Dix choses qui vous manqueront à Moscou si vous y étiez il y a dix ans

De nombreux Moscovites se souviennent des jours où il était possible d'acheter de la bière dans des kiosques de rue, de frauder dans les trains de banlieue, de jouer à des jeux de hasard, et de fumer dans les lieux publics. Oh, comme la capitale russe a changé!

1. Fumer dans les cafés et les restaurants

Évidemment, tout le monde n’aura pas de nostalgie à ce sujet, mais en 2007 fumer était autorisé presque partout dans Moscou. Les cafés et les restaurants avaient des salles spéciales pour les fumeurs et les non-fumeurs, et dans les aéroports de Moscou, il y avait des zones pour fumer près des portes d’embarquement.

En 2013, la Russie a introduit une loi interdisant le tabagisme dans les lieux publics qui est devenue l'une des plus strictes d’Europe - vous ne pouvez même pas fumer dans l'entrée des bâtiments. Le coût des cigarettes est également en hausse dans le pays, bien que par rapport à l'Ouest, fumer soit encore relativement bon marché.

Beaucoup se plaignaient lorsque l'interdiction est entrée en vigueur, mais de moins en moins de gens fument en Russie dernièrement : depuis 2013, le nombre d’accrocs à la clope a diminué d'un tiers.

Lire aussi : La Russie propose une mesure choc contre le tabagisme

2. Parking gratuit dans le centre-ville

En 2007, le stationnement n'était pas un monopole organisé dans la ville (comme c’est le cas aujourd'hui) et les conducteurs pouvaient laisser leurs voitures partout dans le centre-ville de Moscou – autant le dire, c'était un cauchemar.

Le stationnement payant était principalement en vigueur près des gares et des aéroports, mais depuis 2013 les conducteurs doivent payer pour stationner à l'intérieur de l'anneau des boulevards, et cette année les zones de stationnement se sont étendues aux périphéries de Moscou – au grand dam des résidents, inutile de le préciser.

« Dans le centre-ville, bien sûr, tout est devenu beaucoup plus commode, confie la Moscovite Maria Kojevnikova. Mais l'étendre au-delà de la troisième rocade a été une décision folle. J’ai de la chance, dans mon immeuble il y a un parking (pour lequel je paie séparément), mais la plupart des gens n’en ont pas. Et si leur maison est située dans une zone de stationnement payant, ils doivent payer, même s'ils ont une preuve de résidence, qui a de nombreuses limitations ».

Lire aussi : Pourquoi les habitants de Moscou sont fans de l’auto-partage

En dehors du parking payant, Moscou a maintenant plus de voies pour les transports publics et les taxis, des pistes cyclables, sans parler d'un système décent de location de vélos et des trottoirs plus larges – tout ne va donc pas si mal que ça.

3. Acheter une bouteille en pleine nuit

La plupart des Moscovites se souviennent avec nostalgie de l'époque où ils pouvaient entrer dans une boutique pour acheter une bouteille ou deux à 3 heures du matin. Depuis le 2012, l'alcool ne peut être vendu que de 8 h à 23 h. Certains jours, des restrictions plus strictes ont même été décrétées sur la vente de boissons alcoolisées, comme lorsque les écoles accueillent des bals d’élèves.

4. Kiosques près du métro et dans les passages souterrains

Auparavant, vous pouviez acheter tout et n'importe quoi dans les kiosques près des stations de métro et des passages souterrains, du tabac aux cigarettes en passant par la bière et les vêtements. Il y avait aussi de nombreux endroits pour réparer les chaussures et faire faire des clés, mais tout a changé durant l'été 2016 lorsque plus de 100 kiosques illégaux ont été démolis à Moscou pendant la nuit (rebaptisée « Nuit des longues pelleteuses »). Beaucoup plus ont été rasés dans les mois suivants et aujourd'hui il est tout à fait impossible de trouver un kiosque dans le style des années 90 dans la capitale russe.

5. Le plus grand hôtel du monde

L'hôtel Rossia près du Kremlin était officiellement le plus grand hôtel au monde, comme indiqué dans le livre Guinness des Records. Avec plus de 3 000 chambres, il est resté le plus grand d’Europe jusqu'à sa fermeture en janvier 2006, et sa destruction à partir de mars de la même année. Construit en 1977 dans le quartier historique de Zariadié, c'était un lieu emblématique pour de nombreux Moscovites et touristes. D'immenses concerts et fêtes y avaient eu lieu, y compris les qualifications de l’Eurovision Junior 2006. En septembre 2017, un parc baptisé Zariadié a ouvert au même endroit - et jusqu'à présent, il a un grand succès.

Lire aussi : Des photos à couper le souffle du nouveau parc Zariadie de Moscou

6. Appeler un taxi en levant la main dans la rue

Il y a dix ans, tout ce qu’il y avait à faire, c'était d'appeler un taxi dans le style new-yorkais en levant la main. Le plus souvent, il n’avait pas de licence et pas de compteur, très loin de la sécurité qu’offrent les applications de taxi mobile actuellement. Pouvez-vous imaginer votre vie aujourd'hui sans Uber ou Yandex ?

Anton Novoderezhkin

7. Frauder dans les trains de banlieue

Il y a dix ans, il n'y avait certainement pas autant de tourniquets dans les gares qu'aujourd'hui. Les Moscovites payaient rarement pour les trains de banlieue, ou s'ils le faisaient, ils achetaient simplement un billet jusqu’à la station la plus proche (la moins chère) et restaient dans le train jusqu'à ce qu'ils arrivent à destination. Maintenant, les gens sont obligés de payer le prix complet.

8. Jambon espagnol et parmesan italien

En août 2014, la Russie a riposté aux sanctions européennes en bloquant les importations de denrées alimentaires en provenance de l'UE. L'interdiction touche la viande, y compris toutes les formes de bœuf et de porc, la volaille et ses sous-produits, les aliments fumés, les saucisses, les poissons, les légumes, les fruits et les noix, ainsi que le lait et tous les produits laitiers, y compris le fromage.

Jusqu'à ce moment précis, il était possible de trouver presque n'importe quel type de fromage et de jambon dans les rayons des magasins.Trois ans après, les supermarchés russes sont maintenant achalandés avec des produits laitiers et de la viande produits localement, mais de nombreux Moscovites regrettent encore les fromages européens.

9. Jouer au casino

Les premiers casinos de Moscou ont ouvert après l'effondrement de l'Union soviétique. La zone de jeu la plus célèbre de Moscou était Metelitsa, sur le Nouvel Arbat. Les Nouveaux Russes brûlaient leur argent ici tandis que les hommes d'affaires y faisaient aussi des affaires.

Les casinos ont été interdits à Moscou en 2009. Les nombreux panneaux invitant les gens à tenter leur chance ont disparu des rues. Les petites salles de jeu illégales dans les petites rues deviennent de plus en plus rares. En 2009, le gouvernement a créé quatre zones de jeu spéciales dans le pays, mais elles n’attirent pas de nombreux touristes – du moins pas encore.

10. Lire un journal en papier

La mort lente du journalisme papier est un phénomène mondial. Il y a dix ans, les Moscovites avaient l'habitude d'acheter des magazines dans des kiosques sur le chemin du travail et passaient les week-ends dans la librairie Biblio Globus à la recherche des derniers livres.

Avec le développement d'Internet, de nombreux médias emblématiques sont devenus des éditions en ligne et même s’ils publient encore au format imprimé, la tradition consistant à attendre le dernier numéro n’existe plus.

Certains Moscovites regrettent le romantisme des magazines imprimés, mais nous avons de bonnes nouvelles: en 2007, Russia Beyond voyait le jour ! Ici, vous pourrez tout savoir sur la Russie, et plus encore.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies