Des habitants de la Tchoukotka, dans l'Arctique russe, viennent en aide à un ourson blanc orphelin

Vous pensiez que la proximité existant entre les Russes et les ours n’était qu’un mythe ? Les habitants des villages de Ryrkaïpi et de Billings, dans le district autonome de Tchoukotka (extrême Nord-Est de la Russie), s’apprêtent à vous prouver le contraire, comme le rapporte l’agence de presse RIA Novosti.

En effet, un ourson blanc âgé d’à peine un an a élu domicile, seul, sur la côte de la mer de Sibérie orientale il y a près d’un mois. Les locaux ont par conséquent considéré de leur devoir de veiller sur lui, et de le nourrir.

« Pour la première fois dans l’histoire se déroule une expérimentation unique : un essai de préserver en milieu naturel un ourson seul d’un an. Resté seul sans mère à un tel âge, cet animal a peu de chances de survivre. Habituellement, de tels petits sont envoyés au zoo, mais dans la situation en question, nous avons entrevu une opportunité de garder l’ourson dans son habitat naturel », explique Viktor Nikiforov, expert en ours blancs au sein du Centre scientifico-expéditionnaire d’étude des mammifères marins, à Moscou.

En réalité, cela n’a été rendu possible que par la présence voisine d’une portion de littoral où, en automne, des milliers de morses viennent se reposer, puis repartent, laissant derrière eux les carcasses de leurs camarades décédés, et dont l’ourson peut donc se sustenter. Gelée par les températures ambiantes atteignant les -30°, la viande a toutefois dû être découpée et attendrie pour le jeune quadrupède, dont la dentition ne permet pas encore de s’attaquer à un tel festin.

À noter que l’ourson est cependant maintenu à l’écart des points de peuplement et de la nourriture humaine, afin qu’il ne s’habitue pas à ses bienfaiteurs et qu’il puisse plus tard vivre en parfaite autonomie.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment survivre lors d’un face-à-face avec un ours.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies