Un horloger moscovite rejoint les rangs des plus prestigieuses maisons suisses

facebook / Konstantin Chaykin

L’horloger Konstantin Chaykin, fondateur de la manufacture moscovite du même nom, est devenu membre de la Fondation suisse de la haute horlogerie (FHH), dans la catégorie « Artisans créateurs », a-t-il déclaré dans un entretien pour le site d’informations Lenta.ru.

« La Fondation de haute horlogerie soutient le développement de l’art de l’horlogerie dans le monde entier, elle comprend de sérieux fabricants : par exemple la compagnie Cartier, a ainsi expliqué Chaykin. Et j’ai été ravi d’apprendre l’intégration de la marque russe, la manufacture Konstantin Chaykin, au sein des membres de la fondation. C’est la première fois qu’une entreprise de notre pays fait son entrée dans la FHH. Je suis très heureux de figurer au même rang que de célèbres marques européennes d’horlogerie ».

C’est il y a dix ans que cet homme s’est pris de passion pour les montres, à Saint-Pétersbourg. Grâce à son talent et sa minutie, il est également parvenu à être le premier Russe à intégrer l’Académie horlogère suisse des créateurs indépendants

La FHH a vu le jour en 2005 dans le but de promouvoir l’horlogerie par le biais de la mise en avant des spécificités de cet artisanat. Elle œuvre par exemple à développer les liens entre les différentes écoles spécialisées de Suisse et du monde, ainsi qu’avec les marques réputées et les horlogers indépendants.

Parmi les partenaires du fond se trouvent entre autres Montblanc, Louis Vuitton, Chanel, Hermès, Rolex, Piaget, ou encore Chopard. Elle organise en outre l’annuel Salon international de la haute horlogerie (SIHH) à Genève, et a mis sur pied les expositions Watches & Wonders à Hong Kong et Miami ainsi que d’autres forums dédiés à ce domaine.

Les montres soviétiques vintage reviennent à la mode en Russie, pour le plus grand bonheur des collectionneurs. Une tendance à découvrir dans notre article !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies