Pourquoi les Russes boivent-ils toujours du thé (souvent avec du citron)?

Natalya Nosova
Oubliez la vodka. Le plus grand pays du monde est aussi le plus grand empire de consommation de thé.

« Tous les Russes boivent de la vodka, et si je suis invité chez quelqu'un, j'essaierai certainement », pourrait penser un étranger, en se basant sur les stéréotypes habituels.

C'est un peu exagéré, cependant. Tout le monde en Russie ne boit pas d'alcool, sans parler de la vodka – son goût puissant n'est pas pour les timides. Ainsi, les chances qu’on vous offre un verre de vodka lors d’une première visite sont plutôt faibles. (Sauf si c'est une invitation directe: « Allons-nous bourrer la g***** »).

Mais on vous proposera certainement de boire du thé. Vous n'avez même pas besoin d'aller en Russie - les Russes commandent du thé au restaurant ou au café, peu importe le moment ou le pays où ils se trouvent.

« Le thé est sacré pour les Russes », pourrait-on penser. En effet, les Russes aiment le thé et en boivent constamment. En effet, selon un sondage de 2014, 94% des Russes boivent du thé.

Le célèbre auteur Léon Tolstoï disait : « Je devais boire beaucoup de thé car je ne peux pas travailler sans. Le thé éveille ces opportunités qui sommeillent profondément dans mon âme ».

Lire aussi : Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas?

Nation du thé

Contrairement à Napoléon ou à Hitler, le thé a « envahi » la Russie et a conquis le pays pour de bon. Comme dans la plupart des autres pays, le thé a été importé de Chine, mais quand exactement ? Les historiens débattent encore à ce sujet. Le savant du XIXe siècle Dmitri Prozorovski a écrit que l'envoyé russe en Chine en 1654 l'avait mentionné comme « une chose commune », ajoutant que « le thé est l'une des principales nécessités pour une personne moderne ». C’est sans conteste une attitude profondément russe.

« Au milieu du XIXe siècle, toutes les couches sociales, des nobles aux paysans les plus pauvres, buvaient du thé », écrit l'historien Alexeï Volynets dans un article pour Planète russe. Même Nicolas Ier, le sévère tsar de Russie qui régna de 1825 à 1855, a ordonné de servir du thé aux révolutionnaires emprisonnés, parce que ne pas en faire ainsi aurait été inhumain.

Le thé étant assez bon marché, tout le monde pouvait se le permettre. Mais le thé que l'aristocratie et les riches marchands buvaient était sûrement différent en termes de qualité.

Bref, boire du thé est devenu une tradition russe réunissant des gens de tous horizons. En 2016, une étude menée par Euromonitor International a montré que 78% des Russes optaient pour le thé dans le cadre du choix binaire « thé-ou-café ». (Aux États-Unis, le « parti du café » a vaincu avec 75 % des suffrages, il n'est donc pas étonnant que les deux pays aient souvent des malentendus réciproques).

Lire aussi : Pourquoi les Russes boivent-ils?

Toutes sortes d'amateurs de thé

Peu importe le type de Russe - saint ou vaurien, génie ou homme médiocre - les chances qu'il aime le thé sont élevées. Voici quelques exemples (et nous avons déjà mentionné Tolstoï) :

Le tsar

Alexandre Ier, qui a régné de 1801 à 1825, a rendu le thé abordable dans les restaurants et les marchés de la ville. Il appréciait la boisson, les courtisans rapportant qu'il « commençait toujours sa journée avec du thé vert et de la crème, accompagné de pain grillé ».

Le révolutionnaire

Vladimir Lénine, l'architecte de la Révolution d'Octobre en 1917, aimait également le thé. De nombreux mémoires de révolutionnaires de cette période commencent par dépeindre Lénine buvant du thé avec ses camarades. « Pendant son séjour en exil à l'étranger, ainsi qu'après, il buvait de la bière ou du vin de temps en temps, mais sans excès », écrit Sovsekretno.ru.

Le leader totalitaire

Joseph Staline, le dirigeant le plus controversé de l'histoire de la Russie, avait aussi des caractéristiques humaines communes – l’amour pour le thé, par exemple. Le maréchal Alexandre Vassilievski se souvient: « Habituellement, pendant les réunions, son assistant lui apportait un verre de thé avec du citron (...) Staline pressait le citron dans le thé, ajoutait du cognac et buvait le thé gorgée par gorgée ».

Et le citron?

Staline n'était pas le seul à apprécier le citron dans son thé, et cette habitude est spécifiquement russe.

Svetlana Oustiougova, une experte en dessert russe, a déclaré dans une interview : « La tradition est apparue dans les postes (du XVIIIe au XIXe siècle) où les voyageurs changeaient de chevaux. Les routes étaient mauvaises, ce qui donnait souvent le mal des transports. Quelque chose d'aigre aide dans ce cas, et ainsi on leur offrait du thé (pour se réchauffer) avec du citron (pour se sentir mieux) ».

En outre, dans un pays froid comme la Russie, il est important d'avoir des aliments avec de la vitamine C. Cependant, les Russes préfèrent le thé au citron. Certains l'aiment à l'anglaise, avec du lait ; mais beaucoup boivent aussi le thé nature. En fin de compte, il n'y a pas de « mauvais thé » pour un Russe.

Cet article fait partie de la série « Pourquoi la Russie ? », dans laquelle RBTH répond aux questions populaires sur la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies