Svetlana Soluyanova, cette Russe que les coups sur le ring n’effraient pas

Svetlana Soluyanova
Malgré des débuts difficiles dans la vie, Svetlana est aujourd’hui championne d’Europe et convoite même l’or olympique. Russia Beyond s’est entretenu avec cette redoutable sportive, que rien ne semble pouvoir arrêter.

Au premier abord, difficile de deviner que cette jeune femme russe s’adonne à la boxe, et encore moins qu’elle est championne d’Europe.

En mars 2018, Svetlana Soluyanova, 24 ans et 51 kilos, a pourtant remporté le Championnat de boxe féminine de Russie, et en juin, a décroché la première place dans le Championnat d’Europe, suite à cinq victoires dans sa catégorie. Ce n’est donc pas une surprise si certains médias russes l’ont qualifiée de « plus belle boxeuse d’Europe », tandis que le magazine Glamour Russia l’a nominée pour le titre de « Sportive de l’année ». Mais comment est-elle parvenue à se faire un nom dans cette discipline exigeante et que pense-t-elle des critiques formulées à son égard ?

Née dans la petite ville de Dimitrovgrad (961 kilomètres à l’est de Moscou), Svetlana a connu bien des épreuves dans son enfance. Sa mère a en effet brillé par son absence (puisqu’ayant passé du temps en prison), l’obligeant à vivre plus de 12 ans chez une tante, puis chez l’ami de sa mère. « Je pense que cette période de ma vie m’a enseigné qu’il faut que je compte toujours sur moi-même, et sur personne d’autre », a-t-elle affirmé.

C’est il y a dix ans qu’elle a suivi son premier cours de boxe. « Mon frère m’a parlé de cours gratuits de boxe ouvrant à proximité, c’est comme ça que mon histoire a commencé », confie Svetlana à Russia Beyond.

« Bien entendu, il y a beaucoup de gens qui ont dit que je n’aurais pas un avenir décent », se rappelle-t-elle. « Dans des moments aussi difficiles, vous commencez également à douter de vous et cherchez à changer votre situation pour atteindre le meilleur de vos capacités. Grâce à mes proches, et tout particulièrement à mon entraineur [Airat Bogdanov], j’ai réussi à le faire. Il est comme un père pour moi. Je lui suis reconnaissante pour avoir fait de moi [ce que je suis aujourd’hui] », relate-t-elle.

Si elle n’avait pas choisi la boxe, Svetlana aurait plutôt opté pour la musique. « Jusqu’à mes 15 ans je pratiquais tant la musique que la boxe, mais quand je suis sortie diplômée de l’école de musique, j’ai dû faire un choix », se remémore la jeune femme. Bien qu’elle se soit dirigée vers le sport, elle joue encore régulièrement de la guitare et écrit des chansons. Son goût pour la musique est par ailleurs inhabituel, puisqu’elle aime par-dessus tout la variété russe et des artistes tels que Sergueï Nagovitsine et Mikhaïl Kroug.

On la questionne régulièrement au sujet de son physique, mais Svetlana n’a jamais réellement songé à une carrière dans le mannequinat. Pour elle, tout ce qui compte, c’est l’or olympique, « le but le plus évident et le plus important pour tout sportif ».

« Je suis totalement différente dans la vie réelle par rapport aux photos, admet-elle. Je vais rarement dans les salons de beauté, seulement deux fois par mois pour me teindre les cheveux. Je ne suis pas blonde au naturel. À la maison, j’ai uniquement un grand miroir et je m’en sers plus pour pratiquer ma boxe que pour poser ».

Elle assure en outre rarement porter du maquillage et préférer les tenues de sport car elle passe la majeure partie de son temps à s’entrainer à la salle. « Je m’entraine cinq heures par jour et souvent je passe mes soirées à la maison. Je joue de la guitare et écris dans mon journal intime ». Malgré son emploi du temps chargé, Svetlana trouve du temps pour tout ce qu’elle considère important, et notamment ses amis, sa famille et son petit ami.

Décrocher l’or au Championnat d’Europe n’a pas radicalement changé la vie de Svetlana : « Je m’entraine dur et ne me repose pas sur mes lauriers juste parce que je sais que je suis la championne d’Europe ». Elle perd occasionnellement des combats, mais peut toujours s’appuyer sur le soutien de son coach. « Il est la personne que j’écoute le plus et je prends chacune de ses paroles très au sérieux, souligne-t-elle. Parfois, j’apprends plus des défaites, cela me motive ».

Malgré ses exploits, elle n’échappe malheureusement pas aux critiques. Certains l’accusent de paraître trop peu féminine, tandis que d’autres lui reprochent de ne devoir son succès qu’à sa seule apparence.

Svetlana ne prend cependant pas ces dires au sérieux : « Vous pouvez rassurer tout le monde, c’est simplement impossible à faire. Je pense que, trop souvent, les gens ne remarquent que vos victoires et oublient tous les obstacles que vous rencontrez sur votre chemin ».

Dans cette autre publication, nous vous dressons le portrait des cinq combattants de MMA les plus redoutés de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies