Un «Mur du chagrin» inauguré à Moscou en mémoire des victimes de répressions politiques

Moskva Agency/Anton Kardachov
Alors que les Russes célèbrent la mémoire des victimes des répressions politiques, le premier mémorial national leur étant consacré a été inauguré en plein centre de Moscou.

Un imposant monument, dédié aux victimes des répressions politiques, a été inauguré aujourd’hui au croisement de la perspective Sakharov et de l’Anneau des jardins, dans le centre de la capitale russe.

Le président de la Russie, Vladimir Poutine, et le patriarche Kirill étaient présents lors de la cérémonie officielle, aux côtés de nombreuses autres personnalités publiques et culturelles, ainsi que d’une foule de Moscovites ayant tenu à y assister.

Cet événement coïncide par ailleurs avec la Journée du souvenir des victimes des répressions politiques, commémorée en Russie le 30 octobre. Instituée en 1991, cette date correspond en réalité au début de la grève de la faim entreprise en 1974 par les prisonniers des camps de Perm (1157 à l’est de Moscou) et de Mordovie (500km à l’est de Moscou) et initiée notamment par le physicien et défenseur des droits de l’homme Andreï Sakharov.

D’une longueur de 30 mètres et d’une hauteur de 6 mètres, la sculpture comporte environ 500 silhouettes anonymes se fondant les unes dans les autres. Y ont également été formées plusieurs arches, facilitant le passage d’une face à l’autre du monument. L’expression « Souviens-toi » gravée en différentes langues figure en outre sur les panneaux explicatifs.

Porteur d’un message universel, ce mémorial s’adresse cependant tout particulièrement aux victimes des répressions staliniennes. Si les avis divergent et restent incertains, on estime qu’entre 6,5 et 7 millions de personnes ont en effet subi ces Grandes Purges, qui ont connu leur apogée en 1937-1938. Durant cette période ayant vu naître le concept d’« ennemi du peuple », arrestations, déportations et exécutions étaient quotidiennes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer