Une question de vie ou de mort: pourquoi la Russie a besoin du féminisme?

Russia Beyond
«Le féminisme est la notion radicale selon laquelle les femmes sont des êtres humains», a déclaré Marie Shear à propos de la Russie. L'observatrice de Russia Beyond basée à Moscou Ioulia Champorova explique pourquoi la société russe a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que l'égalité des genres ne devienne la norme.

Malgré un mouvement féministe actif dans l'Empire russe au début du XXe siècle, et le fait que les femmes aient eu le droit de voter en 1917 (plus tôt que dans de nombreux pays), l'égalité des sexes en Russie n'existe pas.

Le gouvernement du nouveau pays soviétique a rapidement compris comment utiliser l'idée du féminisme dans l'intérêt de l'État. Le plan était simple : utiliser la force de travail bon marché des femmes tout en promouvant leur rôle de ménagères « traditionnelles » en dehors des heures de travail. Pendant plus de 70 ans de règne soviétique, le travail quotidien des hommes et des femmes était obligatoire - si les gens ne travaillaient pas, ils étaient considérés comme des parasites et risquaient l'emprisonnement et alors qu'une journée pour un homme en URSS se terminait après huit heures de travail, le travail d'une femme continuait dans la soirée à la maison.

Beaucoup de Russes pensent encore que le bonheur d'une femme repose sur le mariage et l'enfant, et que bien sûr, elle devrait assumer l'entière responsabilité liée à leur éducation...

Ne te comporte pas comme une fille!

Tout commence par l'éducation, à la maison, à l'école et à l'université. En Russie, il existe des stéréotypes puissants sur le comportement des garçons et des filles, sur les jouets avec lesquels ils devraient jouer, sur ce qu'ils devraient étudier, sur la façon dont l’école leur apprend à subvenir aux besoins du foyer. Filles : cuisine ; garçons : menuiserie, etc.

Si un garçon pleure, on lui dira qu'il se comporte comme une fille, ce qui devrait être considéré comme une honte. Au contraire, le meilleur compliment pour une fille est comme suit : « C'est un vrai moujik (homme en russe) ». Leadership, initiative, et prise de décision sont des atouts attendus de la part d'un garçon, alors que pour une fille, complaisance, douceur, passivité sont de mise. Le message est clair, n'est-ce pas ?

Ne parlez pas de vos droits!

Compte tenu de la société patriarcale russe, les femmes du pays sont victimes d'inégalités et de violations des droits humains (le féminisme est un aspect des droits de l'homme fondamentaux, pas une forme de matriarcat, comme certains le pensent), mais elles n'en parlent pas souvent.

Une partie du problème est que le mot « féminisme » et les féministes en Russie sont généralement perçus sous un jour négatif. La société refuse souvent de discuter de la question de l'inégalité entre les sexes : beaucoup de gens ont peur de se qualifier de féministes, mais soutiennent l'égalité des droits pour les hommes et les femmes. Un paradoxe ? Pas en Russie !

En parlant de féminisme, vous risquez d'être humilié, on se moquera de vous ou vous pourrez faire l'objet de critiques agressives. Les féministes en Russie ont intérêt à avoir un caractère fort.

Ne rêve pas de devenir président!

La société russe moderne donne aux femmes l'idée que les business, la politique de haut niveau et les postes à responsabilité sont réservés aux hommes, et qu'une femme devrait abandonner sa féminité pour devenir un leader. Et il est effrayant pour les femmes russes de perdre leur féminité. En outre, une femme qui exprime des qualités de leadership peut être massivement harcelée ou critiquée.

En effet, alors que leurs résultats scolaires sont généralement meilleurs à l'école et à l'université, les femmes russes finissent généralement par occuper des postes moyens, tandis que les postes seniors sont majoritairement occupés par des hommes. Selon le Gender Gap Index 2017 du Forum économique mondial, 38,7% de femmes contre 61,3% de hommes travaillent comme législateurs, hauts fonctionnaires et gestionnaires. Dans le même temps, 61,3% de femmes travaillent dans les métiers techniques et manuels contre 36,8% d’hommes.

Il y a non seulement moins de femmes à des postes de responsabilité, mais aussi au parlement : seulement 15,8%, le pourcentage de femmes occupant des postes ministériels étant encore plus faible : seulement 9,7%.

Plus de la moitié de la population de la Russie étant constituée de femmes, elles sont totalement sous-représentées au pouvoir et leur voix n'est pas entendue.

Dans le même temps, il est scientifiquement prouvé que la présence de responsables femmes dans la gestion des entreprises augmente considérablement leur rentabilité.

Un rapport de l'ONU montre que la croissance de l'emploi et de l'éducation des femmes affecte directement la croissance de l'économie d'un État.

Le mariage n'est pas un plan de carrière!

La Russie occupe la 71ème place dans le classement Index Gender Gap 2017, la parité de pouvoir d'achat (PPA) des hommes étant estimée à 29 138 dollars (23 740 euros) contre 17 975 dollars (14 645 euros) pour les femmes.

Il y a des situations fréquentes où les femmes sont payées au moins 30 pour cent de moins que leurs collègues masculins pour le même travail. Le magazine Snob a récemment publié un article mettant en évidence des cas de discrimination du travail féminin. Une histoire a dépeint une image frappante d'un patron justifiant l'inégalité de paiement par le « fait » que les hommes devaient subvenir aux besoins de leur famille, alors qu'il se tenait devant ses employés - dont la plupart étaient des mères célibataires.

Dans le même temps, la Russie est l'un des leaders en matière de professions interdites aux femmes : il y en a 456 !

Ainsi, si vous vous mariez, vous aurez peut-être des difficultés à trouver un emploi. L'employeur potentiel vous posera des questions sur votre intention d'avoir des enfants, ce qui signifie que vous risquez de prendre un congé maternité, d’une durée de trois ans en Russie. Une réponse positive réduira vos chances d'obtenir un emploi même si vous êtes mieux qualifiée.

Tout cela encourage les femmes à avoir un mari (parrain), mais pourquoi une femme adulte, éduquée et professionnelle devrait-elle trouver un parrain afin d'obtenir un salaire égal à celui de ses collègues masculins ? La prochaine question absurde qui peut être posée est de savoir pourquoi les femmes ont besoin d'argent si les hommes « paient pour tout » ?

Une solution possible à ce problème consiste à répartir le congé de maternité entre la femme et l'homme, à encourager les hommes à participer à l'éducation des enfants et à répartir équitablement les tâches ménagères et les dépenses financières. Car les hommes ont besoin du même temps de repos que les femmes.

En 2016, des chercheurs ont recueilli des données sur 217 pays et ont constaté que le ménage, la cuisine et l'éducation des enfants et le soin des parents âgés prenaient 23 ans de travail supplémentaire dans la vie d'une femme.

Violence domestique: ce qui se passe dans la famille reste dans la famille!

Il existe également en Russie de nombreux cas de violences domestiques qui restent impunis et tus. De nombreuses victimes ne contactent même pas la police. Il y a différentes raisons à cela : la tolérance à la violence domestique dans la société, l'absence de punition obligatoire, l'absence de compréhension du fait que, par exemple, le viol peut se produire dans la vie conjugale et constitue un crime.

En janvier 2017, la Douma (chambre basse du parlement russe) a voté une loi décriminalisant la violence domestique. Ceci signifie que le fait de battre un membre de sa famille est passible d'une amende et non d'une peine d'emprisonnement automatique. Ce sont principalement les femmes et les enfants qui souffrent de la violence domestique, et il y a désormais moins de leviers juridiques permettant de les protéger. D'après les statistiques officielles du ministère russe de l'Intérieur, 50 780 personnes ont été victimes de violences domestiques, dont 36 493 femmes et 11 756 enfants en 2015.

La faute à la victime

Les cas de femmes victimes de harcèlement sexuel, de viol ou de meurtre couverts par la presse reçoivent souvent des commentaires négatifs de la part du public. Le message principal est : c'est probablement sa faute car sa jupe était trop courte, son sourire trop voyant, elle était trop amicale, elle l'a provoqué, certains allant même jusqu'à exprimer leur sympathie pour le violeur ou le tueur.

L'an dernier, l'émission quotidienne la plus populaire sur la Première chaîne russe a consacré cinq épisodes au cas de Diana Chouryguina, une jeune fille de 16 ans qui a été violée lors d'une fête. À une heure de grande écoute, des politiciens, des vedettes de la chanson, des activistes et des membres de la famille du violeur ont débattu pour savoir qui était responsable. Beaucoup de gens ont blâmé la jeune fille parce qu'elle était ivre à ce moment-là. Qui plus est, l'adolescente était tellement traumatisée qu'elle a dû suivre un traitement psychologique après l'épreuve.

Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail reste un problème majeur et est souvent passé sous silence: les femmes en Russie ont encore trop peur d'en parler et de blâmer publiquement leurs agresseurs.

Selon les organisations s’occupant de ce problème, seulement 10 à 12% des victimes de violence sexuelle en Russie contactent la police, beaucoup ont peur d’avoir honte.

Et vous vous demandez toujours si la Russie a besoin de féminisme ? C'est réellement une question de vie ou de mort.

Cliquez ici pour une opinion complètement différente sur le sujet.

Les opinions présentées ici sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Russia Beyond.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer