Médias russes : Clinton prise au piège de sa rhétorique antirusse

Des doutes subsistent sur l’amélioration des relations entre la Russie et les Etats-Unis.

Des doutes subsistent sur l’amélioration des relations entre la Russie et les Etats-Unis.

Vyacheslav Prokofyev / TASS
La presse russe a vivement réagi aux résultats des élections américaines, tentantd’expliquer la victoire de Trump et la défaite de Clinton. Cependant, il reste beaucoup de doutes quant à l’amélioration des relations entre les Etats-Unis et la Russie

L’électeur américain lambda pas concerné par Poutine

Trump s’est positionné comme un candidat anti-establishment et, malgré son retard par rapport à Clinton dans tous les sondages, est parvenu à attirer les électeurs mécontents de la politique des autorités, écrit le grand portail d’information russe Gazeta.ru.

« Il se trouve que le soutien à l’ordre international libéral, la diffusion de la démocratie, le confinement de la Russie et la présentation de Vladimir Poutine comme le pivot du mal mondial, assez centrales dans la campagne de Clinton, n’intéressent pas tellement l’électeur lambda, d’où ce résultat », estime Dmitri Souslov, directeur des programmes du Club Valdaï et directeur adjoint du Centre des études européennes et internationales de la Haute école d'économie, dans une interview à Gazeta.ru.

« Ces résultats témoignent d’un profond clivage entre l’establishment et la population américaine, ajoute l’expert. L’élite américaine dans son ensemble doit en tirer les conclusions et je pense que le système politique des Etats-Unis sera désormais réformé. La victoire de Trump est un choc immense qu’on ne peut balayer comme un hasard pour espérer que, dans quatre ans, il ne sera pas réélu et que tout redeviendra comme avant »

Bien que Trump ait été officiellement investi comme candidat à la présidentielle par le Parti républicain, les dirigeants du parti le voyaient comme un outsider et, pendant longtemps, lui ont en réalité refusé leur soutien. L’ancien président américain George W. Bush, ainsi que les responsables de son administration, ont ignoré la convention lors de laquelle Trump a été investi.

Pour de nombreux experts, la victoire de Trump entraînera une réforme ou une scission au sein du plus vieux parti américain. Trump aura du mal à trouver un langage commun avec l’establishment qu’il devra intégrer, car il n’a ni hommes, ni équipe constituée qu’il peut amener à la Maison Blanche.

Trump sera le plus vieux président américain – même s’il est en bonne forme physique, il a 70 ans. La victoire de Trump pourrait être un signal d’amélioration des relations avec Moscou.

L’amélioration des relations avec la Russie n’est pas une évidence

Pourtant, alors que de nombreux responsables politiques russes qualifiaient initialement Trump de candidat « confortable » pour la Russie, Leonid Sloutski, président du Comité des affaires internationales de la Douma russe, déclare que « l’état des relations russo-américaines reste toujours préoccupant ».

« Nous attendons toujours une réaction, bien qu’on ne l’espère plus, du Sénat et de la Chambre des représentants américains suite à notre appel à se réunir avec les représentants des quatre commissions des comités des affaires internationales pour discuter de la situation actuelle », a-t-il déclaré.

Le premier vice-président du Comité des affaires internationales de la Douma russe Dmitri Novakov a également déclaré qu’il ne fallait pas s’attendre à une percée rapide suite à la victoire de Donald Trump. « La victoire de Trump montre que les Etats-Unis ont accumulé de nombreux problèmes », indique-t-il dans un entretien avec Kommersant.

« Hillary Clinton (candidate du Parti démocrate, ndlr) incarne la continuation du cours existant, ce résultat témoigne donc d’un désir de changement. Cependant, l’autre partie du problème est que Trump sera le président de son pays. Il sera contraint de travailler avec l’élite au pouvoir et il est trop tôt pour espérer des changements radicaux dans la politique de la Maison Blanche.

L’essor d’une nouvelle figure est une bonne opportunité pour les Etats-Unis de sortir des pièges apparus lors de la période précédente et d’en sortir avec dignité, sans perdre la face. Trump pourrait corriger plusieurs lignes de politique étrangère sans que cela passe pour une défaite douloureuse, permettant au contraire de donner l’image d’un renforcement des Etats-Unis sur la scène internationale ».

Sergueï Mironov, chef de la faction Russie juste au parlement, propose une lecture similaire. « Les propos des candidats sont une chose, mais la vraie vie en est une autre », a-t-il déclaré faisant référence aux promesse électorales de Donald Trump de rétablir les relations avec la Russie. Mironov estime néanmoins que le mandat présidentiel de Trump « ouvrira une nouvelle page dans les relations entre la Russie et les Etats-Unis ».

Lire aussi :

La guerre des mots : leaders mondiaux au bord de la crise de nerfs

Trump vs. Clinton : qui aura le vote de Moscou ?

Moscou ouvrira-t-il les bras au « parti de la paix » de Trump ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.