Aglaïa Tarassova, la Russe qui a conquis le cœur de Darren Aronofsky

Elle a été récompensée comme « Meilleure actrice », rêve d'ouvrir un réseau de refuges pour animaux et vit entre deux pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pour la première fois, l'actrice Aglaïa Tarassova, âgée de 25 ans, et le réalisateur américain Darren Aronofsky, âgé de 50 ans, ont officialisé leur relation cette année, au 67e festival du film de San Sebastian en Espagne. Aronofsky a produit l'un des films du programme de compétition, tandis qu’Aglaïa l'accompagnait. Les photographies sur lesquelles le couple se tient la main et se donne des baisers constituaient la première preuve de leur relation.

Le réalisateur de Cygne noir, selon des initiés, a rencontré Aglaïa lors de sa première visite en Russie en 2018 : ils ont été vus ensemble plusieurs fois lors d'événements. Ils ont d'abord participé à une réception caritative au musée de l'Ermitage, puis au mariage d'un ami en Géorgie puis, cette année, aux premières du spectacle Barillo de Kirill Serebrennikov et de la série télévisée controversée « Femmes entretenues » de Konstantin Bogomolov. Mais le couple n'a pas montré ses sentiments en public. C’est la première relation d’Aronofsky depuis sa rupture avec Jennifer Lawrence en 2017.

Aglaïa est née à Saint-Pétersbourg dans une famille célèbre : sa mère est l’actrice russe populaire Ksenia Rappoport, son père est l’homme d'affaires Viktor Tarassov. Depuis son enfance, Aglaïa fréquente aux côtés de sa mère des festivals de cinéma et connaît bien l’élite mondaine.

En 2008, Aglaïa a assisté pour la première fois au festival du film de Venise, présenté par sa mère : « Le festival de Venise a été une grande aventure, ça m’a même rendue un peu folle. J'ai volé le verre dans lequel Brad Pitt avait bu du champagne. Ensuite, à Saint-Pétersbourg, je l'ai vendu à une camarade de classe pour 200 roubles : ce n'était pas une petite somme à l’époque », se souvient-elle.

Aglaïa indique avoir toujours essayé de sortir de l'ombre de sa célèbre mère. Elle a refusé de prendre son nom de famille et ne voulait pas devenir actrice. En 2012, elle est entrée à l’Université de Saint-Pétersbourg pour suivre un cursus de sciences politiques. Cependant, après un mois de cours, elle a été invitée à son premier tournage.

Après le tournage, Aglaïa est retournée à l'université. Mais une autre proposition a suivi, puis une autre et ainsi de suite. Elle a donc quitté les bancs de l'université.

L'année suivante, Aglaïa entre à l'Université pédagogique Herzen à la Faculté de langues étrangères, mais l'histoire se répète. « La première fois que j'ai assisté à un casting, j'ai fortement suspecté qu’ils m’avaient rappelé parce que j'étais la fille de Rappoport. Bien que j'aie délibérément laissé un nom de famille différent…, a raconté Aglaïa. Puis les castings ont commencé  par la question : "D'où venez-vous ?". Cela montrait qu’ils se souvenaient de moi car ils m’avaient vue dans un film, c'est pour cela qu’ils me rappelaient. Et j'aime vraiment ça ». Incapable de combiner sa carrière d'actrice et ses études, elle a fait un choix en faveur du travail.

Les projets les plus remarquables d’Aglaïa incluent la série télévisée populaire russe Internes, la série Enfant trouvé et les débuts en long métrage dans le drame La Glace, où elle jouait le rôle principal. Pour sa prestation, Aglaïa a reçu le prix national Aigle d’or dans la catégorie meilleure actrice et le prix international Chopard Talent Award en tant que jeune actrice talentueuse.

Elle parle beaucoup de sa vie sur Instagram, où elle publie des photos de tournages, de voyage et fait de la publicité pour des marques célèbres. Avant Darren, Aglaïa a eu une relation l'acteur serbe Milos Bikovic, mais ils se sont séparés au printemps 2018 « en raison d'une incompatibilité entre leurs emplois du temps ».

« Pendant mon temps libre, j'essaie de lire et de me développer dans d'autres domaines de création qui m'intéressent - la musique, les langues, le dessin », explique-t-elle.

Aglaïa apprécie Black Mirror, Game of Thrones et Breaking Bad. Elle plaide pour le naturel, s’oppose à la chirurgie esthétique et aux « injections », rêve d'ouvrir un réseau de refuges pour animaux et soutient également des campagnes écologiques. « Aujourd'hui, la Russie jette littéralement la moitié de sa production de charbon, de pétrole et de gaz dans le vent - et tout cela parce que nous n'avons pas l’habitude d'économiser. Je m’assure toujours que les lumières inutiles de ma maison soient éteintes. Après tout, si nous ne commençons pas à penser à l’avenir, et continuons à épuiser sans pitié les ressources de la Terre, nous n’aurons tout simplement pas d’avenir », a-t-elle écrit sur son compte Instagram en 2015 pour soutenir la campagne environnementale de Discovery « Agir maintenant ».

En 2018, elle a recommencé à étudier. Cette fois, en Amérique, où elle se rend régulièrement, notamment en raison de sa relation avec Aronofsky. Mais la jeune femme continue de vivre et de travailler en Russie.

Dans cet autre article, trouvez le portrait de Sasha Luss, le mannequin russe à l’affiche du nouveau film de Luc Besson « Anna ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies