Aucun homme noir à Tchernobyl, dit-on? Faux!

Igor Khiriak
Il s’agissait d’un soldat dont l’unité militaire avait reçu pour ordre d’aider à l’évacuation de la population des zones se trouvant à proximité de la centrale en 1986.

La scénariste britannique Karla Marie s’est insurgée sur Twitter qu’aucune personne de couleur ne figurait dans la nouvelle série de HBO Tchernobyl. De vives discussions n’ont pas tardé à s’animer.

Sa publication a été accueillie avec sarcasme en Russie. Les internautes ont tenté de convaincre Marie qu’il était difficilement probable qu’une personne de couleur se soit trouvée dans cette région d’URSS et ait été en charge d’une centrale nucléaire secrète.

>>> Qui était Valeri Legassov, le scientifique soviétique qui a sauvé le monde de Tchernobyl?

Toutefois, le site ukrainien theBabel a révélé qu’un homme noir avait bel et bien été impliqué dans l’atténuation des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Son nom est Igor Khiriak, né en 1967.

D’après les données présentées, il avait été mobilisé pour son service militaire obligatoire à l’âge de 18 ans et avait rejoint la brigade de pontons et de ponts à Kiev en 1985. Or, les membres de cette unité militaire ont été sollicités pour aider à faire face au désastre.

En 1986, l’unité a ainsi érigé un pont traversant la rivière Pripiat afin d’évacuer les habitants de la ville du même nom, théâtre du drame.

Le compte VKontakte (équivalent russe de Facebook) d’Igor comprend de nombreuses photos de cette époque à Tchernobyl, qu’il a mises en ligne en 2016 afin de commémorer le 30e anniversaire de la tragédie. S’y trouve également un scan du Certificat honorifique de Gratitude qu’il a reçu pour son action auprès de la Patrie et signé par le commandant de son unité.

Igor réside aujourd’hui en Russie, dans la ville de Tcherepovets (376 kilomètres au nord de Moscou), dans la région de Vologda. Il a d’ailleurs lui-même visionné la série.

« C’est un film distrayant, rien de spécial. Du réalisme, il y en a, du très bon, les créateurs ont eu une approche sérieuse. J’ai vu des lieux reconnaissables : c’est comme une ville natale, dans laquelle je n’aurais pas été depuis longtemps, mais que j’avais vu à nouveau », a-t-il témoigné au sujet de l’œuvre, interrogé par la chaîne de télévision Zvezda, avant d’ajouter que malgré l’absence de tout talent d’acteur, il aurait avec plaisir participé au tournage.

Aujourd’hui à la retraite, Igor semble aimer, à en juger les photographies publiées par ses soins sur les réseaux sociaux, élever ses poules, aller à la pêche et à la cueillette aux champignons, ainsi que participer à des reconstitutions historiques.

Dans cet autre article, nous vous présentons les cinq catastrophes industrielles et de transport les plus meurtrières d’URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies