Maria Zotova, la plus belle karatéka de Russie

Maria Zotova
Elle a prouvé que cet art martial n'était pas seulement une affaire d’hommes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En décembre 2019, une information a déclenché de vifs débats sur l’Internet russe : la karatéka Maria Zotova, accusée d’avoir excédé le degré de légitime défense autorisé, aurait été arrêtée pour avoir passé à tabac deux hommes qui l'avaient harcelée. L'un d'eux serait mort à l’hôpital.

L’incident a également provoqué un tollé général parce que l’apparence de la jeune fille ne suscitait a priori aucune association avec la violence. Cependant, cette histoire s'est révélée être une fake news.

L'histoire n'a fait qu’attiser l’intérêt pour la jeune athlète: « karatéka charmante et dangereuse », « séduisante karatéka » - les titres de diverses publications regorgeaient d'épithètes élogieuses.

Maria est originaire de la ville de Kline, près de Moscou, et pratique le karaté depuis l'âge de 10 ans sous la stricte direction de son père. Maintenant, l'athlète a 20 ans et elle est déjà maître ès sports, possède la ceinture noire et est membre de la sélection russe de karaté.

Elle a été invitée dans l'équipe nationale en 2017 - les entraîneurs ont remarqué le jeune talent lors d’un tournoi de karaté de l'Union russe du sport étudiant.

En 2018, Maria a reçu au sein de l'équipe féminine le bronze aux Championnats du monde de karaté à Madrid, et en 2019, elle a remporté l'or dans la catégorie individuelle - au championnat junior de Russie.

Maria voyage beaucoup, et apprécie particulièrement la ville de Sotchi où l'équipe organise souvent des camps d'entraînement. Soit dit en passant, le compte Instagram de la fille compte plus de 37 000 abonnés.

Dans cet autre article, nous vous dressons le portrait des cinq sportifs les plus célèbres de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies