Ce blogueur africain qui a pris racine dans l’Extrême-Orient russe

Svetlana Pavlova/TASS
Mark Babatunde, originaire du Nigéria, n'avait jamais pensé qu'il vivrait un jour dans une ville russe de moins de dix mille habitants. Désormais il y élève trois enfants, enseigne le chinois et écrit des blogs, le tout à des températures extrêmement froides.

Mark Babatunde, originaire du Nigéria, n'avait jamais pensé qu'il vivrait un jour dans une ville russe de moins de dix mille habitants. Il redoutait les habitants qui mangeaient de la viande crue et des températures chutant à -50°C. Pourtant, il s'y est installé, a trouvé un emploi dans l'enseignement et a lancé sa chaîne YouTube sur la vie en Yakoutie.

Amour russe

Mark a rencontré sa future épouse alors qu'il étudiait en Chine en 2004. Elle venait de Sakha, une république russe de l'Extrême-Orient du pays, réputée pour son climat extrême et les températures les plus basses de l'hémisphère nord.

Ils étaient mariés depuis dix ans et avaient deux enfants quand, en 2014, ils se sont décidés : Mark allait quitter la Chine et suivre le reste de sa famille en Yakoutie, sa femme préférant que leurs enfants soient scolarisés dans leur langue natale, le russe.

La région si familière à sa femme lui était totalement étrangère. Il ne savait pas à quoi s'attendre.

>>> Une beauté hivernale au pays du record glacial

« J'étais curieux, nerveux et un peu effrayé ; je craignais que les gens ne m'acceptent pas, a déclaré Babatunde. Pourtant, cet homme noir, une rareté en Extrême-Orient russe, a rapidement gagné en popularité. Les habitants l’ont invité à pêcher dès son arrivée en ville. Ce n'était pas ce à quoi je m'attendais, c'était très agréable ».

Une invitation à un club anglais local a suivi rapidement.

Une offre soudaine

« Ils m'ont invité à participer à un séminaire car l'anglais est une langue officielle au Nigeria ». Par hasard, Babatunde a rencontré le directeur d'une école située dans un village voisin. Les deux hommes ont parlé et le directeur de l’école a invité Mark à visiter son établissement.

« J'étais dans cette école d'un village et ils m’ont demandé : voudriez-vous enseigner le chinois ici? ».

En quelques jours, ce Nigérian s’est retrouvé à donner des cours de mandarin dans l’Extrême-Orient russe. « Je ne m'étais jamais attendu à ce que quelqu'un m'engage pour enseigner le chinois là-bas », a déclaré Mark.

>>>«La Russie, c’est chez moi»: portraits d’Africains à Moscou

Pourtant, il a pu créer un lien profond avec ses élèves. « La plupart de mes étudiants n’ont jamais quitté leur région. Ils s'intéressent beaucoup à la Chine, au Nigéria et à d’autres pays », a déclaré Mark, qui a fait de son mieux pour familiariser les enfants de Iakoutie avec la culture des pays étrangers.

« Mes élèves sont très intelligents, très cultivés et ont de bonnes manières. C’est comme s'ils étaient mes propres enfants ».

Viande crue et maisons sur pattes

Beaucoup de choses ont surpris Babatunde quand il a mis le pied sur le sol russe. « La façon dont les maisons sont construites (comme il fait très froid, on construit des maisons sur "pattes" surélevées au-dessus de la surface du sol), le type de nourriture qu’ils mangent : les habitants peuvent manger de la viande crue. Je ne suis pas sûr de pouvoir m'y habituer », a-t-il déclaré en se référant aux habitudes alimentaires traditionnelles des habitants du Nord de la Russie.

Contrairement à une idée répandue, les températures extrêmement basses de la région ont beaucoup moins surpris le Nigérian. « Je me suis habitué au froid lorsque je vivais en Chine, a déclaré Babatunde. Pourtant, -50°C ce n’est pas une blague pour moi, c’est très dur. Alors, ta façon de t'habiller est importante et il faut t'habituer et comprendre le temps qu'il fait ».

>>> Ces Africains ayant connu la prospérité en Russie impériale

L’Africain le plus septentrional

La fascination de Mark pour sa nouvelle maison l’a poussé à lancer sa chaîne YouTube où il se présente comme « l’Africain le plus septentrional du monde ». Cela se pourrait bien, car la seule vidéo qu’il ait téléchargée jusqu’à présent le montre vêtu d’un épais manteau d’hiver errant dans des paysages gelés. En dépit de l’attention portée à la chaîne par les médias russes, la raison initiale de son lancement était plutôt sentimentale et personnelle.

« Lorsque vous essayez d’expliquer aux gens ce qu'est la Iakoutie, ils risquent de ne pas comprendre. Quand vous dites qu'il fait -50°C, ils ne comprendront que si je l’enregistre en vidéo et qu’ils peuvent le voir de leurs propres yeux », a déclaré Babatunde.

« Je voulais juste faire quelque chose de modeste. Je ne sais pas combien de temps je vais rester en Yakoutie, je veux garder des souvenirs », clôt-il son récit.  

Dans cet autre article, découvrez l’incroyable destin de ces Françaises ayant décidé de suivre leurs maris décembristes exilés en Sibérie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies