Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage de l’Américain Tim

Archives personnelles
Ils m'ont appris à apprécier l'Amérique et bien d'autres choses.

Ils m'ont donné une nouvelle dimension

En grandissant en Occident, nous sommes absolument certains que nous savons tout, que notre vision de l'histoire est la seule possible, et que la moralité disparaît (ou du moins entre en crise) dès que vous franchissez la frontière. La Russie a une expérience historique très différente en tant que pays et une vision très différente sur de nombreux événements.

Essentiellement, c'est comme tomber accidentellement dans une quatrième dimension où vous pouvez voir les choses d'une manière avec laquelle vous n'avez jamais vu auparavant et sous un nouvel angle. C'est difficile à expliquer en un paragraphe, mais je suis sûr que la plupart des étrangers qui parlent le russe peuvent attester de cette « autre vision » existante.

Découvrez également le témoignage du Breton Erwann Pensec

Ils m'ont donné un nouvel ensemble d'habitudes

En vivant ici, vous rencontrerez un grand ensemble de ce que vous pourriez appeler des superstitions ou une « étiquette » qui doit être suivie. Après avoir passé plus de dix ans ici, je ne peux tout simplement pas :

  • Serrer les mains à travers une porte.
  • Laissez une bouteille d'alcool vide sur une table.
  • Manger en portant un chapeau.
  •  Siffler à l'intérieur.
  • Donner une grosse somme d'argent de la main à la main.
  • Etc. 

Il y a beaucoup de petites habitudes que l'on peut prendre ici, et une fois que vous commencez à vous adapter, vous ne pouvez plus jamais revenir en arrière. Chaque fois que je vois quelqu'un sur une photo avec les pieds sur une table ou une chaise, mon cœur s’arrête.

Ils m'ont appris que le « khamstvo » fonctionne

Cham (Хам) était le fils de Noé qui, d'une certaine manière, a manqué de respect envers son père et est devenu le premier « abruti » de l'histoire pour les Russes, d'où le terme « khamstvo »(хамство). Le dictionnaire définit cela comme une forme de conduite caractérisée par une volonté d'affirmer votre supériorité sur les autres, c'est-à-dire agir comme le patron. Les Russes voient cette tendance culturelle comme 1) unique à leur peuple et 2) une très mauvaise chose. Je dirais le contraire. Que ce soit au bureau de poste, face à la bureaucratie, dans les interactions quotidiennes, et même lors des rendez-vous galants, cette attitude de « Je vais avoir ce que je veux, je vais gagner » rend vraiment la vie plus facile. C'est pourquoi les Russes ne se plaignent jamais de la bureaucratie occidentale parce que la volonté d'acier de leur khamstvo écrase les bureaucrates qui ont l'habitude de dire « non » et forcent les gens à l’accepter. Un bon exemple a été récemment donné lors d'une conférence où chaque groupe avait trois chaises et une table : à la fin, le groupe russe avait sept chaises, deux tables, une chaise longue et une pile de collations. Ils ne se sont pas battus, n’ont pas menti, ni triché pour obtenir ces choses, ils les ont juste prises par la seule force de la volonté et ils n'ont jamais pensé une seule seconde que les prendre serait mauvais ou aurait des conséquences. Tel est le pouvoir du khamstvo.

Ne ratez pas l'occasion de découvrir l'expérience du Français Donatien de Rochambeau

Ils m'ont appris à regarder les distances différemment

Quand ma mère est venue, elle demandait souvent si quelque chose était « loin » et je lui ai dit qu'en Russie, il ne faut jamais demander si quelque chose est loin, mais plutôt demander à quel point quelque chose est loin. Les distances en Russie sont massives, tout comme les voyages quotidiens. La plupart des gens que je connais mettent plus d'une heure pour se rendre au travail et c'est normal. Aller d'un bout à l'autre de Moscou peut prendre environ 90 minutes. Tout est loin, et il vous suffit de l'accepter. Quand j'étais enfant et qu’on conduisait 40 minutes pour aller au magasin, ça me semblait une éternité, maintenant, je dirais que 40 minutes en voiture est une distance assez proche. 

Ils m'ont appris à apprécier l'Amérique

Quand j'avais 16-22 ans, j'étais comme beaucoup de représentants de la Génération Y actuellement. J’en voulais à l'Amérique plutôt qu’à moi-même pour mes problèmes, ce qui était horriblement injuste et puéril. Ayant vécu dans un endroit assez différent, je peux apprécier l'Amérique beaucoup plus et je dois dire que la « Can Do Attitude » (« Je peux le faire ») de l'Amérique est quelque chose qui est vraiment incroyable et que vous voyez rarement en dehors de l'Amérique. Les Russes respectent vraiment l'Amérique comme une grande civilisation et un compétiteur digne, et je suis heureux qu'ils m’aient aidé à découvrir le meilleur de mon pays natal.

Si cet article vous a plu, voici le témoignage de l’Italienne Lucia Bellinello.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer