Comment les Russes ont changé ma vie: Victoria, États-Unis

Archives personnelles
«Les Russes ont le cœur sur la main, dans toute leur joie et leur douleur, et ne tournent pas autour du pot quand ils ont quelque chose à dire en lançant de jolies formalités et des mensonges».

« Sois prudente là-bas. Le FBI enquête sur les Américains ayant des liens avec la Russie. Tu devrais peut-être supprimer ton compte Facebook ». C’est ainsi que mon grand-père m'a fait ses adieux à San-Francisco alors que je faisais mes premiers pas pour déménager à Saint-Pétersbourg, en Russie. Mais la Russie qu'il imagine - cœurs froids, visages froids, temps froid - est très différente de celle dans laquelle je suis tombée.

Désapprendre l'Amérique

Les souvenirs de la guerre froide ont malheureusement donné à de nombreux Américains une vision très négative de la Russie. Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas ? Qu'en est-il de la corruption ? Et la vodka ? Cette vision sans nuance est en grande partie basée sur des stéréotypes de méchants de films.

Il y a peu de temps, j'ai discuté avec une famille américaine de la Seconde Guerre mondiale et de la raison pour laquelle la capitulation nazie était encore si largement célébrée en Russie. « Nous avons gagné cette guerre, ont-ils déclaré catégoriquement. Ils n’y seraient arrivés si on n’avait pas été là ». J'ai essayé d’expliquer qu’ils n’avaient appris qu’un seul côté de l’histoire de la guerre, et que l’Union soviétique avait subi près de cinq fois plus de pertes que les USA. Mais sans succès.

Lire aussi : Dix raisons pour lesquelles les Russes ne sourient pas

En grandissant en Amérique, on nous apprend souvent que c'est « eux contre nous », et que tout ce qui est en dehors de « nous » nous veut du mal - la Russie ne fait pas exception.

Lorsque j'ai atterri pour la première fois à Saint-Pétersbourg, j'étais préoccupée par les problèmes de sécurité liés aux pickpockets et à la corruption et par le fait d'être une jeune femme seule. Mais ce que j’ai rencontré à la place, ce sont des gens vraiment adorables (et pas seulement gentils) qui étaient prêts à tout laisser tomber pour m'aider, moi qu’ils ne connaissaient ni d’Eve ni d’Adam, simplement parce que je l’avais demandé. Plus que tout, la Russie m'a appris qu'il y a deux aspects dans chaque histoire (en particulier celles que vous apprenez à l'école) et que votre esprit n'est presque jamais aussi ouvert que vous le pensez.

L'amour russe n'est pas temporaire

J'explique constamment à mes amis américains que si les Russes ne sourient pas aux étrangers, c’est parce qu'ils ne voient aucun intérêt à entamer une relation avec une personne qu'ils ne reverront probablement jamais une fois qu'ils auront quitté le bus. Les Russes accordent plus d’importance au maintien de liens étroits avec la famille et les amis proches qu’à la gentillesse vis-à-vis des étrangers.

Aux États-Unis, qui sont extrêmement axés sur la culture du travail, ces liens peuvent être insignifiants et oubliés. J’ai été frappée par la rapidité et la générosité avec lesquelles les Russes m’ont acceptée en tant qu'amie. Lors d'une pendaison de crémaillère, quatre personnes différentes, que je n’avais pas invitées, m’ont proposé de m’aider à trouver un emploi après que j’eus exprimé mon mécontentement envers celui que j'occupais à l'époque. Des amis ont laissé tomber tout ce qu’ils faisaient sans réfléchir pour venir voir un appartement avec moi et s’assurer que je ne me faisais pas arnaquer. Mes amis sont ravis de pouvoir passer du temps avec moi, même si c'est juste pour faire une promenade au parc ensemble.

Lire aussi : Bien se comporter avec les Russes: les conseils d'un guide de poche américain de 1944

Les Russes m'ont appris à être sérieuse

« Tu veux du thé ? » « Non. Plutôt du café ». J'étais décontenancée quand mon ami Sergueï a répondu de la sorte à ma question formelle. Une telle interaction rendrait les Américains mal à l’aise, mais en Russie, c'est la norme. Ne mentez pas sur ce que vous voulez. Si vous êtes heureux, dites-le. En colère ? Alors dites-le. Si vous voulez être seul, ne cherchez pas d’excuses, allez-y tout seul.

Les Russes ont le cœur sur la main, dans toute leur joie et leur douleur, et ne tournent pas autour du pot quand ils ont quelque chose à dire en lançant de jolies formalités et des mensonges. Si une vieille dame dans le métro veut votre siège, elle vous dira simplement de vous lever. Si un Russe demande votre numéro de téléphone, il vous appellera.

De même, les Russes ne cherchent pas à dissimuler leur histoire. Au lieu de cela, ils la portent en eux-mêmes, le bien comme le mal, et la combattent publiquement plutôt que de la cacher honteusement. Quand j'ai demandé une fois à mon amie Dacha pourquoi elle avait l'air triste, je m'attendais à une réponse polie standard, à savoir que tout allait bien, qu’elle était juste fatiguée. Au lieu de cela, elle m'a dit sans hésiter qu'elle était triste parce que son grand-père était en fin de vie et qu'elle n'était pas sûre de pouvoir se rendre dans sa ville natale pour célébrer son anniversaire avec lui. Les larmes lui montèrent aux yeux et elle ne fit rien pour les arrêter. J'ai été stupéfaite par l’absence de honte avec laquelle elle a montré ses émotions. Mon séjour en Russie m'a appris qu'il faut plus d'efforts pour raconter un mensonge poli qu'une simple vérité, et que l'honnêteté apportera toujours de meilleures choses.

Lire aussi : Tabou: huit sujets à éviter avec les Russes

Les Russes m'ont appris l'aventure

Je suis toujours émerveillée par tout ce qu'il y a à faire à Saint-Pétersbourg, que ce soit strictement légal ou non. Cette ville pleine de beauté et d’histoire, et souvent de sang, s’épanouit dans un esprit à la fois contemplatif et aventureux, historique et moderne.

J'ai fait en Russie des choses dont je n'aurais jamais rêvé aux États-Unis. Marcher le long des canaux gelés pendant la semaine la plus froide de l'hiver, grimper sur les toits (même si j'ai le vertige), aller seule en forêt pour cueillir des champignons. Ce n'est pas du parachutisme, mais une sorte d'aventure plus calme, qui regarde le monde et demande : « Comment puis-je tirer le meilleur parti de ce qui m'a été donné ? » Découvrir l’audace des Russes en affrontant le monde complètement et sans complexes a peut-être été la plus grande aventure de ma vie.

Chaque Occidental devrait venir en Russie à un moment donné de sa vie. Tous les murmures effrayants sur les différences et l'anarchie disparaissent dès que vous rencontrez l'hospitalité et la générosité des Russes. Et même quand je me plains, je sais que la Russie m'a changé profondément ; et je compte bien l’accepter sans complexes pour toujours, tout comme les Russes me l'ont appris.

Si cet article vous a plu, voici le témoignage de la Française Morgane.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies