La tombe du compositeur et pianiste Sergueï Liapounov restaurée à Paris

Ambassade de Russie en France

Ce jeudi 21 septembre, au cimetière parisien des Batignolles, a été dévoilée, après restauration, la tombe du talentueux compositeur et pianiste russe Sergueï Liapounov, l’un des artistes à l’origine de la création du Conservatoire russe de Paris Serge-Rachmaninoff.

Sergueï Liapounov, deuxième à gauche.

Ce projet de remise en état a été initié par l’association La Renaissance Française en Russie, qui avait à cet effet organisé en février dernier une soirée de bienfaisance à l’hôtel d’Estrées, la résidence de l’ambassadeur russe en France, afin de récolter les 5000 euros nécessaires aux travaux. Des donateurs de toute la France, mais aussi de Belgique, de Suisse et du Luxembourg avaient alors fait le déplacement.

Aussi, lors de la cérémonie de cette semaine, une plaque commémorative a été inaugurée avec pour inscription « Restaurée en 2017 grâce à La Renaissance française, à l’Ambassade de Russie en France, au Conservatoire de Moscou P. Tchaïkovski et aux dons privés ».

L’événement a par ailleurs été honoré notamment de la présence de Zoya Arrignon, présidente de la branche russe de La Renaissance Française et d’Alexandre Andrianov, conseiller culturel à l’ambassade de Russie à Paris.

Sergueï Liapounov vit le jour en 1859 à Iaroslavl (282 kilomètres au nord-est de Moscou). Il était issu d’une brillante fratrie, puisque son frère ainé, Alexandre, était un mathématicien de renom, membre par correspondance de l’Académie française des sciences, tandis que son cadet, Boris, devint un célèbre linguiste, membre de l’Académie des sciences d’URSS.

En 1878, Sergueï Liapounov intégra le conservatoire de Moscou afin d’y suivre des cours de piano. Peu après avoir obtenu son diplôme, en 1883, il fit la connaissance de Mili Balakirev, qui lui proposa alors de s’installer à Saint-Pétersbourg. Sous son aile, Liapounov y écrivit ses premières grandes compositions, notamment ses Douze Études d'exécution transcendante, dédiées à la mémoire de Franz Liszt.

De 1910 à 1923 il occupa un poste de professeur au Conservatoire de Saint-Pétersbourg (alors nommée Pétrograd). En 1923 il émigra ensuite vers Paris, où il dirigea une école de musique pour immigrés russes.

Malgré un court séjour en France, Liapounov contribua grandement au développement des échanges culturels entre les deux pays. Il collabora notamment avec des pianistes français tels que Marguerite Long et Maurice Dumesnil et se produisait également régulièrement au sein de la prestigieuse salle Gaveau.

C’est d’ailleurs dans la capitale française qu’il composa la suite pour piano en 6 pièces Les Bouffons. Le 31 octobre 1924, lors de l’inauguration du Conservatoire russe de Paris Serge-Rachmaninoff, Liapounov interpréta l’ouverture, composée par ses soins, de l’opéra Rouslan et Ludmila, de Mikhaïl Glinka, en duo avec Sergueï Prokofiev.

Il mourut le 8 novembre 1924 à Paris, victime d’un infarctus, et fut inhumé au cimetière des Batignolles.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer