Gorbatchev, sauveur de la Russie ou fossoyeur du pays ?

L'ancien leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev donne une conférence à Londres le 23 septembre 2004. M. Gorbatchev a visité la Grande-Bretagne dans le cadre du programme pour la prolifération de connaissances concernant les ADM.

L'ancien leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev donne une conférence à Londres le 23 septembre 2004. M. Gorbatchev a visité la Grande-Bretagne dans le cadre du programme pour la prolifération de connaissances concernant les ADM.

AP
Le 2 mars, Mikhaïl Gorbatchev, le premier et le dernier président de l’Union Soviétique, l’homme qui a lancé la perestroïka en URSS, fête ses 85 ans. RBTH publie à cette occasion des déclarations faites à son sujet par ses contemporains.

Hans-Dietrich Genscher, ministre des Affaires étrangères de la RFA, 1974-1992

Mikhaïl Gorbatchev a ouvert un nouvel avenir à toute l’Europe. En pleine guerre froide, il a formulé la notion d’une maison européenne commune. Il a pris conscience du patrimoine commun de l’Europe et de la responsabilité commune des Européens. Et ce, à un moment où nombre de représentants du monde occidental s’agrippaient toujours aux concepts de la guerre froide <...> Toutefois, le grand peuple européen de Russes constitue une partie intégrante de l’identité historique et culturelle de l’Europe. Gorbatchev en a toujours été certain.Gorby.ru, 2010.

Françoise Sagan, écrivain français (propos retraduits du russe)

Gorbatchev reste l’initiateur de la libération la plus incroyable, la plus désirée, la plus risquée. Il a brisé les chaînes d’un joug qui oppressait les générations paralysées par la peur pendant 75 ans. Il les a libérées résolument et rapidement sans verser la moindre goutte de sang.Novaïa Gazeta, 2015.

Bono, leader du groupe U2

Il y a en lui quelque chose de singulier, une énergie d’une force inexplicable. Certains de ses mouvements et ses manières rappellent un boxeur, voire un bagarreur. Mais c’est un homme de grand esprit. Sa façon de penser, c’est du judo mental. Car dans le judo, on emploie la force contraire à celle de son ennemi. Gorbatchev est l’homme politique qui a sauvé la Russie sans en tirer quelque avantage que ce soit. Entretien, Novaïa Gazeta, 2010.

Nikita Mikhalkov, réalisateur russe

[Il importe] de reconnaître au niveau d’Etat les crimes de Gorbatchev et d’Eltsine. Ils ont commis un véritable crime. Délibérément ou non, se guidant sur leurs ambitions ou non, peu importe aujourd’hui. Leurs décisions ont conduit à la désagrégation de notre pays ! C’est la plus grande catastrophe géopolitique de ces cent dernières années.Entretien, Interfax, 2016.

Alexandre Prokhanov, écrivain

Pour moi, Gorbatchev est synonyme du mal. Il est le symbole de l’effondrement de ma patrie. C’est l’homme par qui nous avons vu arriver un torrent de malheurs que nous ne pouvons toujours pas surmonter. C’est la ruine d’une grande civilisation, d’une grande technosphère, d’une  grande science et d’une grande culture, c’est la ruine d’un vecteur entier de l’histoire russe.Entretien, 1tv.ru, 2013.

Nikolaï Ryjkov, chef du gouvernement de l’URSS, 1985-1991

Ils sont deux : lui (Eltsine) et Gorbatchev. Le pouvoir était contre-indiqué à l’un comme à l’autre. C’était notre faute, y compris la mienne, car j’ai soutenu Gorbatchev lors de son arrivée au pouvoir en 1985. Les autres aussi l’ont soutenu. Or, il ne fallait surtout pas le laisser se mettre aux commandes parce qu’il n’y était tout simplement pas adapté ! Si le pays disposait d’un poste de prédicateur, on n’aurait pas trouvé mieux ! Il aurait parlé pendant des heures et des heures… Mais (il ne pouvait pas) gérer ou diriger de manière méthodique et équilibrée le pays… Il est très impulsif et peu organisé.Entretien, Odnako, 2016.

François Mitterrand, président de France, 1981-1995 (propos retraduits du russe)

Je le salue comme l’homme le plus éminent de l’histoire de notre siècle, celui qui a contribué à la démocratie dans son pays, à la fin de la guerre froide et au désarmement.

Extrait du livre de Dmitri Yazov Maréchal de l’Union Soviétique.

Anatoli Loukianov, président du parlement de l’URSS, 1990-1991

Un simple militant des Jeunesses communistes habitué à ne prendre aucune responsabilité. Cette dernière était toujours assumée par les membres du Parti communiste ou les responsables des structures exécutives. Le manteau du pouvoir pesait trop lourd sur ses épaules.Sobesednik, 2010.

Margaret Thatcher, premier ministre du Royaume-Uni, 1979-1993, 1984 

Il est relativement ouvert et intelligent. Il est aimable et il possède du charme et de l’humour. Je lui trouvais un certain sens des affaires. En fait, il me plaisait.AFP, 2014.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.