Grandeur et décadence du Parti des amateurs de bière en Russie

Yuri Belinsky/TASS
Créé par deux stratèges politiques désespérés qui sirotaient de la bière dans les années 1990, le Parti des amateurs de bière défia Boris Eltsine et attira de nombreuses célébrités dans ses rangs. Cependant, ce festival mousseux fut de courte de durée...

Le milieu des années 1990 fut une période turbulente dans la politique russe. En octobre 1993, des affrontements armés ont éclaté à Moscou dans le sillage d'un bras de fer entre le président Boris Eltsine et le parlement russe. Deux mois plus tard, le Parti libéral-démocrate de Russie, dirigé par le populiste Vladimir Jirinovski, a remporté les élections législatives. Tout semblait possible.

Le jeune stratège politique Konstantin Kalatchev, futur dirigeant du Parti des amateurs de bière, n'était pas un homme heureux en décembre 1993. Il s'était présenté au Parlement, mais avait perdu. « J'ai décidé de noyer ma tristesse dans la bière », se souvient-il dans une conversation avec Lenta.ru.

Konstantin Kalatchev

Lire aussi : Pourquoi était-il si dangereux de vivre dans les années 1990 en Russie?

Une légende est née

Kalatchev a fait la connaissance de Dmitri Chestakov, qui avait également échoué à entrer au parlement. Les deux buvaient de la bière dans l'appartement de Kalatchev et parlaient politique. « Nous avons décidé qu'il n'y avait pas de parti politique décent en Russie, dit Kalatchev, Et Dmitri a dit qu'il ne voterait que pour un parti des amateurs de bière ».

Peut-être que tous deux avaient un peu trop bu mais Kalatchev, toujours en train de siroter une blonde, a écrit à toutes les agences de presse que le Parti des amateurs de bière avait été créé en Russie (oui, c'était aussi simple que cela dans les années 1990). Le lendemain, il passait aux informations, convoquant une conférence de presse et déclarant: Oui, c'est pour de vrai. « Aux chiot*es tous ces hommes politiques sérieux, je veux mes 15 minutes de gloire », a-t-il indiqué pour décrire ses sentiments.

Bière contre vodka

Officiellement créé en décembre 1993, le Parti des amateurs de bière, malgré son nom rigolo et son lien avec la boisson houblonnée, avait un programme politique sérieux - ou du moins prétendait en avoir un - et n’ouvrait pas seulement ses portes aux buveurs de bière.

Lire aussi : Dollars, clopes et jeans: comment fonctionnait le marché noir de produits étrangers en URSS

« Le parti défend les droits de l'homme, y compris le droit de boire de la bière et le droit de ne pas en boire », stipulait le programme. En termes de politique, le PAB était plutôt libéral, soutenant toute forme de liberté politique et « rejetant toute forme d'autoritarisme ».

« Nous étions opposés au gouvernement car ce dernier était contrôlé par des amateurs de vodka, je veux dire Eltsine, affirme Kalatchev. Nous avons dit : la vodka génère de l'agressivité et mène à la guerre alors que la bière est un symbole de compréhension mutuelle, de paix et de bien ».

Cette idée n'était pas nouvelle: comme l'écrivait l'auteur russe Ilya Ehrenbourg dans ses mémoires, même Léon Tolstoï pensait que la bière pourrait remplacer la vodka pour la classe ouvrière. Néanmoins, ni lui ni Kalatchev n'ont réussi à obtenir un tel changement…

Lire aussi : Comment le chewing-gum a-t-il causé plusieurs dizaines de morts en URSS?

Campagne folle

Pour la campagne parlementaire de 1995, le parti a recueilli jusqu'à 300 000 dollars et a attiré de nombreuses personnalités, dont le chanteur Boris Moisseïev, le grand maître d’échecs Vassili Smyslov et le physicien Boris Rauschenbach. Selon les données officielles, le PAB comptait jusqu'à 50 000 membres dans toute la Russie.

Kalatchev est fier de rappeler qu’il existait différentes tendances au sein du PAB : une faction des non-buveurs, une de la vobla – des amateurs de poissons séchés. Il existait même une « faction pour les femmes insatisfaites ». Insatisfaites du gouvernement, officiellement.

Sans surprise, la campagne faisait souvent référence à la bière. Les amoureux de mousse ont envoyé une caisse de bière à Eltsine et ont essayé de convaincre Mikhaïl Gorbatchev que la bière était le meilleur moyen de réunir les pays post-soviétiques. Leurs vidéos de campagne étranges se moquaient des buveurs de vodka et défendaient la paix... à travers la bière, bien sûr.

Lire aussi : Tristes souvenirs d’URSS: ce que les alcooliques soviétiques étaient prêts à boire

Défaite amère

Kalatchev et son parti n'ont pas connu de succès majeur : aux élections législatives de 1995, ils n'ont remporté que 430 000 voix - pas énorme pour un aussi grand pays, à peine 0,62%. Ainsi, le PAB n’est pas entré au parlement. « Ces élégants plaisantins du BLP ont essayé de participer à la vie politique en vain », a écrit le journal Kommersant.

« Notre campagne n'a pas eu beaucoup de succès en termes de message », admet Kalatchev. Parmi les erreurs les plus critiques, il cite la désorganisation : « Nos fonds ont été en partie distribués dans les régions et nos collègues les ont juste dépensés pour boire ». Quelle honte !

La fête n'a pas duré longtemps - en 1998, Kalatchev a mis fin au projet. Il est retourné à la politique sérieuse (sans lien avec l'alcool), travaillant avec le parti Russie unie, qui est étroitement associé à Vladimir Poutine. Néanmoins, il semble un peu nostalgique : « Je ne suis pas sûr que la politique était plus sincère dans les années 1990, mais c'était certainement plus intéressant ».

Saviez-vous que les Russes n’ont pas inventé la vodka, mais ils l'ont adoptée ? Pour en savoir plus, jetez un œil par ici !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies