Ils feront de vieux os: trois républiques du Caucase russe en tête des régions à faible mortalité

Yevgeny Kurskov
Le gouvernement russe envisage de réduire le taux de mortalité à 10,9 cas pour 1 000 habitants à l’horizon 2024. Zoom sur la situation actuelle.

Si durant les sept premiers mois de l'année en cours le taux de mortalité a baissé dans 23 régions du pays, les résultats sont moins optimistes pour 55 autres, écrit le journal russe Izvestia, se référant à des données du Front populaire panrusse (ONF). En moyenne pour le pays il constitue 12,9 cas pour 1 000 habitants, d’après les statistiques de Rosstat, et déjà vers 2024 les autorités envisagent d’amener ce taux à 10,9.

Pour certaines régions - comme celles de Pskov ou de Tver, où ce taux constitue respectivement 18 et 17,7 cas pour 1 000 habitants - il faudra une véritable percée pour y parvenir, tandis que dans une série d’autres cet indice est d’ores et déjà inférieur à celui souhaité.

Espérance de vie hommes-femmes: le plus important écart au monde enregistré en Russie

C’est le cas de l’Ingouchie. Cette république du Caucase russe arrive en tête avec 2,8 cas pour 1 000 habitants. Elle est suivie de la Tchétchénie (4,5) et du district autonome de Iamalo-Nénétsie, dans le Grand Nord russe (4,8). La République du Daghestan et le district autonome des Khantys-Mansis (Sibérie orientale) clôturent le peloton de tête (5,1 et 6,4 cas pour 1 000 respectivement).

Comme l’indique le journal, dans les républiques du Caucase russe, les habitants sont plus nombreux à opter pour un mode de vie sain. En outre, la qualité des soins médicaux joue bien évidemment son rôle.

Ainsi, l’Ingouchie, ce leader du classement où la mortalité a d’ailleurs baissé de 6,7% sur les sept premiers mois de l’année en cours, a entamé une modernisation du secteur de la santé il y a huit ans, précise le quotidien.

Découvrez les secrets de longévité du Caucase dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies