maison pour maintenir le feu.

Cela a en réalité sauvé sa vie, la température extérieure étant alors tombée à -30°.

Retour à la maison

Le chien a été découvert en premier. Il avait attendu fidèlement là où Seri l'avait laissé, attaché à la motoneige en panne. L’animal a ainsi été évacué par hélicoptère et très vite, l'équipe de sauvetage a également localisé la maison de pêche et le gardien de rennes affamé à l'intérieur.

Dans ce laps de temps de 18 jours, l'homme avait perdu 15 kilos à cause de la malnutrition, mais les spécialistes de la santé ont jugé que son état était suffisamment satisfaisant pour lui permettre de rentrer chez lui, évitant ainsi toute hospitalisation.

« Ça va, il n'a perdu que 15 kilos. Mais il est de bonne humeur et heureux d’avoir été secouru. Il sera en congé médical pendant un certain temps », a déclaré Malakhova.

La vidéo de son retour tant attendu montre en effet un homme serein. Cigarette en main, il embrasse une femme et dit de manière légèrement irritée : « Je n'ai pas mangé depuis 15 jours ».

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment survivre seul dans la taïga russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies