Pourquoi des Russes se font-ils tatouer le visage?

Victoria Ryabikova
De nos jours, les tatouages ​​sur tout le corps - agrémentés d'images et de lettres colorées – ne suscitent guère l’étonnement, mais un tatouage sur le visage a toujours le pouvoir de choquer.

Bien que les tatouages ​​corporels soient depuis longtemps un attribut à la mode, les tatouages ​​sur le visage sont encore assez rares et capables de susciter les émotions les plus contrastées, allant de l’intérêt à la surprise et au choc. Des mots, des signes, des animaux et d'autres objets apparaissent sur les visages russes non seulement à Moscou, mais également dans de nombreuses villes de province. Leurs propriétaires ont expliqué à Russia Beyond pourquoi ils avaient besoin de marques indélébiles aux endroits les plus visibles.

« Signe d'esclavage »

« Reine étrangère », « Sailor Moon », « femme musulmane »… Ne sont que quelques exemples des associations formulées à l'égard de la tatoueuse Aurora de Saint-Pétersbourg, 31 ans, arborant un demi-cercle tatoué sur le front.

Aurora elle-même se moque bien de ces associations, affirmant que sa vie de tatouée a commencé lorsqu'elle a entendu l'« appel », il y a quatre ans.

« Je suis allée devant le miroir et j'ai littéralement vu ce symbole sur mon visage. Cela va à l'encontre de mon code interne de résister à de telles visions », explique-t-elle. Quelques jours plus tard, cette vision était définitivement gravée sur son visage.

Ce n'était pas son premier tatouage. Elle a commencé à entendre de tels « appels » lors d'une randonnée dans les montagnes de Carélie, tout juste sortie de l'université, il y a presque dix ans.

« Je venais juste d'obtenir mon diplôme universitaire et je ne savais pas quoi faire, même si j'avais déjà un diplôme en études de l'environnement et travaillais comme experte en écologie. Mais ce n’était pas aussi excitant que de se faire tatouer », se souvient Aurora.

De retour à la maison, elle a commencé à étudier l’histoire des tatouages, a acheté une machine et a fait son premier tatouage, qu’elle a maintenant honte de montrer. Elle a progressivement acquis de l'expérience et des clients. Aurora ne fait pas simplement des tatouages : comme elle le dit elle-même, elle aide les gens à réaliser leurs désirs cachés.

« Les gens viennent me voir et me disent : "J’ai rêvé de ce tatouage". Ensemble, nous explorons ce qu’ils ont vu et pourquoi, reconstituons l’image et lui donnons vie »

Quant à la façon dont les autres réagissent à son tatouage au visage, elle admet que beaucoup de personnes dans la capitale du nord de la Russie sont très surprises.

« Une fois, j’ai eu une dispute avec un chauffeur de taxi paternaliste. Il a dit qu'un tatouage était un signe d'esclavage, se souvient-elle. Mais elle ne s’offusque pas de ces opinions : Que puis-je faire si le sauvage intérieur qui est en moi s’est réveillé et que l’appel de mes ancêtres est implacable? ».

>>> Avoir sa patrie dans la peau: des tatouages aux couleurs de la Russie et de l’URSS

On n’a rien sans rien

Dmitri, un jeune chef-cuistot souriant d'Ivanovo (250 km au nord-est de Moscou), avait une raison différente de se faire tatouer le visage. Il mourait d'envie de savoir à quel point cela faisait mal.

Il s'avère que ce n'était pas trop douloureux, comme en témoigne le mot « douleur » sous son œil, sans parler des haches sur le front, du requin sur la joue, des trois bandes sur le nez et des tentacules sur le cou (à laquelle une pieuvre encrée sera bientôt rattachée).

« C'est vrai que ma tête fait toujours mal, mais c’est supportable », se vante Dmitri.

Le jeune homme rayonnant a commencé à se tatouer à l'âge de 14 ans. Il a passé deux ans à chercher le tatoueur approprié, puis s'est fait faire les bras, suivi de tout le reste. Pour lui, adepte du tatouage, l’essentiel est de pouvoir combiner différents styles.

Une seule fois, il a eu des problèmes à cause de ses tatouages ​​- lorsqu'il tentait de trouver un emploi dans un magasin de vêtements local. Les dirigeants ont décidé que son apparence atypique pourrait effrayer les clients, en particulier en Russie.

>>>Un tatouage pour aider les femmes battues à effacer leur passé 

Un monde sauvage

Il n’est pas difficile de deviner ce que le DJ et designer Vegan aime manger : les tatouages ​​sur son front, ses joues et même ses paupières portant son surnom et son style de vie sont visibles de loin.

Vegan a hésité un moment avant d'opter pour un tatouage, car il craignait que cela ne nuise à sa carrière de mannequin.

« À la fin, j'ai décidé d'aller de l'avant. J’ai abandonné les projets de mannequinat qui n’autorisent pas les tatouages ​​au profit de ceux qui les exigent spécifiquement », explique Vegan.

Les inscriptions « Vegan » et « Animal » (qui rivalisent pour l’espace de sa peau avec les tatouages ​​de la vieille école) sont sa tentative d’attirer l’attention sur le sujet du véganisme. Incidemment, ils ont tous deux été réalisés par des tatoueurs végétaliens.

« C’est pour montrer que nous sommes une espèce d’animal qui fait n’importe quoi et qui a décidé que nous avions le droit de manger d’autres animaux, bien que ce ne soit pas le cas », déclare-t-il avec indignation.

Il préfère éviter les endroits où ses tatouages ​​pourraient provoquer une réaction négative, bien qu'il n'y en ait pas beaucoup en Russie ces temps-ci.

« Même en province, les gens font preuve de respect et admettent qu’ils aimeraient se faire tatouer le visage et les bras, mais ne peuvent pas pour des raisons professionnelles. Je pense que le problème va bientôt disparaître », prédit-il.

Dans cette autre publication, nous vous parlons du Russe qui se fait tatouer la signature de célébrités pour ensuite... vendre sa peau aux enchères

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies