Comment une danseuse venue de Sibérie a-t-elle fini dans un film de Gaspar Noé?

Gaspar Noé/Rectangle Productions, 2018
Climax de Gaspar Noé a radicalement changé la vie de Sharleen Temple, âgée de 19 ans. Avant le film, elle n’avait aucun projet dans la vie et dansait de la Sibérie à Prague et à Paris.

Après avoir fait sensation à Cannes cette année, Climax, dernier film controversé du cinéaste argentin Gaspar Noé, a finalement atteint la Russie à la mi-octobre. Ce film d'horreur choquant a remporté le premier prix de la Quinzaine des réalisateurs (prix Art Cinema Award) et compte une pléiade de talentueux danseurs que Noe a rencontrés en Europe, y compris une fille russe connue sous le nom de Sharleen Temple, qui interprète le personnage d'Ivana.

Danseuse âgée de 19 ans originaire d'une ville de Sibérie, Sharleen a été la première danseuse à accepter de prendre part au projet. « C'est quand j'ai rencontré Sharleen Temple (...) que j'ai décidé qu'il devrait y avoir un personnage russe dans le film », a déclaré Noé à Interfax.

Lire aussi : Cette Russe se métamorphose en stars d'Hollywood grâce au maquillage. Et c’est incroyable!

« Je me fiche de la nationalité de mes personnages, de leur couleur de peau, de leur orientation sexuelle ou de leurs origines. Ce que je recherchais avant tout, c’est qu’ils soient des danseurs exceptionnels, les meilleurs dans leur domaine. Et Sharleen était comme ça. La danse était la principale langue de communication dans le film », a-t-il déclaré.

Dans un entretien aux médias russes, Sharleen a déclaré qu'elle était née et avait grandi dans une ville de Sibérie, mais avait choisi de ne pas révéler laquelle. Depuis l’école, elle adore la danse, en particulier les styles de rue comme le hip-hop et la house, et a découvert la vogue, une danse house moderne issue de la scène de Harlem des années 1960.

En 2014, elle a visité un événement à la mode à Saint-Pétersbourg et a décidé de quitter sa ville natale. « Je n'avais aucun avenir là-bas, alors à 15 ans, je suis partie vivre à Saint-Pétersbourg ». Là-bas, elle a dansé, s'est amusée et a finalement été invitée à rejoindre la « Maison d’ébène » (les « maisons » sont comme des équipes de danse dans le genre de danse vogue, ndlr).

« J’étais heureuse : après seulement six mois de vogue, j’avais ma propre maison ! Je pense que c’est dû au fait que je suis tout simplement géniale », a-t-elle déclaré.

Quelques années plus tard, à l'âge de 18 ans, elle obtient son diplôme d'études secondaires et dit à ses parents qu'elle souhaite étudier en République tchèque. « Mes parents s'en fichaient, ils disaient : "Fais ce que tu veux". J'ai étudié à l’université, mais après un certain temps, je suis tombée en dépression - la ville (Saint-Pétersbourg) était belle mais très grise (...) J'ai obtenu mon diplôme et je suis allée à Prague : je rêvais de vivre en Europe et la République tchèque était l'option la moins chère », a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Little Big: comment des freaks venus de Russie prennent d’assaut votre cerveau

« À vrai dire, je voulais simplement voyager en Europe de la manière la moins chère possible. J'ai assisté à des cours et j'ai appris le tchèque. Mais la République tchèque n’est pas très cool : si vous êtes ambitieux, n’y allez pas ! »

De temps en temps, Sharleen se rendait à Berlin et à Paris où, contrairement à Prague, il y avait beaucoup de choses à faire sur la scène de la vogue. « Je me sentais bien, mais après être rentrée à Prague, je suis redevenue déprimée car rien ne s'y passe ! Tous les danseurs sont commerciaux et n’ont pas d’argent, alors ils travaillent comme serveurs. Pourtant, ils se considèrent comme des stars ».

Même si elle a participé à des événements et même organisé sa propre salle de danse en République tchèque, Sharleen ne gagnait pas très bien sa vie grâce à la danse.

« Participer à des événements liés à la danse ce n’est pas pour gagner de l’argent, on contraire, tu ne fais que dépenser, admet-elle. Parfois, il y a des événements offrant des prix sous forme d'argent et une seule fois, j'ai gagné 300 euros - ce qui était génial ! J’ai tout claqué en une semaine. D'habitude je devais travailler à temps partiel dans un café ».

Lire aussi : Monetotchka, popstar en passe de devenir le visage de la jeunesse russe

Sharleen a rencontré Noé lors d'un événement vogue à Paris. « J'ai remporté le prix de danse féminine et il est venu vers moi et a commencé à dire quelque chose (…) j'étais pressée… Alors je lui ai simplement dit mon nom et je lui ai demandé de m'écrire sur Facebook. Il a réussi à trouver mon email et m'a envoyé un message. J'étais à Paris depuis une semaine et nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises », a-t-elle révélé.

Sharleen ne savait pas grand-chose sur Noé et n’avait pas vu ses célèbres œuvres comme Enter the Void, mais elle était ouverte à la discussion sur les idées du réalisateur. « Je ne croyais pas vraiment que je jouerais dans le film avant le début du tournage, se souvient-elle. Au début, il m’a juste dit : "Nous allons faire un film et Sofia Boutella (une danseuse franco-algérienne) va y être, mais nous ne savons toujours pas de quoi ça va parler ».

Le tournage a commencé fin 2017 et, comme le dit Sharleen, il a été terminé en deux mois, janvier et février. « Je connaissais la majorité des danseurs qui ont participé au film, alors nous nous sommes très bien entendus. Il y avait d'autres personnes qui ne parlaient pas anglais - avec elles, nous dansions simplement. Toute l’équipe de tournage ne parlait pas anglais non plus ».

Lire aussi : Alchimie musicale: comment un mystérieux moine a fusionné folk russe et drum'n'bass

« L’équipe était entièrement française et cela devenait parfois bizarre parce qu’ils vous demandaient quelque chose et je ne comprenais tout simplement pas. Il y a eu beaucoup de moments difficiles pendant le film, mais nous avons été payés alors c’était bien ! J'aime faire des choses bizarres et j'avais essayé de faire des projets de films en République tchèque, donc j'ai beaucoup apprécié l'expérience ».

« J'ai reçu une nouvelle offre lors du Festival de Cannes, mais c'est un secret pour le moment », a-t-elle déclaré. Elle vit maintenant à Los Angeles et attend un permis de travail. Elle ne compte pas revenir à Saint-Pétersbourg : « Je n’ai pas l’intention de retourner où que ce soit. Je prévois seulement d'aller de l'avant ».

Voici les dix artistes émergents qui définissent l'avenir de la scène contemporaine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies