Les descendants célèbres d’hommes politiques russes

Vyacheslav Prokofyev/TASS
Les enfants des dirigeants soviétiques sont parfois devenus les biographes attitrés de leurs ancêtres.

Anatoly Gromyko (1932)

Diplomate et scientifique, expert en études américaines, africaines et relations internationales, Anatoly Gromyko est le fils du ministre soviétique des Affaires étrangères Andreï Gromyko (1957-1985).

Anatoly Gromyko.

Dans les médias occidentaux, Andreï Gromyko a été surnommé « Monsieur Niet » - il a utilisé le « veto » plus de 20 fois au Conseil de sécurité de l'Onu. Gromyko a participé aux négociations sur le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (1968), le Traité ABM (1972) et bien d'autres. Il a passé 28 ans à la tête de la diplomatie soviétique - un record pour l'URSS et de la Russie.

Ses descendants sont également devenus des diplomates célèbres: son fils Anatoly a travaillé dans les ambassades soviétiques au Royaume-Uni, aux États-Unis, et en Allemagne de l'Est.

Lire aussi : «Ne détourne pas le regard!»: trois scandales diplomatiques impliquant la Russie

Son petit-fils Igor Gromyko (1954) est devenu représentant permanent de la Russie auprès de la CEI à Minsk. Son autre petit-fils Alexeï Gromyko (1969) est un politologue (spécialisé sur le Royaume-Uni), chef de l'Institut d'Europe de l'Académie des sciences de Russie.

Svetlana Allilouïeva (1926-2011)

Svetlana Allilouïeva, philologue soviétique et traductrice, est la fille de Joseph Staline. Allilouïeva a eu une relation amoureuse avec Brajesh Singh, un communiste indien qui vivait en Union soviétique. Les autorités soviétiques se sont opposées à leur relation et n'ont pas permis au couple de se marier, mais ils vécurent ensemble à Sotchi jusqu'à la mort de Singh en 1966.

Quand il est mort, les dirigeants soviétiques ont permis à Allilouïeva d'accompagner son corps en Inde. À l'ambassade américaine à Delhi, elle a demandé l'asile politique. En Amérique, elle a publié ses mémoires, Vingt Lettres à un ami, où elle a écrit à propos de son père et de leur vie au Kremlin. Ce livre l’a rendue célèbre. Au total, elle a écrit quatre volumes de mémoires.

Svetlana Allilouïeva est décédée en 2011 aux Etats-Unis. Sa fille, Olga, s'appelle Chrese Evans et vit dans l’Oregon.

Sergueï Khrouchtchev (1935)

Le Dr Sergueï Khrouchtchev, scientifique russe et américain, est me fils de l'ancien dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev (1953-1964). Dans les années 1960, il a participé à la création des systèmes d'atterrissage des engins spatiaux et de la fusée Proton. Il a reçu des prix d'Etat pour ses travaux.

En 1991, il a été invité à l'Université Brown pour donner des conférences sur l'histoire de la Guerre froide. En 1999, il a reçu la citoyenneté américaine et travaille encore à l'Université Brown en tant que professeur.

Sergueï Khrouchtchev a publié plusieurs livres sur son père, où il représente les événements tels qu’il les a perçus personnellement.

Lire aussi : Nikita Khrouchtchev: du maïs, du volontarisme, du dégel

Ksenia Gorbatchev (1980)

La petite-fille du premier et unique président soviétique Mikhaïl Gorbatchev (1990-1991) Ksenia Gorbatchev est devenue journaliste: jusqu'en 2014, elle a été rédactrice en chef du magazine de mode L'Officiel Russie. Actuellement, elle vit à Berlin.

Comme elle l'a confié lors d’une interview avec Die Welt en 2013, elle ne s'intéresse pas à la politique, et ne compte pas changer son nom de famille. Actuellement, elle est le seul descendant de Gorbatchev portant son nom de famille.

Lire aussi : Gorbatchev, sauveur de la Russie ou fossoyeur du pays?

Ksenia Sobtchak (1981)

Ksenia Sobchak est la fille du premier maire de Saint-Pétersbourg Anatoly Sobchak (1991-1996) et du membre du Conseil de la Fédération Lioudmila Naroussova. Son père fut l'un des co-auteurs de la Constitution russe actuelle.

Ksenia est une célèbre animatrice de télévision et de radio, auteure de plusieurs livres et actrice. Les médias russes l'ont souvent qualifiée de « Paris Hilton russe » et de principale mondaine pays. À l'heure actuelle, des rumeurs courent selon lesquelles Ksenia pourrait être candidate à la présidence russe en 2018, mais ce pourrait très bien être une opération de relations publiques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer