Bière, amour libre et existentialisme: les partis politiques les plus loufoques de Russie

Natalya Nosova
Si vous pensez qu’il n’y a que ces cinq-là, nous sommes désolés de vous décevoir: toutefois, ceux-ci sont simplement les meilleurs!

D’une réforme totale du climat à la volonté de sevrer le pays de la vodka en le mettant à la bière, la Russie ne manque pas d’originalité dans le domaine « politique ». Cette liste des partis les plus absurdes vous fera oublier les avantages du système bipartite. Vive l’anarchie !

Le Parti de l’amour et du je-m’en-foutisme

Ce groupe politique au nom haut en couleurs est apparu très récemment, en 2012. Il a été fondé par nul autre que le propriétaire d’un musée du sexe (et ancien maire d’Arkhangelsk), Alexander Donskoï. Il n’a pas d’idéologie très claire, hormis la promesse d’avoir autant de relations sexuelles que possible, et de manifester à chaque fois que les autorités russes ou le pouvoir législatif échoueront à mener une réforme ou à tenir une promesse.

Pour se donner du crédit, Donskoï a déclaré au média The Village que même si son parti ne prévoit aucun événement substantiel autre que manifester de la manière la plus farfelue et colorée possible, il accueillera toujours à bras ouvert les personnes de tout genre et orientation sexuelle ; tout le monde est le bienvenu, sans aucune discrimination.

Le Parti subtropical

Ce parti ne prévoit malheureusement pas un gigantesque exode russe vers un territoire bénéficiant d’un meilleur climat, sinon l’auteur de ces lignes aurait été le premier à le rejoindre. Au lieu de cela, le Parti subtropical, enregistré à ses débuts sous le nom de Russie subtropicale en 1993, propose une réforme climatique. Leur objectif est que le thermomètre ne puisse jamais descendre sous les 20 degrés Celsius dans toute la Russie.

Quiz : Pouvez-vous suivre la logique des leaders russes?

Le président du parti, Vladimir Pribylovski, a également promis d’augmenter le pourcentage officiel d’alcool dans la vodka et de diminuer la température d’ébullition de l’eau.

Le parti a été à nouveau enregistré en 2012, mais personne ne sait ce qu’il est devenu depuis. Un de ses principaux objectifs était d’aider les Russes à échapper aux discours politiques sérieux. Son unique succès fut de devenir le premier parti à être enregistré après la nouvelle Loi sur les partis politiques. Malheureusement, la Russie est toujours aussi froide et maussade qu’avant. Mais nous sommes sûrs qu’en mélangeant ce parti avec celui de l’Amour cité précédemment, on obtiendrait un programme politique parfait.

Le Parti des amateurs de bière

La bière est un symbole de paix, de compréhension et de communication mutuelle. Selon les fondateurs du parti, les Russes méritent de vivre dans un pays comme la République tchèque, royaume des bonnes bières, fraiches et bon marché. D’ailleurs, elles devraient toujours être accompagnées de cacahuètes et de viande de porc grillée ! Mais savez-vous quel est le principal avantage de la bière ? Elle peut sauver la Mère Russie de la vodka !

« Notre idée fondatrice est très simple : nous voulions créer un véritable parti national, mais quelque peu satirique, dit Konstantin Kalatchev. Malgré tout, notre besoin de bière peut facilement être utilisé dans d’autres domaines de la vie. Par exemple, nous envisageons de créer une compétition de la meilleure bière ou d’ouvrir notre propre chaîne de bars, mais cela signifie aussi la création de petits business locaux, qui doit démarrer à partir de rien en Russie. La bière est le futur de la Russie », ajouta le fondateur du parti.

Lire aussi : Grandeur et décadence du Parti des amateurs de bière en Russie

Peu importe ce que vous pensez de cette déclaration contestable, il n’a certainement pas tort concernant la création de petits commerces.

Malheureusement, le Parti russe des amateurs de la bière n’est qu’une copie de ce qu’avaient déjà inventé des Polonais en 1990.

La Russie contre l’obscurantisme

Le parti avec le nom le plus intello a existé pendant seulement deux ans, entre 2013 et 2015. Pour leurs électeurs, ses dirigeants ont dressé la liste des « personnes les plus intelligentes qui se battent pour le bien de l’Humanité ». Le but de ce parti était de promouvoir la science en Russie, afin qu’elle ne soit pas entravée par des principes religieux allant à l’encontre du progrès. Ce qui fait que nous apprécions ce parti est qu’il a toujours combattu la tyrannie de la stupidité et l’absence de talent artistique. Un des fondateurs du parti est connu pour avoir déclaré : « Si vous êtes stupide, s’il vous plaît ne nous rejoignez pas ! »

En seulement deux ans, le parti a réussi à lancer une campagne régionale, à tenir plusieurs conférences et à ennuyer le ministère de la Justice, selon le site culturel web russe W-O-S. Bien joué pour ce dernier point. Allez les anti-obscurantistes !

La Russie existentielle

Créé en 2012, ce parti au nom déprimant est en fait plutôt positif avec son slogan : « Exister sinon rien ! » L’audience visée est l’ensemble des personnes qui ne parviennent pas à trouver leur place dans la société. On imagine donc que ce parti est voué à gagner en popularité dans le pays.

Lire aussi : Le politiquement correct vu par les Russes

Cependant, ils ne sont pas enregistrés auprès du ministère de la Justice. Cela pourrait être utile à faire avec leur sombre manifeste présentant la Russie comme un lieu de douleur, de vide et de peur. Pour changer la donne, ils souhaitent que les gens apprennent ces paroles : « Nous sommes le pouvoir, nous sommes la liberté, et on ne nous interdira pas de penser ». Cependant, cela devient rapidement assez obscur puisque le manifeste propose par la suite que « nous devenions l’incarnation du système de signifiants de la nouvelle Russie, ceux qui rempliront le vide avec le produit de la réflexion intellectuelle, une nouvelle réalité ».

Cela semble assez dur à avaler pour le gouvernement russe, ou même n’importe quel gouvernement, à part peut-être celui d’Islande (car nous savons que tout est possible là-bas).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies