Vers une suppression des visas pour les jeunes entre la Russie et la France?

Konstantin Kokoshkin/Global Look Press

En 2019, pourrait voir le jour un Office franco-russe pour la jeunesse, chargé d’intensifier les échanges scolaires et universitaires bilatéraux, rapporte le journal Izvestia, s’appuyant sur les propos de Caroline Janvier, directrice du groupe d’amitié France-Russie au sein de l’Assemblée nationale française.

Parmi les grandes lignes directrices de cette initiative, se distinguent ainsi le renforcement des positions de la langue russe en France et de la langue française en Russie, la création de nouveaux schémas d’échanges entre les établissements universitaires, la conclusion de nouveaux partenariats dans le domaine de l’éducation, ainsi que la simplification voire la suppression des régimes de visa pour les jeunes d’un certain âge.

Lire aussi : Comment étudier en Russie: les démarches étape par étape

Si, selon la députée, ce projet sera à l’ordre du jour de la Grande commission parlementaire franco-russe, dont la prochaine réunion est prévue pour le printemps prochain à Moscou, cette idée n’est toutefois pas nouvelle, puisque c’est le secrétaire exécutif du Dialogue de Trianon, Alexandre Orlov, qui l’avait émise alors qu’il occupait encore le poste d’ambassadeur de Russie en France.

« En principe, ce sont des idées que nous avons promues en nous inspirant de l’expérience que possède déjà la France. En 1963 a été créé l’Office franco-allemand pour la jeunesse, qui a pleinement démontré son efficacité non pas tant dans l’étude des langues, que dans l’établissement de contacts, a confié ce dernier à Izvestia. Nous avons écrit une lettre à Rosmolodioj [Agence fédérale russe de la jeunesse], qui y a réagi positivement, la partie française a également exprimé son intérêt, et il faut donc à présent une impulsion administrative ».

Lire aussi : Trois chocs culturels que vivent les étudiants étrangers en Russie

Prochainement sera en outre réalisée par le VTsIOM (Centre panrusse d’étude de l’opinion publique) une étude approfondie de la situation de la langue russe en France et du français en Russie, afin que les institutions de l’enseignement puissent avoir une vision détaillée de l’état des lieux.

« Sur fond d’accroissement de l’attention à l’égard de la langue anglaise en France se produit une baisse de la part des autres langues étrangères. Perd ainsi du terrain le russe, mais également l’allemand », constate cependant d’ores et déjà le diplomate.

À noter que le Dialogue du Trianon, forum dont la création avait été annoncée en mai 2017 par les présidents des deux nations et voué à resserrer les liens entre les sociétés civiles françaises et russes, aura, en 2019, pour thème central l’enseignement, après avoir œuvré sur celui de la « ville du futur » en 2018.

En suivant ce lien, retrouvez notre grand catalogue des formations universitaires liées à la langue russe en France.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies