Pourquoi la Russie ne condamne-t-elle pas à mort les meurtriers ?

Natalya Nosova
Pendant plus de 20 ans, la peine de mort n'a jamais été appliquée en Russie. Ce n'a pas toujours été le cas dans l'histoire du pays, c'est le moins que l'on puisse dire.

Andreï Tchikatilo, le tueur en série le plus infâme de l'histoire du pays, qui a massacré plus de 50 femmes et enfants, a été parmi les derniers criminels du pays à être exécutés. Il implora le pardon, demandant au président Eltsine« de l'envoyer, comme Napoléon, dans une île déserte, ou dans la taïga avec ses tigres ».

Les autorités n'ont pas sourcillé et, en 1994, le psychopathe fut exécuté par un peloton d'exécution. Tchikatilo a raté de deux ans une chance de bénéficier du moratoire russe sur la peine de mort, promulgué en 1996 lorsque le pays a rejoint le Conseil de l'Europe. Depuis lors, personne n'a été condamné à mort en Russie.

Lire aussi : Pourquoi y a-t-il tant de vigiles en Russie ?

Politique de non-exécution

Après l'expiration du moratoire en 2009, la Russie a décidé de maintenir l'interdiction des exécutions et la Cour constitutionnelle a officiellement interdit aux tribunaux de condamner à mort des personnes.

« Le retour à la peine de mort serait en contradiction avec les principes humanitaires », a déclaré à RT Vadim Vinogradov, expert en droit à l'Université d'État de Justice de Russie.

En Russie, tout le monde ne soutient pas une telle politique, et selon un sondage réalisé par le Centre Levada en 2017, 44% des personnes interrogées pensaient que la peine de mort devrait à nouveau être autorisée. Même en 2018, le candidat à la présidence Vladimir Jirinovski, connu pour son agenda populiste, a fait du retour de la peine de mort un argument de sa campagne.

Néanmoins, les sociologues affirment que le nombre de partisans de la peine de mort continue de diminuer et que l'État ne changera probablement pas de sitôt d'avis.

« Je pense que ce serait une grave erreur pour la Russie, dans les circonstances actuelles, de procéder à des exécutions, a déclaré l'avocat Andreï Biletski à Gazeta.ru. Si les tribunaux sont corrompus, alors les peines peuvent devenir un instrument de règlement de comptes, et des erreurs peuvent être commises ».

Les erreurs sont inévitables : par exemple, en 1983, le criminel endurci Alexander Kravtchenko a été exécuté pour un crime que Tchikatilo avait commis.

Temps sombres

Historiquement, la Russie a successivement connu des périodes de cruauté et de clémence, et comme partout, la cruauté a des racines  profondes. Le code légal d'Ivan le Terrible (il régna entre 1547 et 1584) incluait la peine de mort pour vol, meurtre et cambriolage. Certaines exécutions prévoyaient d'empaler ou de faire bouillir le coupable vivant dans de l'eau, de l'huile ou du vin.

Cependant, Ivan n'était pas le dirigeant le plus cruel d'Europe, et il écrivit même une lettre condamnant la France lors du massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, quand environ 2 000 protestants furent tués rien qu'à Paris.

La miséricorde du tsar

Les autorités russes étaient plus humaines au XVIIIe siècle, et l'impératrice Élisabeth Ire a interdit la peine de mort en 1744. Boris Akounine, un écrivain et historien contemporain, souligne: « Pendant 20 ans, personne n'a été exécuté en Russie. C'était unique - aucun État européen n'avait fait une telle chose à l'époque. Et il est certainement louable d'être le premier ».

Les successeurs d'Élisabeth ont essayé d'éviter la peine de mort, mais se sont appuyés sur des punitions qui détruisaient la vie des gens. « Au lieu d'exécuter, ils exilaient les criminels pour les soumettre à des travaux forcés en Sibérie et les ruinaient en confisquant tous leurs biens », a en effet déclaré l'historien Alexander Mouzafarov à RT.

Au XIXe siècle, avec ses tentatives d'assassinat et ses groupes révolutionnaires, la peine de mort s'est répandue: environ 300 personnes ont été exécutées entre 1805 et 1905. Mais encore plus de sang serait versé après la chute du tsar.

Lire aussi : Pourquoi le drapeau russe est-il blanc-bleu-rouge?

Le siècle le plus sanglant

Avant même les deux révolutions de 1917, la Russie connut de nombreuses exécutions. De 1905 à 1913, dans un effort visant à combattre les tentatives de renversement de la monarchie, les tribunaux du gouvernement ont envoyé près de 3 000 personnes à la mort.

« Bien que la société et les universitaires aient protesté contre la peine de mort sous le règne de Nicolas II, son gouvernement n'a jamais interdit les exécutions en Russie », écrit l'historien Oleg Chichov dans son ouvrage sur la peine de mort.

La Révolution n'a pas amélioré les choses: le gouvernement provisoire, puis les bolcheviks, ont déclaré l'abolition de la peine de mort avant de la rétablir plus tard. Pendant la guerre civile de 1918-1922, les « tribunaux révolutionnaires » avaient le droit d'exécuter des gens sans décision de justice civile, et 6 500 personnes furent condamnées à mort dans la seule année de 1920.

Plus tard, l'URSS a prôné une position plus humaine sur la peine de mort, mais surtout sur le papier. « Formellement, l'État a toujours envisagé la peine de mort comme une mesure exceptionnelle et temporaire. Mais elle n'a jamais été abolie, ni dans les années 1920 ni dans les années 1930 », a déclaré Chichov.

Inutile de dire qu'à l'époque de Staline, les bourreaux étaient très occupés et, d'après le chef du KGB, Vladimir Krioutchkov, 768 000 personnes furent condamnées à mort de 1930 à 1953.

Après le décès de Staline, la Grande Terreur a pris fin, mais les tribunaux ont continué à prononcer des peines de mort. Par exemple, 13 000 personnes y ont été condamnées de 1961 à 1984. Dans cette sombre réalité, le moratoire d'Eltsine a constitué un grand pas en avant. Et cette décision est peu susceptible de changer de sitôt.

Cet article fait partie de la série « Pourquoi la Russie ? », dans laquelle RBTH répond aux questions populaires sur la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies