Péchés capitaux de l'ère Internet: quel comportement en ligne agace les Russes?

Getty Images
Au bureau, lors d’un rencard ou à la maison, les nombreux récifs de cette mer qu’est l’Internet russe menacent de couler votre compte en ligne.

Au bureau

« Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les Russes utilisent des parenthèses dans leurs emails de travail. Qu'est-ce que ça veut dire ? », s'indigne John Galloway, un citoyen britannique qui a récemment signé un contrat avec une société russe.

Un Russe moyen, cependant, ne trouvera pas la pratique étrange. Les Russes utilisent
souvent des emojis dans la correspondance d'entreprise. Pourtant, la pratique la plus largement acceptée est l'utilisation de parenthèses ouvertes au lieu de smileys. Cette version moins tape à l’œil des emojis apparaît souvent dans les emails, aussi bien privés que corporatifs.

Lire aussi : Pourquoi les Russes utilisent-ils des parenthèses à la place des smileys?

Certains les incluent pour lisser une conversation, d'autres - pour aplanir la critique, mais les parenthèses restent une caractéristique distinctive de l'étiquette corporative russe.

« L'utilisation de smileys ou emojis doit être en harmonie avec les normes de
culture d'entreprise,qui sont définies par le patron », explique Larissa Krachkina, chef de l'école d'étiquette de Moscou.

L'expert en matière d'étiquette recommande également de programmer les appels
téléphoniques avec les partenaires commerciaux à l'avance par SMS ou par tchat en ligne et de ne jamais appeler ou envoyer de courriels à 9 heures, conseillant de laisser passer au moins 15-30 minutes après le début de la journée de travail.

Certaines règles de l'étiquette en ligne en Russie peuvent différer de la pratique internationale, mais elles sont encore plus nuancées en ce qui concerne le flirt en ligne et les relations amoureuses.

Lire aussi : Pauvreté, désespoir et chiens errants: quelles peurs tourmentent les Russes?

En amour

Les internats russes sont actifs sur Facebook et son équivalent russe, VK, et ils
sont souvent critiqués pour faire des choses qui froissant leurs petit(e) ami(e). Aucun territoire n'est aussi dangereux et impitoyable que les histoires d'amour en ligne.

« Mon ex a changé son statut de +en relation+ à +célibataire+ de sa propre initiative. Et je n’ai pas pu m'empêcher de poster un commentaire méprisant au-dessous, explique Elena Zlobina de Saint-Pétersbourg. Tout le monde, mes amis et ses amis, a vu cette scène en ligne. Ce n’est que maintenant que je réalise à quel point c'était embarrassant ».

En effet, les choses se passent dans le segment russe de l'Internet. L'expert en
matière d'étiquette avertit que partager un changement de statut relationnel avec le grand public est une violation majeure d'un principe largement accepté.

Lire aussi : Tout abandonner et partir loin: ces Russes qui font le choix d’une autre vie, plus simple

« Partager un changement de statut relationnel avec le public (sans obtenir la
permission de votre partenaire) est une violation flagrante de l'espace privé de qui que ce soit », a déclaré Kachina. L'expert recommande d'ailleurs de ne jamais réaliser de changement de statut de relation, sauf si vous vous fiancez ou vous mariez.

Cela devient encore plus compliqué si un couple a des enfants. Les photos des nouveau-nés dans leurs fils de nouvelles mettent beaucoup de Russes mal à l'aise.

« Je comprends que les gens soient heureux et qu'ils veulent partager leurs sentiments avec le reste du monde, mais je ne peux pas m'empêcher de frissonner quand je vois des images de ces innombrables nouveau-nés ridés. Cela me rend malade », se lamente Svetlana Joukova, une femme de 25 ans résidant à Moscou.

Lire aussi : Chats, mariages et empathie: ce qui inspire les Russes dans leurs actes héroïques de tous les jours

« Cela m'énerve quand je vois trop de nouveau-nés dans mon fil d'actualité. Cela ne me dérange pas de voir ces images de nouveau-nés, mais seulement quand elles sont raisonnablement dosées », renchérit Valeria Savina, 28 ans, de Moscou.

C'est encore pire quand les parents couvrent les visages de leurs bébés avec des
emojis pour les protéger du mauvais œil (étant donné qu'une superstition largement acceptée dit que vous n'êtes pas censé montrer un nouveau-né russe à quiconque durant les 40 premiers jours après sa naissance).

Toutefois, les règles de comportement en ligne changent en ce qui concerne les
fiançailles et les mariages. « Selon une tradition de longue date, un couple peut annoncer ses fiançailles et, plus tard, son mariage, à ses amis en ligne via un message neutre sur les réseaux sociaux, en évitant un ton ouvertement émotionnel », explique
Krachkina. L'experte en matière d'étiquette indique que la pratique consistant à annoncer les annonces de manière publique était répandue dans la Russie tsariste et a prévalu jusqu'au milieu des années 1970.

Lire aussi : Quel est le visage de la Russie provinciale?

Bien que plus personne ne diffuse d'annonces dans les journaux spécialisés, les gens continuent d'annoncer leurs fiançailles et leurs mariages sur Facebook, VK et d'autres réseaux sociaux. Poster trop de photos du mariage à l'extérieur d'un groupe fermé d'amis invités, cependant, est loin de correspondre aux bonnes manières, dit Krachkina.

Relations amicales

Les règles de l'amitié en ligne sont plus simples. Ne demandez pas à vos amis
d'aimer vos messages, ne les bombardez pas avec une myriade de messages et de posts plaintifs visant à sauver un chat mignon de plus. Évitez de les barber en affichant des photos de vous tenant une piña colada sur une plage aux Maldives. Ceux qui sont coincés dans des bureaux étouffants peuvent ne pas partager votre enthousiasme à propos de votre style de vie luxuriant.

L'experte en étiquette recommande de ne pas afficher trop de détails sur votre santé, vos problèmes privés et vos émotions. Même si votre vie est une montagne russe émotive, s'il vous plaît, gardez-la pour vous si vous n'avez pas l'intention de fatiguer vos amis russes.

Sur quoi surfent les Russes dans le métro moscovite ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies